Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

japon

  • La nostalgie heureuse

    Imprimer

    Je n'avais pas lu de romans d'Amélie Nothomb depuis des années mais je me suis laissée tenter par La Nostalgie heureuse, prêté par ma voisine et repéré chez Blandine, pendant le Challenge Un mois au Japon.

    La nostalgie heureuse, Amélie Nothomb, le Japon, Un mois au Japon
    Albin Michel, 2013

    152 pages

    Amélie Nothomb doit se rendre au Japon pour un reportage, sur son enfance. Elle n'y est pas retournée depuis seize ans.

    A la recherche de ses souvenirs, d'une partie d'elle-même, elle évoque ses retrouvailles avec le pays du soleil levant, son départ de ce pays à l'âge de 5 ans, la séparation avec sa gouvernante et sa rencontre avec l'homme qu'elle a quitté, plus tard, vers 20 ans.   

    Tellement de choses ont changé pendant ces années d'absence, le tremblement de terre de Kobé a tout détruit sur son passage, Fukushima a traumatisé le pays tout entier mais certaines réponses sont quand même là.

    J'ai découvert avec plaisir ce récit autobiographique, connaissant peu de choses sur le passé nippon d'Amélie Nothomb. Je ne suis pas une grande amatrice de ses romans, alors ça n'a rien d'étonnant. Je suis passée à côté de Métaphysique des Tubes, de Péplum et ma dernière tentative avec Mercure en 2006 était mitigée. Je m'étais donc un peu résignée.

    Cependant, j'ai toujours trouvé l'auteure sympathique, appréciant ses apparitions au Grand Journal de Canal+ (à l'époque), sa manière de présenter ses livres, son grand chapeau et sa proximité avec ses lecteurs (qu'elle reconnaît souvent, se souvenant des prénoms). J'étais donc quand même ouverte à ce genre de titre et j'ai bien fait.

    Cette lecture m'a beaucoup touchée et vient renforcer ce sentiment de sympathie à son égard. C'est émouvant, sans faire dans le pathos.
    Les mots sonnent justes, les émotions ou l'absence d'émotion est parfaitement décrit. La présence de la caméra n'est pas trop gênante même si je trouve étrange ce genre d'intrusion dans des souvenirs si personnels, si douloureux.
    Enfin, l'écriture reste légère,  les chapitres sont courts et, c'est agréable à lire. Je l'ai presque lu d'une traite.

    Un bon moment avec Amélie Nothomb, sous le signe de la nostalgie heureuse, un concept inspirant.

    la nostalgie heureuse,amélie nothomb,japon,un mois au japon
    Avril 2018 -> Avril 2019
    Chez Lou & Hilde

  • Oshis au saumon fumé

    Imprimer

    Aujourd'hui, je tente de rattraper mon retard, avec une nouvelle escapade gourmande japonaise. Je vous propose des oshis au saumon fumé.

    Oshis au saumon fumé, riz à sushi, cuisine japonaise
    Les jolis petits pics offerts par Lou

    Lire la suite

  • Les Délices de Tokyo

    Imprimer

    Ma soeur m'a prêté Les Délices de Tokyo de  Durian Sukegawa, que j'avais hâte de découvrir, n'ayant pas été convaincue par le film.

    Les Délices de Tokyo, Durian Sukegawa, roman, Japon, littérature japonaise
    Le Livre de Poche
    , 2017 pour la présente édition

    Prix des lecteurs, Sélection 2017

    « Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises.

    Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager. Présentation éditeur

    L'an dernier, j'ai eu l'occasion de visionner l'adaptation de ce roman, sans réellement l'apprécier. L'émotion n'était pas passée, le film m'avait semblé long et un peu décousu. J'étais déçue bien que l'histoire m'ait intéressée.

    La lecture est beaucoup plus enrichissante, de mon point de vue. Je me suis attachée aux personnages, l'histoire de Tokue m'a particulièrement touchée. C'est difficile et douloureux d'imaginer que des personnes aient pu être cloîtrées si longtemps à cause de la lèpre, rejetées et oubliées dans les sanatoriums.

    Et puis, j'ai envie de découvrir ces pâtisseries japonaises (ces petits pancakes fourrés) et de goûter cette fameuse pâte de haricot azuki confectionnée par Tokue et Sentaro. Une belle rencontre peut changer la vie, peut changer un homme, c'est ce que nous prouve d'une certaine manière ce récit émouvant, avec simplicité et poésie.

     Un roman à découvrir, si ce n'est pas déjà fait.

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Challenge organisé par Lou et Hilde avec le logo de Kobaïtchi

  • Madeleines au thé matcha

    Imprimer

     Aujourd'hui, je vous propose quelques madeleines au thé matcha. Ce sont mes premières madeleines. ♥

    Madeleines, thé matcha, cuisine japonaise

    Lire la suite

  • Hachiko

    Imprimer

    J'ai découvert l'histoire d'Hachiko, le mois dernier. J'espère vous donner envie de feuilleter ce bel album.

    Hachiko, Pamela Turner S, chien, album

    L'incroyable histoire d'un chien fidèle

     Éditions Nobi Nobi, 2017

    Pamela Turner S, Yan Nascimbene pour les illustrations

    Dés 8 ans

    Tokyo, gare de Shibuya...

    Tous les jours Hachiko, un chien akita, attend le retour de son maître mais un soir personne ne descend du train. Un petit garçon en est témoin et nous raconte l'histoire vraie de ce chien devenu célèbre au Japon pour sa fidélité car tous les soirs, pendant des années, ce dernier revenait attendre son maître.

    hachiko,l'incroyable histoire d'un chien fidèle,pamela turner s,album,chien,japon,un mois au japon

    Ce livre est un bel objet avec sa tranche en tissu et sa jolie couverture fleurie.

    Les illustrations font un peu anciennes, le récit est assez long. Je l'ai lu assez rapidement et j'ai très envie de m'y replonger.

    C’est une belle histoire triste, très émouvante, j'en ai eu les larmes aux yeux.

    Il ne devrait pas tarder à rejoindre ma bibliothèque.

    Hachiko et son propriéraire.jpg

    Source photo: The Time Out Tokyo Blog

     ► Une nouvelle statue a été érigée en 2015, réunissant Hachiko et son propriétaire. 

    logo mois au japon 01.jpgChallenge Albums 2018, logo

    Challenge Un Mois au Japon Lou & moi
    "Je lis aussi des albums" organisé par Sophie Herisson.

  • Saumon sauce teriyaki

    Imprimer

    Après le bentō de poulet sauce teriyaki, je vous propose le pavé de saumon avec la fameuse sauce. C'est parti mon kiki, il faut bien finir le pot! Damned, il en reste encore!

    saumon sauce teriyaki, cuisine japonaise

    Les jolis petits pics offerts par Lou

    Lire la suite

  • Les mémoires d'un chat

    Imprimer

    J'ai découvert Les mémoires d'un chat d'Hiro Arikawa pendant notre challenge Un mois au Japon.

    Les mémoires d'un chat, Hiro Arikawa, roman, chat, japon

    Actes Sud, 2017

    325 pages

    Satoru a adopté Nana, un chat errant doté d'un sacré caractère de félin et d'une langue bien pendue mais le jeune homme doit s'en séparer et trouver quelqu'un à qui confier son chat, un animal singulier avec lequel il a noué des liens. Les voilà partis en voiture, pour une étrange traversée du Japon, l'occasion de revoir des amis, de raviver des souvenirs...

    J'ai apprécié le style de ce roman, les réflexions de Nana, (c'est un chat qui parle mais pas tout le temps), le côté un peu poétique, les différentes rencontres et les souvenirs évoqués qui nous permettent d'en découvrir un peu plus à propos de la vie de Satoru.

    Impossible de ne pas être intrigué par le fait qu'il doive confier son chat. Pour quelle raison peut-il bien se séparer de son compagnon? Je vous laisse évidemment le découvrir.

    C'est assez drôle de voir comment évoluent les amitiés du passé. De l'humour, des réflexions assez profondes et un beau moment de lecture.

    neko, chat, triste

    Un road-trip humain, félin, agréable et très émouvant qui nous emmène jusqu'au mont Fuji.

    ► Retrouvez un avis sur ce roman chez Bulles d'Encre,

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Challenge organisé par Lou et Hilde avec le logo de Kobaïtchi

  • Le Tombeau des lucioles

    Imprimer

    Je n'avais pas encore vu ce film d'animation des Studios Ghibli, réalisé par Isao Takahata, décédé tout récemment.

    Le Tombeau des lucioles, film d'animation, Isao Takahata, guerre

    Date de sortie au cinéma au Japon : 16 avril 1988
    Date de sortie du film dans les salles françaises: 19 Juin 1996

    Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobé, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite soeur de quatre ans, Setsuko, orphelins, vont s'installer chez leur tante à quelques dizaines de kilomètres de chez eux.
    Celle-ci leur fait comprendre qu'ils sont une gêne pour la famille et doivent mériter leur riz quotidien. Seita décide de partir avec sa petite soeur.

    Ils se réfugient dans un bunker désaffecté en pleine campagne et vivent des jours heureux illuminés par la présence de milliers de lucioles. Mais bientôt la nourriture commence cruellement à manquer. Synopsis Allociné

    Ce film nous montre le Japon en guerre et ses atrocités. Les alarmes retentissent et il faut vite trouver un abri. Des bombes incendiaires détruisent les quartiers avec ses habitants, qui tentent désespérément de fuir.

    Le quotidien de ces deux enfants bascule dans l'horreur. Quelle tristesse de voir que plus personne ne se soucie d'eux et pourtant leur joie de vivre demeure, un temps, à travers les souvenirs de leur parents, au contact de la nature, des lucioles et des rires de la petite Setsuko.

    La première scène avec les lucioles est magnifique. C'est beau, poétique et très triste.

    Le tombeau des lucioles2.jpg

    Certaines images sont particulièrement dures, la faim qui tenaille les enfants et l'indifférence des adultes est insupportable, et prend aux tripes.

     Un film d'animation marquant et bouleversant.

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Challenge organisé par Lou et Hilde avec le logo de Kobaïtchi

  • Salade de concombre et wakamé

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous propose une petite salade de concombre et wakamé, très simple à réaliser.

    salade concombre et wakamé, gastronomie japonaise

    Lire la suite

  • Ranger, une pratique zen

    Imprimer

    Aujourd'hui dans le cadre de notre rendez-vous zen, je vais vous parler de rangement et de ménage! Sujet peu réjouissant au premier abord et pourtant générateur de bien-être. Si, si je vous assure!

    C'est ce que nous explique en tout cas le moine bouddhiste Masuno Shunmyo. Cinq minutes suffisent! Le plus dur, c'est de s'y mettre et de modifier ses habitudes sur le long terme ! Le naturel semble toujours vouloir revenir au galop.

    Ranger une pratique zen, Masuno Shunmyo, essai, philippe picquier

    Éditions Philippe Picquier, 2018

    Ranger n'est pas ma tasse de thé. Cependant, j'ai fait beaucoup de progrès ces dernières années et je reconnais que je me sens souvent mieux une fois que c'est fait mais la corvée suprême, c'est le ménage.

    Et si ça devenait "un véritable exercice de pleine conscience"?

    Au moment où je vous parle, je ne préfère pas partager de photo de la table où je suis installée car c'est un peu encombré mais ça ne va pas durer car je viens de commencer un grand ménage de Printemps. Ce n'est pas un rituel annuel, je prépare juste l'arrivée de mes parents, et j'ai deux jours et demi pour trouver l'harmonie et expérimenter quelques principes de ce livre.

     "Si vous créez un espace harmonieux, l'harmonie naîtra aussi dans votre cœur."

    La maison serait le reflet de l'âme donc pas question de continuer à se laisser envahir! Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place, pourvu qu'on prenne le temps d'observer les petites choses du quotidien. Bouddha est là pour nous guider. En deux jours, malgré ma motivation, je ne vais pas pouvoir tout gérer mais ça me donne des idées pour plus plus tard.

    Donner une autre vie aux objets, être attentif aux changements de saisons, prendre la décision de jeter ou de conserver certaines affaires, donner, autant de petits conseils, sans culpabiliser le lecteur ou la lectrice.
    Des techniques pour remettre en ordre, pièce par pièce, jusqu'au jardin, mais aussi pour le ménage. C'est du bon sens, une autre vision des tâches ménagères et c'est agréable à lire. L'esprit zen est bien présent.

    L'expérience monastique est intéressante et même si mes tâches de la journée étaient pénibles, une maison bien rangée et nettoyée, c'est agréable quand même!

    Une invitation au calme, à la méditation, à prendre soin de son intérieur, de soi et des autres.

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Le joli logo proposé par Kobaïtchi

    Challenge organisé par Lou et Hilde