Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nouvelles

  • Après le tremblement de terre

    après le tremblement de terre,haruki murakami,nouvelles,un mois au japon

    Haruki Murakami

    10/18, 2016 pour la présente édition

    5 nouvelles:

    - Un ovni a atterri à Kushiro
    - Paysage avec fer
    - Tous les enfants de Dieu savent danser:
    - Thaïlande
    - Crapaudin sauve Tokyo
    - Galette au miel

    Japon, 1995. Un terrible tremblement de terre survient à Kobe.

    " Cette catastrophe, comme un écho des séismes intérieurs de chacun, est le lien qui unit les personnages de tous âges, de toutes conditions, toujours attachants, décrits ici par Haruki Murakami.

    Qu’advient-il d’eux, après le chaos ? Séparations, retrouvailles, découverte de soi, prise de conscience de la nécessité de vivre dans l’instant. "

    De drôles de rencontres: un homme quitté par sa femme après le tremblement de terre entreprend un voyage dans le Hokkaido, un peintre amateur de feu de camps et une jeune femme, tous deux un peu désespérés se retrouvent pour un dernier partage, un homme bien perturbé souhaite découvrir qui est son père, un autre doit sauver Tokyo d'un tremblement de terre et encourager un... crapaud à combatte, enfin un écrivain prend sa vie en main afin de protéger celles qu'il aime des cauchemars en tout genre.

    La lecture de ce recueil fut une véritable errance littéraire, entre rêves, réalité brumeuse et cauchemars justement. Chaque nouvelle contient sa part d'étrangeté, ses personnages plus où moins sains d'esprit et reliés au tremblement de terre.

    Chaque ambiance est originale, déconcertante et vous enveloppe pour quelques pages seulement. A peine le temps de s'imprégner d'une atmosphère qu'elle se dissout de manière inattendue.

    Et puis, il y a quelque chose d'insaisissable dans ces histoires, des éléments restent incompréhensibles, certains détails dérangent. J'ai parfois l'impression de perdre un peu pieds dans ces univers aux contours un peu flous, et flottants.

    Heureusement, c'est agréable à lire, le style est fluide et quelques images restent en tête.

    Ce n'est pas la première fois qu'un recueil de nouvelles japonais provoque ce genre de ressenti, un peu troublé. C'est donc une expérience de lecture à tenter, si les secousses littéraires ne vous font pas peur.

    | ***** |

     

    logo mois au japon 01.jpg

    Lou et moi pour Un Mois au Japon

  • Anthologie Maisons Hantées

    Aujourd'hui, je vous emmène en visite dans différentes maisons hantées, des lieux maudits, où il ne fait pas bon s'aventurer...

    Âmes sensibles s'abstenir!

    tous les livres sur Babelio.com

    Éditions Luciférine, 2015

    Auteur(e)s: Chris VilhelmRaphaël BoudinQuentin FoureauJérémy BouquinV.F.F. PougetYann IsoardiAntoine TechenetEmmanuel Delporte Mahaut DavenelVincent TassyHélène DucMickaël FeugrayNicolas SaintierFloriane SoulasDavid MonsBruno PochesciJean-Charles Flamion

    Gardons la lumière allumée encore un peu...

    J'aime ces histoires de maisons hantées alors imaginez un peu lorsque j'ai découvert l'existence de cette anthologie! Il fallait que je parte en exploration, que je pousse les portes de ces demeures infernales, à mes risques et périls.

    On minimise les conséquences pour le lecteur ou la lectrice, mais les dommages peuvent être importants.
    Pour commencer, l'imagination travaille, entraînant des difficultés pour trouver le sommeil: un grincement suspect, la porte de la chatière qui se referme, le  bruit de petites pattes sur le plancher.
    Le cœur battant, à l'écoute du moindre bruit, et si ce n'était pas le chat! La trouille peut s’immiscer et transformer nos rêves en cauchemars. Quant aux grincements, c'est la maison qui travaille, ça va de soit!

    Plongeons au cœur de l'horreur...

    Ces histoires, dix-sept en tout, tiennent leurs promesses en matière d'horreur et de détails sordides. La plus glauque, est sans hésiter la dernière du recueil: Dehors il neige, fin du monde et nécrophagie au menu.

    Mais ce n'est peut-être pas le pire, question de point de vue. Lorsque le sexe s'invite dans les récits fantastiques, ça me dérange énormément et c'est le cas ici avec plusieurs nouvelles:

    -> Motel K, une histoire qui ne m'a pas convaincue mais les allusions sexuelles n'y sont pour rien.

    -> Amphytryon, Sida, drogue, viol, c'est tellement descriptif, presque insoutenable à lire avec aucune envie de s'y replonger. J'atteins là mes limites, le plaisir de lire disparaît complètement. Question de sensibilité.

    -> 65 de la rue Bouscarrat, Tournée différemment, celle-ci m'aurait vraiment plu, l'originalité aurait pris le dessus avec cette histoire de fresques.

    -> Annabelle a le mérite d'être drôle, la chute est tellement inattendue. Rire d'horreur, c'est un peu étrange. Je n'ai pas pu m'empêcher de me faire la réflexion.

    Dans l'ensemble,  ces nouvelles se lisent avec facilité, l'écriture est assez soignée. Une seule m'a posé problème, avec un style très familier: Cambrousse Punk.

    J'en profite pour évoquer les illustrations en noir et blanc, qui agrément cette anthologie: une pour chaque récit. J'aime beaucoup.

    Enfin, certaines ambiances m'ont particulièrement plu.

    -> Dans Jeux d'enfants et Kolka, j'ai presque senti un petit courant d'air froid à la fin, c'est bien mené et très efficace.

    -> Le 145 rue Lafayette et La Vénus aux épines m'ont marquée. L’angoisse est au rendez-vous d'abord avec cet hôtel plus vaste qu'il n'y paraît transformé en tombeau, puis avec cette maison ayant servi à un "culte infâme". Je fais une fixation sur les chiots, image traumatisante. 

    -> Dans un autre genre, j'ai beaucoup apprécié Classifié, bien rythmée sur le thème de la sorcellerie, Walpurgis est même évoqué.

    -> Métafiction m'a bien dérangée avec ses filles coincées dans des livres (brrr) et Le Murmure des pierres, me laisse aussi une impression d'étrangeté.

    maison hantée,anthologie maisons hantées,nouvelles

    Avis funèbre
    J'ai donc trouvé dans ce recueil des histoires plaisantes, déplaisantes, parfois déroutantes, effrayantes (voir carrément flippantes), passionnantes, pas toujours convaincantes, parfois dégoûtantes. Rassurez-vous, j'en ai presque fini avec les rimes en "ante".

    maison hantée,anthologie maisons hantées,nouvelles

    Tout ne m'a pas plu dans ce recueil mais ça reste quand même une découverte intéressante pour l'amatrice de maisons hantées. Un grand merci à Babelio qui m'a permis de les explorer. 

    Mon sommeil n'a pas été troublé, j'ai pu éteindre la lumière et ignorer les bruits suspects de la maison.

  • L'amour vous connaissez?

    L'amour vous connaissez.jpg

    Vous l'aviez snobé l'an dernier? Et  bien le revoilà!
    Mon billet SF pour la Saint-Valentin est de retour et j'y tiens car ces nouvelles sont fort sympathiques et cette couverture, tellement romantique, rendez-vous avec Isaac Asimov. Pas besoin d'être en couple pour apprécier!

    L'amour vous connaissez?

    Isaac Asimov

    Les nouvelles qui composent ce volume font parti du recueil américain Nightfall and other stories, publié sous le titre: Quand les ténèbres viendront.

    J'ai beaucoup aimé lire les préfaces (de chaque nouvelle), apportant quelques anecdotes sur l'auteur ou sur le contexte dans lequel elles ont été écrites.

    • Vide-C (1951): Un vaisseau terrien est abordé par un vaisseau ennemi (Kloro). Si les passagers ne veulent pas rester prisonniers de guerre pendant des années sur leur planète (à atmosphère de chlore), il va falloir trouver un plan. Un homme que rien ne destinait à l'aventure va risquer sa vie et sortir par le vide C. Mais qu'est ce qui peut bien motiver un acte héroïque de la sorte? 

    *vide c ou vide cadavre pour les enterrements dans l'espace

    • En une juste cause (1951): Dick et Geoffrey sont deux amis, l'un se retrouve constamment en prison pour défendre ses idées, souhaitant que humanité s'unisse contre les Diaboli (une menace selon lui pour les terriens) alors que l'autre n'en voit pas l'utilité et gravit pendant ce temps les échelons du pouvoir mais au final, qui des deux restera dans l'histoire?
    • Et si... (1952) La seule histoire d'amour d'Isaac Asimov d'après la préface! Un couple prend le train pour New York afin d'y fêter leur cinq ans de mariage. Ils discutent des circonstances de leur rencontre: "Si tu n'avais pas été dans le tramway ce jour-là, tu ne m'aurais probablement jamais rencontré. Alors, qu'est-ce que tu aurais fait?" Et si un homme étrange leur montrait le passé tel qu'il aurait pu être, dans une étrange plaque de verre...
    • Sally (1953) Jacob Flokers possède une ferme pour les Automobiles Retraitée. Elles ont toute un nom, un sexe (mâle ou femelle), une personnalité et une certaine autonomie, ce sont des automatiques.

    "Les automatiques avaient changé tout ça. Un cerveau positronique réagit beaucoup plus vite qu'un cerveau humain, bien entendu, et les gens avaient avantage à ne pas toucher aux commandes. On montait, on pressait des boutons pour indiquer sa direction, et la voiture partait toute seule."

    Un agent commercial peu scrupuleux et dangereux, insiste pour qu'il vende ses moteurs mais il semble ignorer de quoi les véhicules sont capables...

    • Personne ici, sauf... (1953) Bill Billings et Cliff Anderson sont deux ingénieurs électricien, ils ont conçu une machine à penser, Junior, qui semble devenir incontrôlablement intelligente. Il n'y a qu'un seul moyen: essayer de la déconnecter au laboratoire, au lieu d'aller au théâtre avec Mary Ann. Seule une diversion pourrait les aider à y parvenir.
    •  Quelle belle journée! (1954) Nous sommes en 2117, nous n'utilisons plus des portes traditionnelles mais des portes à coordonnées électroniques (il suffit d'entrer les coordonnées, de passer la porte pour se retrouver à l'endroit désiré). Suite à une panne de leur porte, Richard, 12 ans, est obligé de sortir par la porte de secours, pour se rendre chez les voisins et utiliser la leur, mais il va finalement se rendre à l'école à pied, chose impensable et découvrir le monde extérieur. Y prenant goût, plongeant dans l'inquiétude son entourage, sa mère finira par le conduire chez un  psychiatre.

    "Après tout, il y a un rebelle en chacun de nous, mais, en général, il meurt à mesure que nous grandissons et que nous vieillissons."

    • L'amour vous connaissez? (1961) Deux êtres humains (un homme et une femme) ont été kidnappés par une créature scientifique extra-terrestre dans le but de les étudier, conscient qu'ils pourraient présenter une menace pour la galaxie mais ces deux là ne semblent pas vouloir "coopérer"...

    "De plus, mon Capitaine, pour produire des petits, les deux formes doivent coopérer. "


     J'ai passé un excellent moment de lecture. Ces nouvelles sont très agréables à lire, bien écrites et originales. J'ai juste été un peu gênée par quelques termes techniques dans Vide C, j'ignorais ce qu'était une thuyère, par exemple, mais je n'ai pas rencontré d'autres difficultés astronautiques, par la suite.

    Sally et Personne ici, sauf... ont un dénouement inattendu qui fait froid dans le dos et nous font prendre conscience des dangers de l'intelligence artificielle. Malgré tout, j'avoue que ça me plairait d'avoir une voiture automatique qui puisse me conduire où je veux, sans avoir besoin de tourner le volant. L'auteur nous explique d'ailleurs les bienfaits d'une telle évolution, ça laisse pensif et puis c'est beau l'attachement que peut avoir Jake pour ses bolides.

    La chute finale de Vide-C et de L'amour vous connaissez est plutôt humoristique. Cette dernière nouvelle est vraiment cocasse. La créature nommée Botax nous livre sa vision de l'être humain et de la science-fiction, il est un peu à côté de la plaque, c'est très drôle.

    Dans Et si...  et dans Quelle belle journée, ça se termine avec légèreté. J'ai beaucoup aimé ces deux nouvelles, l'une parce que voir ce qui se serait produit dans un passé hypothétique, c'est assez excitant comme concept et la seconde parce qu'elle montre un enfant qui s'écarte de la norme, en faisant quelque chose qui nous est familier, voir banale: passer par une porte, ça paraît absurde, et pourtant sous la plume d'Isaac Asimov, ça semble tout à fait crédible. Cet homme est un magicien!

    Toutes ne parlent pas d'amour mais celles qui ont abordé le sujet sont à mon goût très réussies. La plupart nous font réfléchir, En une juste cause, est celle qui m'a le plus fait cogiter, la plus émouvante aussi.

    Un recueil SF accessible, à mettre entre toutes les mains, par amour ou juste pour le plaisir de la lecture.

    Logo Challenge Geek mini.jpg

    Lu dans le cadre du Challenge Geek.

  • Les Créateurs

    Les créateurs.jpg

    Vous cherchez une lecture originale, un livre, un vrai, avec des nouvelles de l'imaginaire bien écrites dedans? Voilà Les Créateurs de Thomas Geha, édité en 2012 aux Éditions Critic. La couverture est belle et si le quatrième ne vous interpelle pas, c'est que vous manquez cruellement d'humanité! Sinon, pas de panique, vous en trouverez à l'intérieur. 

    Vous croiserez sur les chemins de la création:

    • Un acteur de théâtre parisien du XIXème siècle, dont la voix a mystérieusement changé, don du ciel ou don du diable? : La voix de monsieur Ambrose (2001) J'ai particulièrement apprécié la discussion entre monsieur Ambrose et Arthur Machen (l'auteur du Grand dieu Pan). Bon, ça finit par partir un peu bizarrement mais je vous laisse découvrir ce mystère.
    • Un couple voué à une funeste destinée sur un pont de Prague maudit par le Golem: Là-bas (2005) Une nouvelle comme je les aime qui donne quelques sueurs froides. J'ai vraiment regretté qu'elle ne soit pas plus longue, douze pages, ça se tourne si vite.
    • Une femme redécouvre, la veille de Noël, des golems en bois fabriqués pendant sa jeunesse: Copeaux (2011) Ce texte est très émouvant, un peu triste mais captivant. Ici l'ambiance est différente puisqu'il ne se passe rien d'horrible mais on sent un poids tout au long de la nouvelle et on se demande bien si la magie va opérer ou non pour Klervi. Pour moi, c'est évident...
    • Un homme souffrant d'amnésie et en quête de vérité, aussi horrible soit-elle: Bris (2010): La Verrue, quel nom horrible pour une ville! Cette nouvelle ne manque pas d'intérêt, mais j'ai du mal à donner mon sentiment. C'est beau et tragique à la fois. 
    • Un homme passionné par son jardin découvre une lanterne magique: Dans les jardins (inédit) J'ai été séduite par ce texte mais je pensais que ça prendrait une tournure plus fantastique encore. J'avoue que j'étais terrifiée par la silhouette apparaissant sur le mur, imaginant qu'une créature démoniaque pourrait apparaître à tout moment dans le champ de vision de Kaddiern.
    • Un homme dont le monde semble se désintégrer; les humains se dégonflent (au vrai sens du terme): Sumus Vicinae (2010) J'ai trouvé cette nouvelle très, très étrange. On nage en pleine SF, pas de problème pour moi. C'est musical mais sans la bande-son, ça paraît un peu abstrait et surtout, je n'ai pas compris où on voulait en venir à la fin. Oui, je sais, il n'y a pas de quoi se venter. La question qui me taraude: Mais qui sont Les Voisines?

    Une belle écriture, des nouvelles agréables à lire, l'évasion est au rendez-vous, votre imagination n'en ressortira pas indemne. J'ai passé un bon moment de lecture, souvent surprise, captivée, parfois en mode "décryptage" lorsque justement mon imagination atteignait ses limites, bref une expérience de lecture fascinante à tenter pour le plaisir de la lecture évidemment.

  • Contes fantastiques de Noël

    Contes fantastiques de Noël.jpgAnthologie présentée par Xavier Legrand-Ferronnière

    1997 aux Editions Librio (pas de réedition, à ma connaissance)

    Si vous aimez les histoires de revenants et que l'ambiance de Noël dans les livres vous réjouit alors, il faut partir à sa recherche, pendant la nuit de Noël!

    Au menu, cette nuit...

    Nathaniel Hawthorne - Le banquet de Noël: Fantaisie philosophique

    Un sinistre et lugubre banquet de Noël où sont invitées les personnes les plus torturées du pays. Un seul semble sortir du lot mais il ne faut pas se fier aux apparence!

    Charles Dickens - L'arbre de Noël

    Où l'on découvre comment des souvenirs autour d'un sapin de Noël nous amènent à des histoires de revenants. Frémissez pauvres mortels!

    Sheridan Le Fanu - Le défunt sonneur de cloches

    Le Diable s'invite à l'Auberge George and Dragon, mais ne repart pas seul! Prenez garde, que ce ne soit pas vous qu'il emmène!

    Camille Lemonnier - Le Noël du petit joueur de violon

    L'histoire d'un mendiant, joueur de violon qui nous rappelle que les nuits de Noël peuvent être très tristes.

    Alphonse Daudet - Les trois messes basses

    Un chapelain dominé par sa gourmandise et condamné à célébrer ses messes de Noël ad vitam aeternam. La fameuse chapelle se trouve toujours en haut du Mont Ventou, pour les curieux!

    Guy de Maupassant -  Conte de Noël

    La possession d'une femme ayant mangé un drôle d'oeuf, ça a l'air drôle comme ça mais c'est assez effrayant.

    Robert Louis Stevenson - Markheim

    Un homme après avoir commis un crime, converse avec une apparition qu'il croit être le Diable. Tombera t-il encore plus bas?

    Anatole Le Braz -  Le Noël de Marthe

    Une petite fille mourrante croit qu'un miracle va se produire.

    Alphonse Allais - Conte de Noël

    Un Dieu mal luné ordonne au Père-Noël de voler toutes les chaussures que les enfants posent près du sapin.

    Alphonse Allais - Santa Clau's Mistake

    Une erreur dans la distribution de cadeaux du Père-Noël embrouille les idées d'un homme âgé et d'une jeune fille.

    Anatole Le Braz - L'aventure du pilote

    Une pêche terrible, en Bretagne, la nuit de Noël. Un septième passager s'est invité à bord, dans le brouillard. Frissons garantis!

    Henri Béraud - La nuit fantastique de Jean Lubin

    Jean Lubin, croit voir, pendant la nuit de Noël, en 1917, des soldats disparus ainsi que le soldat inconnu.

    Encore une histoire!

    Ces histoires forment un recueil de qualité. Elles sont assez courtes et diablement efficaces. Certaines sont tristes, d'autres assez drôles, parfois effrayantes, voir terrifiantes. Les différentes ambiances vous enveloppent les unes après les autres et vous devenez alors le spectateur de Noël bien étranges. Elles sont toutes bien écrites et vous ne perdrez pas votre temps.

    Comme pour les Histoires de fantômes indiens de Rabindranath Tagore et les Histoires de fantômes présentées par Roald Dahl, je n'en ai jamais assez et je ne me lasse pas de découvrir ces nouvelles fantastiques. Je ne compte pas m'arrêter là alors rendez-vous l'année prochaine pour d'autres histoires à frissons!

    Profitez bien de ces moments de lectures ! Enjoy!

    Mes contes préférés:

    - Conte de Noël Alphonse Allais 

    -  L'arbre de Noël Charles Dickens

    Les contes que j'ai moins appréciés:

    - Le Noël du petit joueur de violon Camille Lemonnier

    - Le Noël de Marthe Anatole Le Braz

    lune2.JPG

    1469548372.jpg

     

     

     

     

     

  • Séparation de Corps

    Ce roman est arrivé chez moi quelques jours avant Halloween. Est-ce une coïncidence? Non, je participais au Mois de l'Imaginaire organisé par Babelio, un évènement pour échanger autour des littératures de l'imaginaire (j'espère qu'il aura lieu à nouveau l'an prochain). J'avais sorti du grenier quelques billets bien sympathiques sur le thème des vampires, des zombies et autres créatures de la nuit et, ajouté plein de Tags autour de ces thèmes.

    J'avais coché ce titre pour l'opération Masse Critique mais je ne pensais pas le recevoir. Ce fut donc une très bonne surprise de lire l'e-mail qui confirmait l'envoi de Séparation de corps.

    Il ne me restait plus qu'à croiser les doigts pour qu'il arrive avant la fameuse soirée du 31 octobre! Je me disais que c'était vraiment de circonstance! Et fabuleux, Babelio et les Editions Rivière Blanche ont exaucé mon voeu. Il est arrivé comme par magie, trois jours avant la nuit du Samain. Heureux hasard ou pas!

    Quatrième de couverture

    "On trouvera ici son roman Les démons d’Abidjan, le tout dernier à avoir été édité dans la collection Gore en 1990, suivi de 14 nouvelles publiées entre 1976 et 2010 dans des revues fameuses comme Fiction, Ténèbres ou Solaris, mais aussi dans des anthologies et des magazines moins connus. Certaines de ces nouvelles ont été traduites dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis, et l’une d’elle paraît ici pour la première fois en France.

    Jack l’Éventreur, vampires africains, zombies des banlieues, démons lovecraftiens, loups-garous perturbés, reliques sournoises, psychoses dévastatrices, horreurs d’Halloween ou pièges d’Internet sont parmi les invités de ce Bal des Épouvantes pour lequel il est maintenant temps, Mesdames et Messieurs, de sortir vos cartons d’invitation…" Source

    J'ai commencé par trembler avec Les Démons d'Abidjan, puis j'ai été enveloppée par La Nuée tombée des étoiles. C'était ensuite L'Heure de l'Eventreur. J'ai vu Où fleurissent les névroses. Mais, je me suis souvenue que l'homme est Un loup pour l'Homme et qu'on finit forcément Sur le Bitume de l'Arène du Destin. J'ai rencontré L'Habitant de Speed Queen, La Chauve-souris et j'ai eu De Nouveaux aperçus inquiétants sur la Bête du Devonshire. J'ai trouvé des Masques et j'ai assisté à la Séparation de corps. On m'a raconté Une Histoire Chinoise et j'ai vécu ma première expérience de Transcommunication. Je sais maintenant Ce qui est dans la Monstrance. J'avais Le Mal du pays et j'ai cherché en vain les Publications originales.

    A moi les zombies, les vampires et les horreurs d'Halloween!

    Le quatrième de couverture m'avait totalement séduite. Certains mots raisonnent toujours à mes oreilles comme des promesses: "Jack l'Eventeur", "vampires" (bien que ce ne soit pas toujours un gage de qualité), "zombies", "démons", "loups garous" et "Halloween". Je me disais: "A moi la belle lecture! Je vais me régaler avec ces récits, une découverte comme je les aime et du pur plaisir en perspective."

    Mais avant de vous communiquer mon plaisir de lire, débarrassons-nous de ce qui m'a dérangée au cours de la lecture.

    Certaines nouvelles sont gores, très crues et portées sur le sexe de manière sordide. Les Démons d'Abijan ne font pas dans la dentelle, mon estomac s'est soulevé à plusieurs reprises.  Séparation de corps m'a vraiment écoeurée, j'ai survolé plus que lu (je n'aime vraiment pas ça). Je n'ai pas apprécié Masques, (trop sordide à mon goût) et pourtant, j'attendais beaucoup de cette nouvelle d'Halloween. Enfin, Sur le Bitume de l'Arène du destin m'est passée complètement au dessus de la tête. Je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de cette histoire.

    Maintenant, on peut se détendre un peu!

    J'ai été captivée par Les Démons d'Abidjan, malgré les scènes horribles. L'histoire est terrifiante, le monstre, lié à une forme de magie traditionnelle et sorti des masques pour massacrer des innocents, glace vraiment le sang. Les poursuites vous prennent aux tripes et les personnages bien soudés deviennent vos compagnons de fortune. Âmes (trop) sensibles, s'abstenir!

    Les nouvelles sont parfois très courtes mais plongent le lecteur dans différents univers sombres et parfois malsains. J'ai particulièrement apprécié: Nouveaux aperçus inquiétants sur la bête du Devonshire, les découvertes d'un homme au sujet d'une bête probablement venue d'ailleurs, le suspense et la peur se mêlent de manière subtile, c'est bien écrit, et très efficace.

    La chauve-souris est un récit assez macabre d'un homme se croyant persécuté par une Chauve-Souris. Il nous réserve une surprise bien glauque à la fin. Frémissements d'horreur garantis

    C'est un recueil agréable à lire, au style fluide, qu'on lit vite. On passe d'une ambiance à une autre, sans difficulté.

    Bon, je ne vais pas tout vous raconter en détail, je vous laisse le soin de découvrir les surprises de ce recueil, et il y en a beaucoup! C'était un peu éprouvant. J'ai cru y laisser tantôt mon estomac, tantôt ma santé mentale! Mais au final, je crois que j'en suis sortie indemne et plutôt contente.

    Donc, si vous aimez les histoires terrifiantes, que certains passages gores et sordides ne vous empêchent pas d'apprécier les autres nouvelles, alors ce livre trouvera facilement une place dans votre bibliothèque, au rayon nuits blanches! 

    Encore merci à Babelio et aux Editions Rivière Blanche pour cette découverte aussi passionnante qu'effrayante.

    Dark side challenge.jpg

  • Histoires de Fantômes

    Histoires de fantômes.jpg

    présentées par Roald Dahl

    1983 - 2002 pour les Editions Le Livre de Poche

    A lire dés le collège

    Un conseil: Ne pas lire ce genre d'histoires dans la salle d'attente d'un dentiste. C'est nerveusement difficile, et ça porte malheur! Dans l'après-midi, j'ai perdu ma dent provisoire (en attente d'une couronne). Résultat, je serai une sorcière édentée pour Halloween et je ne vais pas pouvoir manger beaucoup de bonbons! La tuile!

    Je croyais que les histoires étaient écrites par Roald Dahl mais ce n'est pas le cas, il les présente juste dans l'introduction, remplie d'informations passionnantes sur les histoires de fantômes.

    Tous les auteurs m'étaient inconnus, ce qui ne m'a pas empêchée de passer un fort bon moment, malgré mon problème de dent!

    Dix histoires de fantômes comme je les aime: un balayeur fou de rage qui se rapproche chaque nuit de la maison, un garçon possessif qui vient chercher sa petite soeur, un héros de roman furieux, un propriétaire de boutique payant sa dette, un invité surprise pour Noël, une vision dans le métro, un monstre des mers, d'étranges petites filles cherchant à s'amuser, un compagnon de route mortellement malade et une cabine de bâteau hantée.

    A.M. Burrage: Le Balayeur

    Rosemary Timperley: Harry

    L.P. Hartley: W.S.

    Cynthia Asquith: La Boutique du coin

    Rosemary Timperley: Rencontre à Noël (8 pages)

    E.F. Benson: Dans le métro

    Jonas Lie: Elias et le Draug (j'ai trouvé celle là assez horrible)

    A.M. Burrage: Compagnes de jeu (51 pages)

    Richard Middleton: Sur la route de Brighton

    Francis Marion Crawford: La couchette du haut

    *Mes préférées

    Franchement, je me suis régalée avec ce petit recueil de nouvelles! Chacune apporte son lot de surprises, de frissons et de fantômes. Et lorsqu'on arrive à la dernière page, on regrette qu'il n'y en ait pas d'autres.

    C'est vraiment l'idéal pour se mettre dans l'ambiance d'Halloween. Les histoires sont plus où moins longues (entre 8 et 51 pages). On passe d'un univers à l'autre sans difficulté. Les personnages sont intéressants et leurs histoires m'ont à chaque fois captivée. J'ai juste eu un peu de mal à entrer "Dans le métro".

    Conclusion: Je veux encore des histoires de revenants mais je souhaite garder toutes mes dents! 

    Dark side challenge.jpg

    Logo Halloween 2.jpg

  • Mariage à la mode

     

    Mariage à la mode.jpg Katherine Mansfield

    Livre remarqué sur le Blog de Lily

    Dans le train qui le ramène chez lui pour le week-end, William savoure le bonheur de retrouver bientôt Isabel, sa ravissante jeune femme, et leurs deux enfants. Pourtant, depuis qu'Isabel s'est liée avec un nouveau groupe d'amis, elle a changé et William ne sait trop qu'en penser... Durant les longues journées d'été, Crescent Bay est le théâtre de la vie et des jeux de ceux qui y passent leurs
    vacances entre baignade, sieste et conversations.

    Par petites touches lumineuses et justes, Katherine Mansfield esquisse des portraits pleins de finesse et de sensibilité.

    Plein de légerté mais cruel...

    J'ai été assez touchée par ces nouvelles, plus particulièrement par Mariage à la mode. La scène de la lettre est terrifiante. Dans La baie, on ressent un sentiment de malaise sans réussir vraiment à l'exprimer mais les jeux d'enfants sont omniprésents. Les descriptions sont parfois poétiques et c'est avec beaucoup de facilité que l'on rentre dans ces univers. Pour deux euros on aurait tort de se priver! Je pense en acheter d'autres de la même collection.

  • Lâchons les chiens

    medium_Lachons_les_chiens.jpgBrady Udall

    C'est un recueil de 11 nouvelles. D'apèrs Martine de Télérama, Brady Udall a [un talent fou pour planter le décor, y faire vivre des personnages plus humains que nature et les mener - comme il mène le lecteur -, avec douceur, vers un destin surprenant: à la fois improbable et si bêtement plausible.[...] Il raconte des bouts de vie ordinaire dans des bleds de l'Utah ou de l'Arizona.]

    Pendant qu'on bavardait LCA, âges des lecteurs et compagnie, j'ai ouvert ce recueil de nouvelles.

    J'avais commencé par faire des petits résumés pour chaque nouvelle mais ça ne donnait rien. Chaque nouvelle est un univers particulier avec ses personnages, son ambiance, ses détails sordides qui rendent l'atmosphère glauque. (je vous laisse le soin de les découvrir une par une) Alors raconter en quelques mots l'histoire les rendaient assez quelconques. Vous voyez la couverture du livre et bien elle représente parfaitement ces onze nouvelles. Une route pleine de bosses au milieu de nulle part. Des personnages écorchés vifs, des destins tragiques, des scènes désopilantes, ayant comme cadre ce qu'on pourrait appeler l'Amérique profondre. C'est souvent triste, voir pathétique dans certains cas. On s'attache à ces pauvres âmes, on suit leurs péripéties avec appréhension et au moment de tourner la dernière page, un peu surpris, on se dit: "Ah! C'est déjà terminé"! J'ai ressenti beaucoup d'humanité à travers ces nouvelles. C'était une ballade pour le moins inhabituelle mais enrichissante d'un point de vue émotionnel.

     Extraits...

    "Vernon, c'est l'Arizona que personne ne connaît [...] A l'époque, j'étais gamin et je m'imaginais qu'il n'existait que Vernon dans le monde. Aujourd'hui, on a des chasseurs qui ne restent que quelques jours, de rares touristes qui se promènent un peu, jettent un coup d'oeil sur la ville et regagnent aussitôt leur voiture pour se rendre dans le premier endroit venu où il y a un McDonald's"

    "Maintenant qu'il est adulte et occupe le sous-sol de manière permanente, il a installé une véritable bibliothèque dans la salle de bains: des rayonnages de livres sur les quatre murs qui montent jusqu'au plafond. Prenez en trois au hasard, et vous tomberez sur quelque chose du genre: Les secrets du massage sexuel oriental, Les Carnets de Wittgenstein et une biographie de Charles Manson. Il aurait besoin d'un catalogue tellement il en a, et quand j'utilise les toilettes, je ne trouve jamais ce que je cherche."

     

     Challenge Lettre U

  • Nouvelles

    medium_Webzine.jpgJe viens de passer une bonne partie de l'après-midi à lire des nouvelles sur un Webzine Imaginaire (Fantasy, Science-Fiction, Fantastique) http://univers.chimeres.org/cadre.php que l'on m'a conseillé. C'était très sympa, j'ai plongé avec grand plaisir dans ces univers de quelques pages et j'ai regretté que ce soit si court!

    A lire:

    -Le Siestophage de Nathalie Dau

    -Quand Moestal a faim plus rien d'autre ne compte de Jean Millemann

    Et plein d'autres choses à découvrir...