Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sylvain tesson

  • Berezina

     Après avoir lu ce livre, vous aurez une idée bien précise de ce qu'est la Bérézina!

    berezina,sylvain tesson,essai,russie

    Sylvain Tesson

    Éditions Paulsen Guérin - Chamonix, 2015

    "En allumant le plafonnier d'un box, nous le découvrîmes, vert kaki, prêt à nous projeter dans un fossé biélorusse : notre side-car. [...] Ces machines sont des fleurons de l'industrie soviétique. Elles promettent l'aventure. On ne sait jamais si elles démarreront et, une fois lancées, personne ne sait si elles s'arrêteront. " page 31-32

    Je me suis laissée embarquer avec plaisir dans ce périple napoléonien en side-car. Évidemment ce n'est pas de tout repos, un poil suicidaire même, mais grisant et ce moment, j'ai soif d'émotions fortes!

    L'écriture de Sylvain Tesson m'a fait beaucoup de bien, j'apprécie son style.  Et puis, cette immersion historique m'a aussi peu ravivé la mémoire, car je n'avais plus du tout en tête cette campagne de Russie.

    "Napoléon n'aurait jamais dû s'approcher de la splendeur de Moscou. Il s'y brûla les yeux. Il y a comme cela des beautés interdites. En stratégie comme en amour: se précautionner de ce qui brille". page 37

    Ce qui frappe le plus, c'est cette plongée dans l'horreur, cette Grande Armée prisonnière de l'hiver russe. Les images les plus cauchemardesques restent en tête.

      | ***** |

    Malgré tout, la lecture demeure agréable et cette folle épopée a effectivement quelque chose de réjouissant, c'est indéniable. Un bon moment de lecture permettant de revivre un épisode marquant de l'Histoire.

     "Ce voyage était certes une façon de rendre hommage aux mânes du Sergent Bourgogne et du prince Eugène, mais aussi une occasion de se jeter de nids-de-poule en bistrots avec deux de nos frères de l'Est pour sceller l'amour de la Russie, des routes défoncées et des matins glacés lavant les nuits d'ivresse." page 93

    Du même auteur...

    Dans les forêt de Sibérie

    Dans les forêts de Sibérie.jpg

  • Dans les forêts de Sibérie

    Ce livre m'attirait depuis Noël, mais je n'ai ressenti le besoin de m'isoler dans cette cabane en Sibérie que fin janvier. On est déjà au mois de mars, je n'ai pas vu les semaines passer, le Printemps approche, c'est peut-être le moment d'en sortir.

    Dans les forêts de Sibérie.jpg

    Sylvain Tesson

    Folio, Gallimard, 2014

    Prix Médicis Essai 2011

     Février - Juillet 2010

    Sylvain Tesson a passé six mois dans une cabane en Sibérie. Il nous raconte la vie sauvage, la solitude, nous parle de ses lectures, entre une partie de pêche, quelques pages d'un livre et deux gorgées de vodka. 

    C'est un journal de bord, au rythme particulier, assez lent, chaque journée se ressemblant un peu. J'ai senti assez vite qu'il me faudrait du temps, que je ne pourrais pas le lire d'une traite, enchaîner les journées les unes après les autres. Il m'a donc fallu plusieurs semaines pour le lire, savourer les réflexions de l'auteur et apprécier son écriture, son quotidien, sans m’essouffler.

    Dans l'ensemble ça m'a plutôt fait du bien comme lecture. Je trouve que ce récit donne à la fois envie de se ressourcer et de partir à l'aventure.
    Malgré une ou deux remarques un peu agaçantes en début d'ouvrage (une sur les polars, et une autre que je ne parviens pas à retrouver), l'auteur a attiré ma sympathie, dévoilant ses penchants, ses peines, ses pensées, avec  parfois beaucoup d'humour.
    Certains passages m'ont touchée, d'autres sont simplement beaux, un peu poétiques, d'autres encore font réfléchir aux travers de notre société. La cabane en Sibérie, symbolise une certaine forme de liberté, parfois enviable.

    Je ne lis pas souvent d'essais mais j'ai apprécié cette expérience de lecture et ça me plairait de découvrir d'autres livres de Sylvain Tesson.

    Ce dernier ayant eu un grave accident, je l'ai découvert un peu par hasard après avoir terminé le livre, je souhaitais terminer ce billet en partageant cet article: Sylvain Tesson: "La mort n'a pas voulu de moi".

    En espérant bientôt repartir à l'aventure...