Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pirates

  • Sucre noir

    Imprimer

    Je me suis procurée ce roman au cours d'une petite escapade très sympa en librairie avec Gambadou. Les Caraïbes, la perspective d'un trésor de pirate, on imagine l'Aventure mais Sucre noir nous emmène ailleurs.

    Sucre noir, Miguel Bonnefoy, rentrée littéraire, roman, pirates

    Miguel Bonnefoy

    Payot & Rivages, 2017

    Dans un village des Caraïbes, la légende d’un trésor disparu vient bouleverser l’existence de la famille Otero. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs se succèdent.

    Tous, dont l’ambitieux Severo Bracamonte, vont croiser le chemin de Serena Otero, l’héritière de la plantation de cannes à sucre qui rêve à d’autres horizons.
    Au fil des ans, tandis que la propriété familiale prospère, et qu’elle distille alors à profusion le meilleur rhum de la région, chacun cherche le trésor qui donnera un sens à sa vie.
    Mais, sur cette terre sauvage, la fatalité aux couleurs tropicales se plaît à détourner les ambitions et les désirs qui les consument. Présentation éditeur

    Je me suis laissée absorber par cette histoire jusque tard dans la nuit, curieuse de découvrir ce qu'il allait advenir des trois générations de personnages de cette ferme.

    Une écriture agréable, un peu poétique nous guide dans cet environnement familial. J'ai apprécié le personnage de Serena, son intérêt pour la nature, les plantes exotiques ainsi que son caractère entier et généreux, trompant l'ennui.
    Le personnage de Severo m'a agréablement surprise. Rêveur, passionné, d'abord obsédé par la recherche du trésor mais capable de voir au-delà.

    "Ce n'était pas une révélation fracassante, des cris poussés au ciel, c'était une découverte qui ne faisait pas de bruit, qui avait le tremblement des feuilles, comme un printemps à l'intérieur de lui.
    Gagné par ce souvenir, il se risqua à accepter sans résistance que quelque chose de nouveau s'emparât peu à peu de ses sentiments.

    A partir de cet instant, la chasse au trésor n'eut plus le trésor pour objet. " Extrait page 73

    Des saveurs de rhum, de trésors enfouis et de vies écoulées. Il ne se passe pas grand chose, ça reste très descriptif mais je ne me suis pas ennuyée.

    Ces doublons, ces pierres précieuses ont au final un goût amer.
    Le trésor n'est pas maudit mais il pourrait l'être et le prix à payer pour tant de convoitise reste élevé. 

    Ce récit me fait penser à une fable sur la valeur des choses, la notion de richesse. La morale est simple, efficace.  

    | ***** |

    Une belle histoire qui m'a captivée.

    L'image qui restera: Ce bateau pirate planté dans les arbres, au milieu de la forêt. 

    D'autres avis chez : Alivreouvert, Gambadou

  • Poulet au rhum des Caraïbes avec des pirates

    Imprimer

    Aujourd'hui au menu: Pirates de Michael Crichton, un roman édité en 2010 et mon poulet au rhum des Caraïbes. J'en ai aussi profité pour inviter Jack Sparrow!

    Récemment mis à jour18.jpg

    Lire la suite

  • Les Pilleurs d'Âmes

    Imprimer

    J'avais prévu de parler de ce roman, dans le cadre de la Lecture Commune: "SF à la Française", proposée par Purple avec YodaBor et Sofynet, mais je n'ai pas pu publier ma chronique pour le 14 juillet. Je vous propose donc un billet antidaté, (dix jours de retard) pour mettre un terme au calvaire représenté par la rédaction de ces quelques lignes.

    laurent whale,les pilleurs d'Âmes,roman,sf,pirates

    Laurent Whale est un auteur franco-britannique.

    Ad Astra Éditions, 2010

    1666, l'Île de la Tortue, Yoran Le Goff embarque à bord de La Providence, cap sur la flotte espagnole. De l'or mais aussi une mission qui s'annonce difficile à mener pour notre agent, dans ce monde parallèle, au coté des flibustiers.

    Au mois d'avril, j'ai ouvert ce roman pour la première fois, enthousiaste, m'attendant à trouver une histoire passionnante, une aventures de pirates, avec des technologies futuristes et des expériences intergalactiques. Les ingrédients semblaient réunis pour passer un excellent moment de lecture, sauf que je n'ai pas accroché plus que ça.

    Pour résumer, j'ai d'abord éprouvé des difficultés à entrer dans l'univers, puis comme un sentiment de confusion par rapport au contexte intergalactique. J'ai senti un petit sursaut d'intérêt à la fin mais pas aussi grandiose que j'imaginais. 

    Souhaitant donner une seconde chance à ce livre, je me suis replongée dans l'histoire au début de mes vacances mais l'intérêt a alors faibli au fil des pages et hier, j'ai finalement pris la (dure) décision d'abandonner cette relecture.

    L'écriture de Laurent Whale est pourtant fluide et assez agréable à lire avec un vocabulaire riche, de belles descriptions des "Frères de la côte", partant à l'abordage, pillant tout sur leur passage. L'histoire ne manque pas d'originalité, ni d'action et de violence. L'univers est cohérent, la fin un peu rapide peut-être, une impression.

    Cependant, je pense que c'est le mélange des genres, qui m'a ici dérangée, la manière dont les éléments de science-fiction viennent s'imbriquer dans l'histoire. Beaucoup de zones d'ombres, et la sensation qu'il manque des détails pour que l'ensemble soit parfaitement clair, malgré le glossaire et quelques explications au cours de la lecture.

    Déçue.jpg
    Et puis, les personnages ne sont pas parvenus à retenir vraiment mon attention, la romance ne m'a pas touchée. Je suis restée très distante par rapport à ce récit et quelque part, je suis déçue de ne pas avoir apprécié l'aventure autant qu' Arieste et Cornwall,  par exemple. Jae_Lou n'est pas vraiment "rentrée dedans" non plus mais semble avoir passé un meilleur moment de lecture. Que de frustrations en cette fin de billet!

    J'envisage malgré tout de poursuivre ma découverte des romans de Laurent Whale. ;)

    logo du challenge geek

    Organisé par Sofynet et Hilde

  • Jamaica

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vais vous parler de Jamaica: un jeu de plateau sympathique, dans l'univers des pirates, qui fait partie de notre ludothèque depuis quelques années!

    Jamaica

    Vous pouvez agrandir toutes photos de ce billet, si vous le souhaitez.

    2 à 8 joueurs. Le mode 2 joueurs ne nous a pas vraiment convaincus avec Mr Hilde (on déplace un vaisseau fantôme pour pimenter la partie mais il manque quelque chose). A 3 ou 4 joueurs, ça devient carrément plus sympa. 

    chelsea buns,cuisine,british

    • Rendez-vous à la taverne pour découvrir la suite de ce billet. :)
  • Ratafia T1

    Imprimer

    Ratafia.jpg

    Pothier & Salsedo

    2006 - Milan

    Tome 1: Mon nom est Capitaine

    J'ai acheté le premier tome de Ratafia à Mr Hilde, il y a déjà plusieurs années. J'ai eu l'occasion de le lire, de le relire et j'ai toujours passé un bon moment. Je me suis dit que c'était l'occasion idéale, pour en parler, aujourd'hui.

    C'est le  Mercredi BD, organisé par Mango!

    Ratafia, c'est vraiment n'importe quoi! On n'avait jamais vu un capitaine gagnant un galion et tout son équipage... aux cartes. Il apporte avec lui tout un tas de cartes aux trésors, sa femme muette, ainsi que sa bibliothèque personnelle! Le capitaine est un grand lecteur mais finalement, peu intéressé par les trésors!

    Pourquoi lire Ratafia?

    • Pour les pirates, les durs, les vrais et même les rigolos
    • Pour les chasses au trésor qui changent de l'ordinaire
    • Pour les graphismes, dignes d'un dessin animé
    • Pour les jeux de mots débiles mais drôles
    • Pour l'humour décalé qui apporte un certain charme

    Si je n'ai pas réussi à vous convaincre de lire Ratafia, je vais quand même ajouter que l'histoire est amusante, raffraîchissante et distrayante, que plusieurs tomes vous attendent après celui-là et qu'un peu d'humour, ça ne fait pas de mal de temps en temps.

    Ratafia quatuor.jpg

    "Tu sais ce que je pense de ces chasses au trésor, Romuald?

    C'est puéril. En plus, si on nous voit, on va passer pour des scouts."

    BD appréciée aussi par Lael

  • L'Île au Trésor

    Imprimer
    L'île au trésor.jpg

    Robert Louis Stevenson

    Illustré par Vincent Dutrait

    Un grand merci aux éditions Tourbillon -

    2010 - Moins de 15 euros

    "Un vieux marin au visage basané", rend son dernier souffle à l'auberge de l'Amiral Benbow en laisant derrière lui une mystérieuse carte au trésor. Jim Hawkins, le fils de l'aubergise, s'en empare et part à l'aventure avec tout un équipage sur L'Hispaniola mais à bord, il se rend compte qu'une bande de pirates convoitant le trésor a été recruté. Arrivés sur l'îlot du Squelette les choses tournent mal.

    Un format agréable pour découvrir des classiques de la littérature jeunesse.

    J'ai apprécié les illustrations. Celles en couleur sont magnifiques et toutes accompagnent à merveille cette histoire. La mise en page est agréable, les caractères de bonnes tailles et le style fluide et accessible. J'aime beaucoup le format de ce livre, on est entre l'album et le roman. Il est très sympa à manipuler.

    Et puis, j'adore les histoires de pirates, d'îles aux trésors. J'ai trouvé cette aventure passionnante du début à la fin. A mettre entre toutes les mains.

    Paroles de blogueurs

    Herisson: "Une version qui me semble idéale pour permettre à tous de découvrir cette belle histoire".

    Lael: "Quel plaisir de se saisir d'un livre relié, de qualité, avec couverture cartonnée et de belles illustrations."