Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sucre noir

  • Sucre noir

    Imprimer

    Je me suis procurée ce roman au cours d'une petite escapade très sympa en librairie avec Gambadou. Les Caraïbes, la perspective d'un trésor de pirate, on imagine l'Aventure mais Sucre noir nous emmène ailleurs.

    Sucre noir, Miguel Bonnefoy, rentrée littéraire, roman, pirates

    Miguel Bonnefoy

    Payot & Rivages, 2017

    Dans un village des Caraïbes, la légende d’un trésor disparu vient bouleverser l’existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent.

    Tous, dont l’ambitieux Severo Bracamonte, vont croiser le chemin de Serena Otero, l’héritière de la plantation de cannes à sucre qui rêve à d’autres horizons.
    Au fil des ans, tandis que la propriété familiale prospère, et qu’elle distille alors à profusion le meilleur rhum de la région, chacun cherche le trésor qui donnera un sens à sa vie.
    Mais, sur cette terre sauvage, la fatalité aux couleurs tropicales se plaît à détourner les ambitions et les désirs qui les consument. Présentation éditeur

    Je me suis laissée absorber par cette histoire jusque tard dans la nuit, curieuse de découvrir ce qu'il allait advenir des trois générations de personnages de cette ferme.

    Une écriture agréable, un peu poétique nous guide dans cet environnement familial. J'ai apprécié le personnage de Serena, son intérêt pour la nature, les plantes exotiques ainsi que son caractère entier et généreux, trompant l'ennui.
    Le personnage de Severo m'a agréablement surprise. Rêveur, passionné, d'abord obsédé par la recherche du trésor mais capable de voir au-delà.

    "Ce n'était pas une révélation fracassante, des cris poussés au ciel, c'était une découverte qui ne faisait pas de bruit, qui avait le tremblement des feuilles, comme un printemps à l'intérieur de lui.
    Gagné par ce souvenir, il se risqua à accepter sans résistance que quelque chose de nouveau s'emparât peu à peu de ses sentiments.

    A partir de cet instant, la chasse au trésor n'eut plus le trésor pour objet. " Extrait page 73

    Des saveurs de rhum, de trésors enfouis et de vies écoulées. Il ne se passe pas grand chose, ça reste très descriptif mais je ne me suis pas ennuyée.

    Ces doublons, ces pierres précieuses ont au final un goût amer.
    Le trésor n'est pas maudit mais il pourrait l'être et le prix à payer pour tant de convoitise reste élevé. 

    Ce récit me fait penser à une fable sur la valeur des choses, la notion de richesse. La morale est simple, efficace.  

    | ***** |

    Une belle histoire qui m'a captivée.

    L'image qui restera: Ce bateau pirate planté dans les arbres, au milieu de la forêt. 

    D'autres avis chez : Alivreouvert, Gambadou