Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

thriller

  • Le bonhomme de neige

    Imprimer

    J'ai commencé la lecture de ce polar norvégien pendant le Read-A-Thon de Margotte.

    Le bonhomme de neige, Jo Nesbo, thriller, roman, Folio policier

    Jo Nesbo

    Gallimard, Folio Policier, 2007

    Une Enquête de l'inspecteur Harry Hole

    7ème volet de cette série

    À Oslo, la première neige tombe sur la ville lorsqu’une mère de famille sans histoires disparaît, en pleine nuit. Seul indice, son écharpe retrouvée autour du cou d’un bonhomme de neige, mystérieusement apparu dans son jardin.

    La police n’a aucune piste jusqu’au jour où l’inspecteur Harry Hole reçoit une lettre signée «le bonhomme de neige», lui annonçant de nouvelles victimes.
    Pour chaque femme disparue, un bonhomme de neige apparaît…

    Derrière cette mise en scène macabre se cache un tueur diabolique, prêt à tout pour défier le célèbre Harry Hole.

    J'ai été happée par ce thriller d'une efficacité redoutable : disparations, mise en scène des meurtres, cadavres malmenés et un tueur en série froid et méthodique. L'atmosphère est angoissante, le suspense intense, et chaque bonhomme de neige apparaît comme un sinistre présage.
    Je reconnais avoir eu quelques difficultés à m'endormir certains soirs, surtout après la traque de Sylvia Ottersen dans la forêt, frissons garantis.

    Une enquête aux nombreux rebondissements entre interrogatoires, recherches d'indices dans la neige, de témoins et réveil des fantômes du passé.
    Des personnages qui intriguent, des suspects potentiels et un mobile glaçant. On croit avancer mais ce n'est pas toujours le cas.

    L'inspecteur Harry Hole lutte contre l'attrait du Whisky, est invité sur les plateaux TV et entretient toujours des relations avec son ex-femme, Rakel et le fils de cette dernière, Oleg avec qui il s'entend bien. C'est un personnage que j'ai envie de suivre.

    le bonhomme de neige,jo nesbo,polar nordique,thriller,harry hole

    Lire n'est pas un crime

    Les 584 pages de ce roman se tournent sans difficulté et pendre cette série en cours était une excellente idée.

    gâteaux aux raisins secs d'asta,recette islandaisechallenge littérature nordique

    Lecture partagée dans le cadre du Mois du Polar organisé par Sharon

    et du Challenge littérature nordique de Margotte.

  • La Malédiction de Rowans

    Imprimer

    Les lectures frissonnantes sont de retour avec ce comic découvert chez Margotte au moment d'Halloween!

    La Malédiction de Rowans, Mike Carey, Mike Perkins, Andy Troy, BD, Delcourt

    Scénariste : Mike Carey, Coloriste : Mike Perkins, Illustrateur : Andy Troy

    Éditions Delcourt, 2017

    Lorsqu’on propose à Katie, une jeune Américaine, un échange de maison avec une jeune Anglaise, elle saute sur cette occasion unique de pouvoir passer l’été au domaine de Rowans, une vieille demeure accueillante.
    Mais elle comprend très vite que quelque chose cloche et décide d’enquêter sur ce lieu. Elle va rapidement se rendre compte que parfois, il est préférable de ne pas réveiller le passé… Présentation éditeur

    C'est un peu comme dans le film The Holiday, une Américaine et une Anglaise, décident, sans se connaître, d'échanger leur logement mais contrairement à notre petite romance de Noël, ici la maison est hantée, et ça ne se termine par dans les bras de Jude Law. Désolé!

    Néanmoins, le scénario est assez captivant, l'atmosphère inquiétante et malsaine : coupures de courants, ombres effrayantes, cauchemars.
    La maison tient ses promesses en matières d’apparitions. Katie assume son don et c'est passionnant de suivre ses recherches pour tenter de comprendre ce qui s'est passé à Rowans Rise.

    la malédiction de rowans,mike carey,mike perkins,andy troy,comics,maison hantée,fantômes,thriller

    Source : Éditions Delcourt

    Les échanges par sms, par e-mail et les partages sur le blog de Katie donnent une impression d'interactivité assez plaisante.

    Du suspense, un peu d'action, de l'horreur psychologique, quelques visions cauchemardesques, c'est efficace et même un peu flippant avouons-le.

    Du côté des graphismes, les visages et les expressions sont un peu taillées à la serpe. C'est vraiment la seule chose qui m'a dérangée sinon j'aime beaucoup la galerie d'illustrations dans les dernières pages.

    Merci Margotte pour cette découverte. Je sais maintenant ce que je pourrais te prêter en retour.

    unMAXdeBD18mini.png

    Le rendez-vous BD de la semaine est chez Mo'.
    Le Challenge un max de BD en 2018 chez Kobaitchi dans la catégorie 21 :  Emprunté (mais pas à la bibliothèque)

  • Fétiches

    Imprimer

    Fétiches.JPG

    Mo Hayder, écrivain britannique.

    Un grand merci à Audiolib pour cette découverte.

    Et si la folie était ce qu’on pouvait leur souhaiter de mieux ?

    Les patients de l’établissement psychiatrique de Beachway sont très sensibles à la suggestion. Aussi, lorsque plusieurs malades se livrent à des actes d’automutilation, et que l’un d’entre eux va jusqu’à se donner la mort, le fantôme de « la Maude », une infirmière sadique, ressurgit du passé.

    Face à cette psychose collective, AJ, l’infirmier psychiatre en chef, demande à l’inspecteur Jack Caffery d’enquêter. Il soupçonne l’un de ses patients récemment libéré, Isaac Handel, un parricide amateur de poupées vaudou, d’être le responsable de l’hystérie collective…

    Résumé éditeur

    Je n'avais encore jamais lu de romans de Mo Hayder, c'est donc une découverte et, j'ai de la chance, elle est plutôt réussie. J'ai passé de bons moments à écouter ce livre audio (environ 12 heures d'écoute), lu par François Hatt.

    Je n'ai pas vu le temps passer, captivée par l'histoire. Du suspense, des personnages intéressants et cette rumeur de fantôme "La Maude" prenant de l'ampleur, bref je n'ai ressenti aucune longueur. Au contraire, j'étais pressée à chaque fois de reprendre là où je m'étais arrêtée.

    D'un côté, les affaires d'AJ à l'hôpital, les patients (Mère Monstre, Zelda, Isaac...), quelques collègues, Mélanie, sa supérieure, sa vie privée aussi, de l'autre Jack Caffery  inspecteur de police, couvrant sa collègue de travail, Fléa et menant l'enquête à la demande d'AJ. L'alternance des deux intrigues ne m'a pas dérangée mais la seconde m'a moins passionnée.

    Une ambiance particulière qui s'installe dés le départ, me faisant un peu fait penser à celle de Shutter Island, en moins pesante tout de même, bien que certains passages soient assez terrifiants.

    Finalement, j'apprécie de plus en plus, ces intrigues un peu fantastiques en apparence qui finissent pas se rationaliser d'une manière ou d'une autre. Je m'attendais un peu à ce genre de dénouement, mais j'ai quand même ressenti l'effet de surprise et les quelques frissons qui vont avec.

    fétiches,mo hayder,audiolib

    Un thriller efficace, divertissant, avec des personnages attachants, j'ai bien envie de poursuivre avec d'autres affaires de l'inspecteur Jack Caffery.

    J'apprécie de plus en plus les livres audio et vous? 

  • Cornes

    Imprimer

    Je connaissais déjà Joe Hill (le fils de Stephen King) avec la série Locke & Key (excellente série, le dernier tome est prévu pour le 18 avril, je l'attends avec impatience) mais je n'avais encore lu aucun de ses romans.

    J'ai sorti Cornes de ma P.A.L pour un défi du Week-end à 1000 qui consistait à faire une lecture commune. Valeriane qui avait elle même un défi d'organisé avec ce roman, a eu la gentillesse d'accepter cette LC improvisée.

    Cornes.jpg

    Joe Hill

    J'ai lu, 2010, 2011

    508 pages

    Ig (Ignatius Perrish), un jeune américain est soupçonné de viol et de meurtre sur sa petite amie Merrin, sa vie ne ressemble plus à rien. Un matin, il découvre que des cornes lui ont poussé sur la tête et que les personnes avec qui il s' entretient lui révèlent leurs pensées, les plus dérangeantes. Il attire aussi les serpents, et va découvrir finir par découvrir la véritable identité du tueur.

    Diable ou démon, il devra aller jusqu'au bout.

     
    J'ai lu les deux première parties tranquillement et puis, entraînée par le rythme infernal du roman, j'ai enchainé les autres jusqu'à la fin, captivée. Je n'ai pas trouvé le temps long, j'ai vraiment été happée par l'histoire, par tous ses mystères.

    En puis, ça décape, les révélations sont terrifiantes, toutes les professions en prennent pour leur grade: médecin, policier, prêtre..., même ses proches n'y échappent pas. C'est vraiment tendu par moment, intense et cruel. J'ai éprouvé énormément d'empathie pour Ig pendant la lecture.
    Si le climat de ce roman est parfois un peu pesant, certains passages sont drôles, bourrés d'humour noir, d'autres au contraire sont dérangeants, nous montrant un personnage torturé intérieurement, un autre éprouvant de la culpabilité. Les personnages sont très intéressants d'un point de vue psychologique, attachants aussi et la manière dont on prend connaissance des faits, se fait de manière progressive et bien que l'effet de surprise ne soit pas immense, c'est quand même habilement mené.

    J'ai beaucoup apprécié le style décontracté de Joe Hill, l'atmosphère créée et trouvé aucune difficulté à la lecture. Quelques passages un peu mystiques peuvent dérouter un peu le lecteur mais y étant sensible, ça ne m'a pas tellement freinée.

    Le seul bémol pour moi, c'est la fin, qui ne m'a pas tout à fait convaincue. J'ai d'ailleurs eu du mal à comprendre où l'auteur voulait en venir dans la dernière partie du roman. Je l'ai relue une deuxième fois, et j'ai fini par trouver certains éléments pas très logiques ou pas aboutis, avec cette cabane mystique par exemple ou concernant l'origine des cornes, bref c'est dommage, car même si ça ne m'a pas empêchée de le dévorer en quelques jours et de passer un très bon moment, avec le recul, mon enthousiasme s'est un petit peu relâché.

    cornes,joe hill,roman,thriller

    Néanmoins, ça reste quand même une découverte originale et une lecture très agréable.
  • Les Autres

    Imprimer

    afflesautres.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20020809_063154.jpg

    Interdit aux moins de 12 ans

    Réalisé par Alejandro Amenabar (2001)

    Avec Nicole Kidman

    "En 1945, la Seconde Guerre mondiale est terminée mais le mari de Grace, parti combattre, n'est pas revenu du front. Dans une immense demeure victorienne isolée sur l'île de Jersey, cette jeune femme pieuse élève seule ses deux enfants, Anne et Nicholas, selon les principes stricts de sa religion. Atteints d'un mal étrange, ces derniers ne peuvent être exposés à la lumière du jour. Ils vivent donc reclus dans ce manoir qui doit constamment rester dans l'obscurité.
    Lorsque trois nouveaux domestiques viennent habiter avec Grace et ses enfants, ils doivent se plier à une règle vitale : aucune porte ne doit être ouverte avant que la précédente n'ait été fermée..." Source

    Fermez les rideaux!

    L'ambiance de ce film est très réussie. Aucune image choc, pas de sang, mais un suspense insoutenable et un dénouement totalement inattendu. Le scénario est intéressant. J'étais loin d'avoir imaginé ce qui allait se passer!

    Les enfants sont attachants et on se met à avoir peur pour eux. Nicole Kidman est vraiment effrayante par moment et la grande demeure isolée, plongée dans le noir donne vraiment des frissons.

    Un peu dans l'esprit de Sixième Sens, Les Autres méritent qu'on aille à leur rencontre.

     

    Logo Halloween 2.jpg

     

  • Les enfants du néant

    Imprimer

    Les enfants du néant.jpgUn roman d'Olivier Descosse - Michel Laffon - 2009

    "ça c'est passé en tout début d'après-midi. On a trouvé des restes humains dans une bicoque à l'abandon. [...] Près de Roussillon, dans le Vaucluse. [...] Une femme. Jeune. On ne l'a pas encore identifiée. [...] Elle n'avait plus de visage. [...]

    -Il y avait un message, une revendication?

    -Que dalle. [...]

    Ainsi débute l'enquête de François Marchand, flic profileur (ex-psychanalyste) au passé troublé. Sa femme est morte, tuée par un de ses patients du temps où il était psychanalyste et sa fille de seize ans vit la plupart du temps chez sa grand-mère en son absence. 

    Il va s'associer au lieutenant Julia Drouot, rencontrée à Avignon sur la scène du crime pour tenter de trouver la piste qui les mènera au meurtrier. L'enquête s'enlise et d'autres adolescents sont sauvagement assassinés. Mais l'étau se resserre et les nouvelles preuves ne font alors plus aucun doûte sur l'identité du tueur. Le profileur et tous ses repères basculent alors dans l'horreur.

    Je mets toujours un peu de temps à entrer dans un thriller mais une fois que j'y suis, je deviens accro. C'était le cas pour celui-là. J'ai passé un très bon moment à suivre cette enquête et le dénouement ne m'a pas déçue. J'aime toujours échaffauder mes propres hypothèses mais une fois encore, j'étais à côté de la plaque et tant mieux! J'ai énormément apprécié l'histoire sentimentale venant se greffer à l'enquête. Un peu de tendresse dans ce monde de bruts! Je pense que d'autres romans de cet auteur viendront s'ajouter à ma liste.

    Merci Silvana pour cette découverte! Je n'avais pas beaucoup lu de thrillers jusqu'à maintenant! On peut dire que je rattrape mon retard!  

  • Un torse dans les rochers

    Imprimer

    Un torse dans les rochers.jpg

    Découverte Macabre

    Un début de mois de mai, sur une jolie petite plage suédoise, une femme promène son labrador entre les rochers. Un sac noir en plastique échoué là, attire le chien par son odeur. C'est le torse d'un homme tatoué. Un corps démembré. Le commissariat de Göteborg se voit chargé de l'affaire et commence les investigations. L'enquête envoie l'inspecteur de la brigade criminelle, Irene Huss à Copenhague sur la piste du tatoueur. Le commissariat suédois et danois échangent leurs informations. Mais, les personnes meurent de manière sordide autour d'Irène en guise d'avertissement. Les corps retrouvés sont profanés, sauvagement mutilés et tout prête à penser qu'il s'agit de psychopathes nécrophiles. Mais les traces laissées sont de plus en plus nombreuses et l'étau se ressere progressivement... 

    Il m'a fallu du temps pour entrer dans l'histoire. J'ai trouvé le début de l'enquête assez long, j'ai dû patienter un bon moment  avant que l'action ne capte à nouveau mon intérêt. Je n'arrivais pas non plus, à bien m'imprégner de l'ambiance générale et je ne trouvais pas le départ de l'enquête très original. Bref, ça partait plutôt mal. Mais passé une centaine de pages, j'ai rattrapé le fil du roman et j'ai été ensuite captivée jusqu'au bout par l'intensité des évènements, les avancées de l'enquête et la conduite des personnages. L'ambiance est glauque, les découvertes macabres et le suspense bien présent. Je n'ai pas l'habitude de lire des thrillers mais celui-là m'a bien plu malgré les longueurs que je lui trouvais au départ.

      Helene Tursten est un auteur suédois. Sa série dont l'inspecteur principale est Irène Huss, compte 7 romans.

     Un grand Merci aux Editions Michel Lafon pour la découverte de ce thriller suédois - 414 pages