Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sandwich français

  • Que font les rennes après Noël?

    Imprimer

    Que font les rennes après Noël.jpg

    Je sais! Noël, les rennes, c'est un peu hors-saison mais il n'y a pas de quoi s’inquiéter, il s'agit juste du roman d'Olivia Rosenthal, intitulé: "Que font les Rennes après Noël?" paru aux éditions Folio, le 07/06/2012 et on ne peut pas vraiment dire que ce soit Noël ou alors il faut avoir une sacrée imagination car ce roman n'a rien de festif, et il vous traverse comme un courant d'air glacé avec ses 210 pages.

    Le plus surprenant est d'alterner la lecture de différents témoignages (techniques, scientifiques ou non) sur les animaux, concernant leur vie en captivité, des expériences de laboratoire, des anecdotes qui semblent avoir été choisies au hasard et de suivre en parallèle la vie intérieure d'une jeune femme (dés la naissance) qui suffoque dans son existence.

    "Vous voudriez être quelqu'un d'autre mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Quant à être vous même, c'est une entreprise qui vous semble au-dessus de vos forces." Page 108

    Impossible dans ce livre de ne pas faire de recoupements entre le comportement humain et animalier, de ne pas s’interroger sur le sort des animaux. De l'euthanasie, aux abattoirs, en passant par les zoos, certains passages ne sont pas très réjouissants à lire. Il m'est arrivé de les survoler parce que mon intérêt se tournait plutôt du côté de notre personnage, dont on ne connaît pas beaucoup de chose, même pas le prénom, et qui vit une sorte d'enfermement psychologique qui la conduit à s'oublier totalement, c'est assez effrayant. On n'attend qu'une chose au fil des pages, qu'elle se réveille, qu'elle vive sa vie, qu'elle fasse ses propres choix.

    Le fait qu'elle ne s'exprime qu'à travers la deuxième personne du pluriel, donne une certaine intensité à la lecture. Les phrases sont courtes, incisives, le tout est assez rythmé. Le dernier paragraphe est à savourer, j'ai eu l'impression de me prendre une claque. Voilà mon premier roman de l'été, c'est une découverte originale, décalée que j'ai bien appréciée.

    1314662623.gif

    "Vous ne bronchez pas, vous ne soufflez pas, vous ne râlez pas, vous lisez, vous écrivez, vous remplissez des copies, vous passez des examens et des concours, vous étudiez sans effort, vous êtes à côté, derrière, sur le bord, vous êtes vague, vous êtes légère, vous êtes insaisissable, vous êtes nonchalante, vous traversez l'existence comme s'il s'agissait d'un nuage, d'une fine buée, d'une manière cotonneuse et sans résistance, vous vivez en somnambule, vous êtes anesthésiée, vous êtes endormie, vous êtes assommée, rien ne peut vous réveiller. Vous apprenez qu'on peut être ensemble et séparé. Vous vous absentez." page 122

    Allez lire le résumé de Cathulu, plus fun que le mien et le billet de Manu, un peu fâchée avec les rennes. :)

    «Vous aimez les animaux. Ce livre raconte leur histoire et la vôtre. L’histoire d’une enfant qui croit que le traîneau du père Noël apporte les cadeaux et qui sera forcée un jour de ne plus y croire. Il faut grandir, il faut s’affranchir. C’est très difficile. C’est même impossible. Au fond, vous êtes exactement comme les animaux, tous ces animaux que nous emprisonnons, que nous élevons, que nous protégeons, que nous mangeons. Vous aussi, vous êtes emprisonnée, élevée, éduquée, protégée. Et ni les animaux ni vous ne savez comment faire pour vous émanciper. Pourtant il faudra bien trouver un moyen.» Olivia Rosenthal." Quatrième de couverture

  • Je vous écris comme je vous aime

    Imprimer

    Je vous écris comme je vous aime.jpg

    Élisabeth Brami écrit aussi pour la jeunesse (bibliographie jeunesse).

    Édité en 2006 chez Calmann Lévy

     Émilie et Gabrielle, deux femmes séparées géographiquement, que 30 ans séparent mais qu'une rencontre a profondément troublées. C'est à travers leur correspondance que nous découvrons leurs sentiments, entre douleurs et passions, et puis la vie qui suit son cours.

    J'ai lu ce roman hier soir, petite entracte d'une soirée, soit 209 pages avant de retrouver mes passionnantes histoires d'Aravind Adiga dans Les Ombres de Kittur.

    J'ai trouvé cette écriture très belle, beaucoup de justesse dans les sentiments, des tournures de phrases plaisantes, des références littéraires intéressantes (Marguerite Duras, Jean Giono...) et n'écartant pas le lecteur. La soirée fut donc agréable, riche en émotions, jusqu'à ce qu'une immense tristesse me saisisse, et me fasse verser quelques larmes.

    J'ai particulièrement apprécié l'alternance entre lettres et récit. Il n'y aurait eu que la correspondance, ça aurait pu devenir lassant mais là, pas moyen de s'endormir, ça se lit d'une traite. Dans un sens ou dans l'autre, on ne peut pas rester indifférent.

    Nos deux héroïnes sont attachantes, l'une fougueuse, l'autre cherchant davantage à contrôler ses émotions, quitte à les masquer. L'histoire tourne autour de cette fameuse rencontre, des sentiments troublants ressentis, du manque provoqué par la distance, de ce besoin d'écrire mais aborde aussi des thèmes tel que la vieillesse (la plus âgée a 80 ans, j'avoue que je ne m'y attendais pas) et la maladie. Bon, je ne vous en dis pas plus...

    Un roman épistolaire très touchant, que je vous conseille de lire si vous aimez les introspections sentimentales et les correspondances passionnées.

  • Zola Jackson

    Imprimer

    Zola Jackson.jpg

    Gilles Leroy est l'auteur de Machines à sous, L'amant russe et Alabama Song.

    2010 aux Éditions Mercure de France

    Zola Jackson, institutrice noire américaine nous raconte la manière dont elle a affronté la tempête Katrina, à La Nouvelle-Orléans, en 2005, seule chez elle avec sa chienne labrador, Lady. Elle nous parle aussi de ses souvenirs, de son mari mais surtout de son fils Caryl, de ses regrets et de ses déceptions.

     Ce roman m'a beaucoup touchée et pas seulement parce que j'ai une affection particulière pour les labradors! L'histoire est émouvante, on ne peut qu'être admiratif devant le courage et la force dont a fait preuve Zola Jackson pendant l'ouragan mais c'est loin d'être une héroïne modèle, elle a ses failles, et celles-ci apparaissent à travers ses souvenirs.

    J'ai ressenti aussi de l'indignation: les secours n'arrivent pas, le sort du quartier semble laisser tout le monde indifférent, les hélicoptères se contentent de filmer... Triste spectacle devenant malheureusement assez banal.

    J'ai apprécié l'alternance entre récit de la catastrophe et plongée dans le passé du personnage. La lecture est fluide, le style plaisant, le roman compte moins de 150 pages et se lit avec facilité. La fin du roman ne m'a pas déçue. J'ai passé un très bon moment de lecture malgré quelques larmes à la fin.

    "Zola Jackson" fait parti des romans auxquels on continue de penser même une fois le livre terminé. Je ne peux que vous le conseiller.

    Je suis, ensuite, allée lire l'avis de Sandrine, Lou et Joelle.

    Zola Jackson, Gilles Leroy, roman,

    Et voilà, j'ai vidé mon premier livre de la bibliothèque! Enfin, il s'y trouve toujours mais il n'est plus dans la PAL...

  • La tête en friche

    Imprimer

    La tête en friche.jpg

    Marie-Sabine Roger

    J'ai lu "Attention Fragiles" il y a environ dix ans...

    2008 aux Editions du Rouergue

    C'est l'histoire d'une rencontre improbable: Germain, la quarantaine bien avancée, un peu illettré et bringuebalé par la vie et Marguerite, presque 86 ans, petite mémé à l'apparence toute fragile qui vit en maison de retraite. Il vont se retrouver sur le banc d'un parc, à compter les pigeons, à parler des livres, de tout et de rien.

    Encore un livre qui a atterri (presque) par hasard dans ma PAL, après avoir focalisé dessus au cours d'une de mes promenades à fort potentiel livresque.

    Je sorts de cette lecture heureuse. J'ai apprécié cette histoire tendrement amusante, racontée par Germain, un peu fâché avec le français et les bonnes manières mais tellement sincère qu'on ne peut rien lui reprocher. C'est parfois drôle, (Mr Hilde a profité de quelques passages lus à haute voix, vive le Guide Maupassant), émouvant (j'en ai parfois eu les yeux humides) et même si c'est plein de bon sentiments (j'avoue que j'aime ça, à petite dose), ça reste assez juste. Germain évolue quand même de manière stupéfiante au contact de Marguerite mais c'est pour le bonheur du lecteur alors...

    La lecture est agréable, les chapitres sont très courts, on ne voit pas passer les 218 pages de ce roman.

    La tête en friche ne vous prendra pas la tête, au contraire, vous vous sentirez un peu plus léger.

    C'est une petite bouffée d'oxygène, un livre tout en simplicité et en émotion.

    Il ne me reste plus qu'à voir le film maintenant!

    Sur la Blogo

    Je suis allée lire l'avis de Latite06 et de Theoma.

  • La demeure des âmes perdues

    Imprimer
    La demeure des âmes perdues.jpg

    Lucy W.Owl

    Editions les Presses du Midi - mai 2010

    Vivian Hennessy retourne un jour vivre à Sartory, la demeure familiale qui abrite ses souvenirs d'enfance. Elle engage alors une aide-ménagère, un jeune jardinier, retrouve une amie d'enfance, une tante encore en vie, et souhaite avant tout redonner au domaine son charme et sa grandeur d'antan mais les fantômes du passé ne cessent de tourmenter la quiétude des lieux. Vivian découvre alors les manuscrits de son grand-père et apprend les lourds secrets qui entourent sa famille depuis plus d'un siècle. Amoureuse, possédée, sous l'emprise de Sartory, mettra-t'-elle fin à cette malédiction?

    "Car ici commençait la voie menant à Sartory. Mais à cette heure, Sartory n'est plus  ce qu'il a été. Sartory est mort. Comme les Hennessy... Ce soir enfin, j'acomplis ce qui aurait dû être fait depuis bien des années. Je rentre chez moi. Je m'en reviens au seul endroit du monde où je me sens aussi totalement chez moi. Dans cette maison qui m'attend et m'espère depuis si longtemps."

    Vous aimez les manoirs poussiéreux, les drames familiaux qui laissent des fantômes derrières eux et les passions mortelles alors ce roman est, peut-être, celui qui vous fera, sursauter lorsque le téléphone sonne (c'est du vécu).

    L'ambiance de ce roman, glace un peu le sang. Dés le début, une impression de malaise s'installe et amplifie au fil des pages, en fonction des évènements surnaturels, et des secrets révélés, c'est très réussi. J'avoue avoir frémi à plusieurs reprises.

    L'histoire de cette saga familiale est captivante, j'ai particulièrement apprécié les passages où Vivian découvrent l'histoire de sa famille dans les manuscrits de son grand-père. C'est passionnant même si certains évènements se devinent avec un peu d'imagination mais le plaisir de la découverte reste intact.

    Le style assez fluide, descriptif rend la lecture agréable et ça se lit vite.

    Laissez-vous aussi absorber par l'ambiance malsaine de Sartory.

    Vous pouvez découvrir l'article consacré à La demeure des âmes perdues.

    Merci à Obiwi pour l'envoi de ce roman.

    4 sourires.jpg

    Si vous craquez pour les vieilles demeures hantées, vous aimerez peut-être

    Les fantômes de Century ou Le Treizième conte

    Dark side challenge.jpg

  • Blanche et le vampire de Paris

    Imprimer
    Blanche et le vampire de Paris.jpg

    Hervé Jubert

    Albin Michel Wiz - 2007

    Paris en 1873, Blanche, vingt ans vient tout juste de se marier. Le couple vit dans un petit appartement parisien mais pendant que son mari est appelé à Londres pour son travail, attirée par les mystères, elle va mener sa propre enquête concernant une jeune femme à la peau très blanche, nommée Camille, qu'elle vient à peine de rencontrer. Au même moment, un homme est retrouvé exsangue. Gaston Loiseau, son oncle, et Arthur Léo, deux commissaires de police, se lancent à la poursuite de celui qu'on commence à appeler dans les journaux "Le vampire de Paris".

    Ce roman est le troisième d'une série mettant en scène le personnage de Blanche.

    Je n'ai pas lu les précédents, n'ayant pas été très inspirée par les quatrièmes de couvertures (j'avoue) mais ce n'est pas le premier roman d'Hervé Jubert que je lis. Je suis engagée dans La trilogie Morgenstern.

    Enfin, j'apprécie l'écriture de l'auteur, son style, l'atmosphère du roman, la bonne dose de suspense qui m'a emmenée jusqu'au dénouement, assez inattendu. J'aime également sa manière de décrire Paris au XIXème siècle, de méler des personnages fictifs et historiques avec une touche de fantastique, sans en faire trop. Certaines descriptions hérisseront tout de même les poils des plus sensibles mais sans abus d'hémoglobine et de détails sordides.

    J'ai passé un très bon moment en compagnie de Blanche et des enquêteurs; une lecture comme je les aime.

    sourires.jpg

    Si vous souhaitez manger raccord avec le roman! (recettes non fournies)

    Mirlitons, bavaroises, lait d'amande au tapioca (page 13), un baba au rhum (page 15), un gigot avec des pommes Pompadour (page 30), une tartiflette (page 43), une omelette au basilic (page 172). Bon appétit

    Lu dans le cadre du

    Dark side challenge.jpg
  • Les Vampires de Londres

    Imprimer
    Les vampires de Londres.jpg

    Tome 1 - Les étranges soeurs Wilcox

    Fabrice Colin

    Gallimard Jeunesse - 2009

    Dés douze ans

    *******

    Un jour de l'année 1888, Luna et Amber se réveillent dans un cercueil. Devenues vampires, elles vont arpenter Londres afin de découvrir ce qu'est devenu leur père et tenter de comprendre ce qui leur est arrivé. Sur leur chemin, Sherlock Holmes, Abraham Stocker, Jack l'éventreur, des clans de vampires et une organisation secrète qui dépend de Buckingam Palace. Parviendront-elles à découvrir la vérité et à s'engager dans une lutte entre vampires?

    Une lecture distrayante mais...

    J'ai eu du mal à accepter la présence de Sherlock Holmes dans ce Londres victorien peuplé de vampires. J'aime pourtant les enquêtes de Sherlock Holmes, les vampires et le Londres victorien mais quelque chose dans la manière de mélanger les genres m'a déplue. Je trouve que ça manque un peu de finesse et je crois que c'est ce qui m'a le plus dérangé.

    Une fois dépassée cette première et mauvaise impression, une centaine de pages plus loin, je me suis laissée entraîner dans cette aventure à l'ambiance plaisante et riche en rebondissements. Je n'ai rien à dire sur le style. Je trouve que ça se lit assez bien.

    Mais, j'avoue que je suis un peu déçue. Je m'attendais à plus de surprises.

    Néanmoins, j'ai quand même envie de savoir ce qui va arriver aux soeurs Wilcox.

    3 sourires.jpg

    Lire le billet de Lou, Chrestomanci, Herisson08

    Et découvrez d'autres billets de blogueurs sur BOB

    Lu dans le cadres du

    The Dark Side Challenge.JPG

    Enregistrer

  • Deslits

    Imprimer
    IMG_6727.jpg

    Incitation à la rêverie, à la sieste, à la lecture...

    Ce livre contient des photos de lits. Ci-dessus mon préféré, idéal pour les nuits d'été.

    "Je suis heureux dans mon lit. Une grande partie de mon inspiration vient de là. Je voulais vérifier si la relation fusionnelle que j'entretenais avec ce meuble était une maladie. Après être passé par plus de 80 lits, je suis rassuré, il y a plus malade que moi." Thierry Bouët

    Si vous aimez les lits vous allez être servis, il y en a pour tous les goûts. On les découvre en même temps que leur propriétaire. C'est assez surprenant à feuilleter parfois complètement délirant, du plus moderne, au plus original, vous en trouverez bien un à votre goût. Les annotations auprès de chaque photo nous permettent d'en savoir un peu sur leur conception.

    Certains couchages sont de vraies oeuvres d'art.

    Deslits.jpg

    Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit!

  • La Mécanique du Coeur

    Imprimer

    La mécanique du coeur.jpgMathias Malzieu

    La vie n'est pas simple lorqu'on a une horloge à la place du coeur. C'est le cas de "little Jack", né à Edimbourg le 16 avril 1874 et recueilli par Madeleine, une drôle de sage-femme et maman de substitution qui le tient à l'écart du monde extérieur. Un monde qu'elle juge dangereux pour son coeur qui ne supporterait pas les effets de l'amour. Mais, Jack n'aura en tête que de retrouver la jeune fille, partie en Espagne, dont il est tombé amoureux, dans son enfance. Pour le meilleur et pour le pire.

    Ce que j'en pense

    J'aime les contes fantastiques qui parlent d'amour comme celui-ci. Aucune fioriture, la lecture est agréable, sans naïveté. Voilà une belle histoire qui fait à la fois sourire, serrer le coeur et réserve pas mal de surprises. A découvrir si ce n'est pas déjà fait.

    Mathias Malzieu est aussi l'auteur de: Maintenant qu'il fait tout le temps Nuit sur toi que je compte lire prochainement.

    Quatrième de couverture: "La mécanique du coeur vibre d'une rugueuse force poétique où l'humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence [...]"

    Emprunté à la Médiathèque

    D'autres critiques: voir chez Karine et Midola

  • Le magasin des suicides

    Imprimer

    2b6e7459fc41fe8c06bd5a81c1a73c7b.jpg

    "Vous avez raté votre vie? Avec nous, vous réussirez votre mort!"

    C'est un peu comme si la famille Adams tenait sa boutique au coin de la rue. On y trouve la panoplie complète des articles pour réussir son suicide. 

    De la fiole de poison en passant par le parpaing pour se noyer au fond de la rivière. Le choix est vaste et les clients défilent.
    On peut dire que la famille Tuvache cultive cette ambiance morbide.

    Jusqu'à l'arrivée du petit dernier qui lui n'est pas tout à fait comme les autres. Il écoute des musiques joyeuses et non des  marches funèbres, il sourit, fait des compliments. Bref, la honte de la famille jusqu'au jour où...

    ***

    C'est un roman très amusant, en fin de compte et qui se lit vite. Une lecture sympa à partager. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est éblouissant ou bouleversant comme le disent les critiques à l'intérieur de la couverture du livre mais, il y a là de quoi passer un bon moment si on aime ce genre d'humour.

    thé toi et lisLes lectures de Madame Charlotte, Biblioblog ont également commenté ce roman de Jean Teulé