Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contes, légendes, nouvelles, récits

  • Terry Pratchett, L'aspirateur de la sorcière et autres histoires

    Imprimer

    Aujourd'hui, on part en voyage avec un recueil de nouvelles de Terry Pratchett. Histoires bien loufoques au programme! Enfourchez votre balai-aspirateur and let's go!

    L'aspirateur de la sorcière, Terry Pratchett, nouvelles, recueil, Le mois anglais 2020

    Vous rencontrerez : Un magicien ensorcelé avec de vrais pouvoirs magiques, des policiers à vélo qui tentent d'arrêter des brigands, un mage d'un autre temps invoqué par erreur, des vendeurs de glaces en colère, des petits hommes qui vous proposeront un voyage en sous-marin, des voleurs de moutons, une fourmi rebelle, des trolls poursuivant un caillou précieux, un escroc notoire du nom de Lord Cake, un retraité collectionneur de papillons qui voyage dans le temps grâce à une télévision, des statues qui parlent et se déplacent pour une bonne cause, des mages se disputant à coups de sortilèges, un jeune garçon cherchant l'aventure et un gnome des congénères. 

    Des personnages sympathiques : humains, mages, gnomes, sorcières!

    Des lieux inédits, connaissez vous le Far Ouest de Grande-Bretagne? Il se trouve au Pays de Galle et il s'y passe toujours quelques choses. Plusieurs nouvelles s'y déroulent.

    Beaucoup d'humour, de fantaisie, des illustrations assez drôles dans l'ensemble qui accompagnent plutôt bien le texte.

    Terry Pratchett est vraiment doué pour raconter des histoires farfelues. Son imagination nous régale et j'espère que ces histoires vous plairont autant qu'à moi. Elles fleurent bon l'Aventure!

    notation, étoiles, goodreads

    L'Aspirateur de la sorcière de Terry Pratchett, L'Atalante, 2016 - 2018 pour la présente édition

    Sir Terry Pratchett, romancier et nouvelliste britannique a été anobli par la reine en 2008. Il est décédé en 2015. :(

    - Lu et chroniqué dans le cadre du thème « Lecture jeunesse » du Mois anglais

    logo, Le Mois anglais
    Le Mois Anglais organisé par Lou, Titine et Lamoussmé

  • Prajwal Parajuly, Aucune terre n'est la sienne

    Imprimer

    Véronique m'avait donné envie de découvrir cette nouvelle en partageant le lien sur le groupe Facebook des étapes indiennes mais j'ai finalement eu le déclic hier soir en lisant l'avis de PatiVore.

    Cette nouvelle est extraite de la revue littéraire d'Asie, Cartes et territoires N°4. La lecture en ligne est gratuite sur le site des éditions Jentayu, en suivant ce lien.

    Jentayu, Cartes et territoires, revue, asie, N°4aucune terre n'est la sienne,prajwal paradjuly,nouvelle,les étapes indienne
    Illustration : © Public Child. Source image : Editions-Jentayu.fr

    Anamika vit dans un camp de réfugiés, au Népal, avec son père et ses filles. Avant elle vivait au Bhoutan. Son premier mari, révolutionnaire dans l'âme a porté l’opprobre sur la famille qui a été expulsée pour traîtrise, malgré la séparation d'avec ce dernier.
    Son second-mari, rencontré au camp, est un homme stupide et violent.
    Aller vivre Amérique, une possibilité pour certains réfugiés. Anamika y voit peut-être un espoir de recommencer une nouvelle vie là-bas.

    Anamika a un sacré caractère et un bon sens de la répartie qui lui permettent de se détacher des insultes qu'elle reçoit au camp. Ses seuls crimes aux yeux des autres : s'être remariée et les avoir quittés tous les deux. Même si dans le second cas, c'est plutôt son mari qui lui a dit de partir. La raison est accablante mais malheureusement pas surprenante.

    Plusieurs sujets sont évoqués : le désir d'avoir un fils, le contexte difficile entre le Bhoutan et le Népal, et l'espoir que représente le départ en Amérique pour les réfugiés. Le second-mari s’incruste d'ailleurs dans ce projet, sans qu'on l'y ait invité.

    La fin est ouverte. On ne sait finalement pas si leur dossier pour l'Amérique a été accepté mais on ne peut que le souhaiter pour cette femme qui n'aspire pas à revenir vivre au Bhoutan et ne souhaite pas non plus s'installer au Népal. 

    J'ai particulièrement apprécié l'entretien de la fin qui finalement libère les personnages de leurs inquiétudes, en abordant les sujets qui fâchent. La liberté des mœurs, c'est quand même sacré!

    J'ai aimé la lecture de cette nouvelle et je serais curieuse de découvrir le roman de Prajwal Parajuly.

    Extrait

    — Dans ce cas, je ne serai sans doute pas choisie.
    — Oui, le camp se renseigne aussi sur le caractère des gens. Tout le monde est au courant de ton second mariage. »
    Le bus cracha une fumée noire sur Anamika lorsqu’il fonça sur la route. Les passagers, tels des noceurs partant pique-niquer, chantaient des chansons de Bollywood.
    Anamika savait que la femme disait cela sans méchanceté. Sans compter qu’elle avait raison. Anamika elle-même se considérait comme une femme de mœurs légères. Elle avait beau essayer de trouver les meilleurs arguments pour justifier ses actes, elle savait en son for intérieur qu’elle avait mal agi et qu’elle le paierait un jour.

    étapes indiennes, inde, lectures

    Pour en savoir plus sur Les Étapes Indiennes

  • Mahakapi, le singe roi

    Imprimer

    J'ai découvert ce petit conte, par hasard, à la médiathèque! Je m'étais promis de ne pas trop y aller cette année et de me consacrer le plus possible à ma Pile A Lire mais j'ai craqué et j'ai bien fait! 

    mahakapi le singe roi,patrice favaro,muriel kerba,conte,inde,étapes indiennesMahakapi le singe roi, Patrice Favaro, Muriel Kerba, conte, inde, étapes indiennes
    Patrice Favaro
    Illustrations de Muriel Kerba

    Petits Contes de Sagesse, 2001, Albin Michel

    Un conte traditionnel de l'Inde Bouddhiste

    Influencés par Déva, le singe égoïste et jaloux, les autres singes vont gaspiller les mangues du grand manguier de la forêt et ainsi attirer l'attention des hommes, malgré l'avertissement du roi Mahakapi, qui médite sagement à l'écart du groupe. Une seule solution la fuite.

    Un conte émouvant, intemporel, plein de sagesse et de bon sens.
    Il est assez court, 35 pages, avec des petites illustrations colorées au format carré ou rectangulaire accompagné de jolis motifs.

    Si Mahakapi se montre brave et intelligent pour rattraper la bêtise de Déva, le rajah, fait finalement preuve de courage à son tour.

    Le gaspillage et l'égoïsme sont montrés du doigt mais la sagesse l'emporte malgré tout. 

    Mahakapi le singe roi, Patrice Favaro, Muriel Kerba, conte, inde, étapes indiennes

    "Elles sont loin, les portes de la sagesse. Avant de les entrouvrir, combien de temps faudra-t-il encore attendre l'ami qui toujours revient?"

    Un conte émouvant à découvrir!

    Challenge contes et légendeslogo, les étapes indiennes

    Challenge Contes & Légendes organisé par Bidib
    Les étapes indiennes : Pour en savoir plus

    Étape N°9 : Mythologie et contes de l'Inde

  • Balades indiennes

    Imprimer

    J'ai emprunté ce recueil à la médiathèque curieuse de découvrir ces quatre nouvelles de Chitra Banerjee Divakaruni, Anita Nair et Bulbul Sharma, édité en 2004 chez France Loisirs.

    Balades indiennes, chitra banerjee divakaruni, anita nair, bulbul sharma, nouvelles, inde, étapes indiennes

    Dans L'échographie de Chitra Banerjee Divakaruni, on suit Anju, une jeune femme enceinte en même temps que sa cousine, Arundhati. La première vit en Californie, la seconde en Inde. Elles sont très liées. Anju crois sa cousine heureuse pendant sa grossesse mais le résultat de l'échographie de Runu va provoquer un véritable drame.

    Une nouvelle émouvante qui brise le cœur mais nous laisse un peu sur notre faim avec une fin ouverte. On ne peut qu'imaginer le pire ou le meilleur pour Runu. Impensable tout de même d'imaginer ce genre de situation.

    Mina et Ahba sont des amies très proches. Lorsqu' Ashok le mari d'Abha lui révèle que Mina aurait une liaison, les questions se bousculent dans la tête d'Abha, jusqu'à remettre en cause son propre couple. Une liaison de Chitra Banerjee Divakaruni

    La nouvelle  est un peu dérangeante, elle touche l'intimité du couple, je ne l'ai pas vraiment appréciée mais pas détestée non plus. C'est juste la prise de conscience d'une femme, enfermée dans différents rôles depuis des années, qui ouvre les yeux sur la vie qu'elle mène et souhaite prendre un nouveau départ.

    Prahba Devi a oublié le son de sa voie. Elle s'est même oubliée pendant des années. Le contact de l'eau et les souvenirs qui y sont associés vont la réveiller et lui donner envie d'apprendre à nager.

    J'ai bien aimé cette nouvelle vivifiante. L'écriture est plaisante. C'est une prise de conscience et une sorte de libération grâce au pouvoir de l'eau. Une belle nouvelle. A flot d'Anita Nair

    "Elle avait découvert depuis longtemps qu'on réservait aux femmes qui avaient des opinions le même sort qu'aux mauvaises odeurs. On les fuyait. La mère de Prabha Devi tut ses pensées comme elle l'avait fait toute sa vie." p114

    En sandwich de Bulbul Sharma (nouvelle déjà lue dans le recueil La Colère des Aubergines) est la nouvelle la plus amusante du recueil.

    Vinod ne trouve pas le repos entre sa mère et son épouse qui se sont déclarées une guerre de cuisine. Obligé de manger les plats des deux femmes, il n'en peut plus. 

    La chute est très drôle! A savourer avec les nombreux plats indiens évoqués et les trois recettes proposées : Gâteau de carotte, le riz à la tomate et à l'ail vert et  jus de dattes.
    Et cette recette de gâteau de carotte, que de souvenirs! ♥ C'est une de mes premières recettes indiennes. Voir billet. Je découvrais les nouvelles de Bulbul Sharma. A découvrir si ce n'est pas déjà fait!

    Photo 240.jpg
    Photo de 2010

    "Son estomac désemparé entre le khîr et le gâteau à la carotte, et sur lequel pesaient toute la nuit des currys lourds comme des démons de pierre, acceptait sans broncher les breuvages mortels , rouges, verts et bruns. [...] Son système digestif supportait tout avec bravoure et stoïcisme." p167-168

    Dans l'ensemble, j'ai bien aimé la lecture de ces histoires.

    étapes indiennes, inde, lectureslogo, Challenge des livres en cuisie
    J'ai ajouté le logo du Challenge Des Livres en cuisine de Fondant & Bidib pour la nouvelle "En Sandwich" de Bulbul Sharma autour de la cuisine indienne! J'adore trouver des recettes dans les livres!

    Étape N°4 : La place des femmes dans la société

    Les Étapes Indiennes

    Le récapitulatif

  • Challenge Contes et légendes

    Imprimer

    Bidib vient de lancer la saison 2 du Challenge Contes & Légendes! Le challenge se déroule du 1er janvier au 31 décembre 2020.

    Challenge contes et légendes

    Tout est permis : albums, romans, bandes dessinées  mais aussi spectacles, films, musiques, peintures… tous les supports seront au rendez-vous.

    Le premier rendez-vous de l’année sera le 29 janvier avec pour thème l’hiver (le froid, la glace, le Grand Nord, la neige…).

    Pour en savoir plus direction Ma petite Médiathèque, chez Bidib!

    Mahakapi, Le singe roi.jpg

    De mon côté, je viens d'emprunter un premier conte indien : Mahakapi, le singe roi de Patrice Favaro illustré par Muriel Kerna, édité chez Albin Michel Jeunesse dans la collection Petits contes de sagesse, 2001

    A bientôt et bonne lecture.

  • Ogres et ogresses

    Imprimer

    Ogres et ogresses, recueil de contes, conte Ogres et Ogresse est un recueil édité chez Hatier et appartenant à la collection Facettes CM1. Il contient une légende et deux contes :

    La légende du Cyclope de Jean Martin : Après différentes aventures, Ulysse et ses compagnons font escale au pays des cyclopes et se retrouvent piégés dans la caverne du monstre sauvage : Polyphème. Ce dernier dévore les hommes. Parviendront-ils à s'échapper et à rejoindre  leur bateau?

    Un récit très court, très rythmé, dont certains passages ont été coupés en témoignent les [...], me donnant envie d'en lire davantage.
    Les compagnons d'Ulysse ne sont pas des poètes, des pillages et des massacres sont évoqués, Ulysse lui même provoque le cyclope, mettant en danger le reste de son équipage qui lance alors une terrible malédiction. Non de Zeux!

    Babayaga.jpg

    ♦ Vassilissa la très belle d'Aleksander Afanassiev : Un conte russe que je ne connaissais pas racontant l'histoire d'une petite fille : Vassilissa protégée par une poupée magique donnée par sa maman, avant sa mort. Son père se remarie et Vassilissa hérite d'une marâtre et de deux demi-sœurs dignes de Cendrillon, qui l'envoie souvent dans la forêt où se trouve la demeure de la baba-jaga qui je cite : "mangeait les hommes comme des poulets"!

    J'ai enfin rencontré la baba-jaga! C'est le conte que j'ai préféré. Je vous propose un petit extrait  :

    "Vassilissa marcha toute la nuit et toute la journée suivante, et elle n'arriva que le deuxième soir à la clairière où se trouvait la chaumière de la baba-jaga ; autour de la chaumière, il y avait une palissade construite d'ossements humains, et, sur la palissade, se trouvaient des crânes humains avec leurs yeux ; sur la porte, au lieu de crochet, il y avait des tibias humains ; au lieu de verrou, des os de bras; au lieu de serrure, des mâchoires aux dents pointues. "p. 22

    ♦ Le Petit Poucet de Charles Perrault : Quelle horreur l'histoire du Petit Poucet avec ces enfants abandonnés dans la forêt! Je me souvenais du début mais j'avais oublié le passage chez l'ogre avec l'échange des couronnes. Quand on relit ces contes adultes, ça fait un choc! Le conte se termine par une morale qui apaise un peu les esprits! Malin ce petit Poucet! 

    J'ai apprécié ce moment de lecture au pays des contes. Avec le temps, j'avais oublié leur violence, leur cruauté et leur morale.

    Logo contes et légendes halloween.jpg

    Challenge Contes et Légendes avec Ma petite Médiathèque

    Le Challenge Halloween organisé par Lou et moi-même

  • Pour toujours l'humanité

    Imprimer

    J'avais envie de relire un peu de SF cet été et de me procurer le Bifrost N°95 spécial lune.  En réalité, je me suis surtout plongée dans des romans de genre fantastique / horreur présents dans ma PAL, rédigeant des billets à l'avance pour le mois d'octobre, mais cette nouvelle a attisé ma curiosité et a réveillé mon envie de voyages dans l'espace.

    Pour toujours l'humanité, Léo Henry, nouvelle, SF, uchronie, lune

    Couverture d'Olivier Jumbo

    Cette nouvelle de 2016 de Léo Henry est proposée en ce moment, en téléchargement gratuit par les Éditions Le Belial' pour "le cinquantenaire de l'alunissage d'Apollo 11". J'ai donc rallumé ma liseuse Sony PRS1. Elle fonctionne toujours mais souffre de quelques petits dysfonctionnements nécessitant une prise en main... personnalisée convenant pour l'instant à l'usage que j'en fais mais revenons à notre nouvelle!

    En 2010, une femme décide d'interrompre un long trajet en voiture et s'arrête dans le petit village de Fleurs, pour se reposer un peu et y passer la nuit. Elle choisit l'hôtel "L’Étoile", et y rencontre l'astronaute Michael Collins, avec qui elle partage le repas du soir. Il revient sur le voyage spatial qui a marqué sa vie tandis qu'elle se replonge dans ses souvenirs d'enfance.

    uchronie, à découvrir

    J'ai beaucoup aimé cette uchronie*, son atmosphère un peu étrange au départ et nostalgique. Michael Collins n'est plus tout jeune.
    Je ne m'attendais pas à cette révélation qui invite à la fois à la réflexion et à la mélancolie, à se demander ce qui se serait passé si... .

    "La Lune, masse colossale et noire. Et cette minuscule miette de l'humanité dans le vide du Cosmos."

    La nouvelle est courte, agréable à lire, et donne envie d'en découvrir d'autres du même genre. 

    ► Découvrir l'avis de Philémont

    * : Récit d'événements fictifs à partir d'un point de départ historique.

    diapositive, homme sur la lune,

    Pour l'anecdote, mes parents se sont mariés, il y a 50 ans, le 21 juillet 1969. Parmi les diapositives de leur mariage, on en a retrouvé une montrant Edwin "Buzz" Aldrin sur la Lune. Cette dernière était offerte par...  Buitoni!

  • Santa Muerte

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous propose de découvrir Santa Muerte, une nouvelle de Xavier Portebois, découverte chez Maêlle, en début d'année, après avoir vu Coco. La couverture attire l’œil et la Santa Muerte vous attend!

    Santa Muerte, Xavier Portebois, nouvelle, mexique

    Realities INC, 2017

    México, El Dia de los muertos, Esteban est au cimetière, il cherche la tombe familiale. Réalisant qu'il n'est pas prêt de la trouver, il s'installe sur un caveau pour y consommer quelques bières.

    La société futuriste dans laquelle évolue le personnage semble triste, la mort n'étant plus ce qu'elle était, plus personne ne s'en préoccupe, elle est même devenue rare mais un accident est vite arrivé lorsqu'on escalade une pierre tombale en état d'ébriété.
    Notre homme se réveille donc au Pays des Morts, un peu déconfit mais accueilli comme il se doit. Ce dernier tente alors de soudoyer la Santa Muerte qui lui propose un étrange marché.

    Le cheminement du personnage est assez comique et le comportement de la Santa Muerte un peu burlesque mais il incite le personnage (nous aussi par la même occasion) à réfléchir, à prendre consciences des choses importantes dans la vie, à voir la mort autrement. J'ai aimé cet aspect là de l'histoire et la manière dont elle se termine, avec la prise de conscience d'Esteban.

    Le monde des Morts, est haut en couleurs avec ses fleurs, ses fanfares, ses mariachis : musiciens, symboles de la culture mexicaine et son ambiance festive jusque dans le cimetière.   

    C'est une nouvelle agréable à lire, plutôt humoristique, j'ai apprécié ce petit divertissement de quelques pages.

    Challenge Halloween 2018, Halloween, logosanta muerte,xavier portebois,nouvelle,dia de los muertos,challenge halloween 2018

    Le Challenge Amérique du Sud organisé par Bidib en partenariat avec Le Challenge Halloween

  • Légendes du dimanche : Fantômes

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous propose un rendez-vous nocturne, pour découvrir quelques légendes sur les fantômes!

    au coin du feu, légendes, logo

    J'ai sélectionné trois extraits de l'Encyclopédie des Horreurs, Oserez vous entrer? éditée chez Milan, riche en légendes fantastiques et anecdotes étranges!

    Encyclopédie des Horreurs, Oserez vous entrer,  Milan, légendes, fantastique, challenge halloweenIMG_20180926_092716.jpg

    Cette encyclopédie est superbement illustrée. On y trouve de nombreuses thématiques et plein d'informations sur les créatures de la nuit et les lieux où peut les trouver : Maisons hantées, forêts, cimetières, châteaux, mers et océans...

    Fantômes annonciateurs, page 12

    Certains fantômes ne se montrent que pour prévenir les vivants d'un évènement prochain, souvent un décès dans la famille. Selon la légende, une chouette blanche apparaîtrait au château d'Arundel en Angleterre, à chaque fois qu'un membre de la famille est sur le point de mourir.

    Un esprit londonien, page 14

    Un récit terrifiant concerne le 50, Berkley Square à Londres. Le fantôme d'un aliéné hanterait la chambre du plus haut étage de la maison. Selon la légende, si quelqu'un passe la nuit dans cette pièce, on le retrouve mort ou il en ressort fou.

    J'hésite à noter l'adresse sur ma to-do-list londonienne! On parle même d'une bête Cthulhuienne, d'une chose sans nom...

    L'auto-stoppeuse fantôme page 17

    Sur une autoroute déserte, tard la nuit, un homme solitaire s'arrêta pour prendre une jolie jeune fille en stop. Elle s'assit tranquillement dans la voiture, mais ne dit presque rien. Lorsqu'ils arrivèrent à destination, le conducteur se retourna... Elle s'était volatilisée. Plus tard, il apprit qu'une jeune femme était morte de façon tragique près de ce tronçon de route.

     J'ai déjà hâte de ma replonger dans ce grimoire! Bonne nuit.

    légendes, fantômes

    Le Mois des Contes et Légendes de Bidib
    Challenge Halloween 2018
    - Lou & Hilde

  • Peter Pan

    Imprimer

    Je me suis laissée tenter par cet exemplaire de Peter Pan dans une librairie d'Oxford et l'ai lu dans la foulée.

    Peter Pan, J.M. Barrie,novel, roman

    J.M. Barrie

    Macmmillan's Collector Library

    J'ai redécouvert avec plaisir les aventures des enfants Darling (Wendy, John and Michael), à Neverland (le Pays Imaginaire) avec les enfants perdus (Lost Boys), Peter Pan, le capitaine Crochet (Hook), les indiens, les pirates, les sirènes, sans oublier le terrible crocodile.

       "All children, except one, grow up."

    Je connais l'histoire presque par cœur, à quelques détails près, ce qui a facilité la lecture en VO. Parfois, les images du film Hook (la suite) ou du dessin animé (Disney) reviennent en mémoire mais il suffit de regarder les illustrations et de s'attarder un peu sur le texte pour découvrir une autre version, moins édulcorée. La poussière de fée nous emmène toujours au pays imaginaire, le réveil est juste plus difficile.

    Plus jeune, je n'avais pas perçu cette étrange tristesse qui se dégage du récit, liée à l'amnésie de Peter, qui ne ne souvient pas de ses aventures passées, et n'a même pas la notion du temps. Il oublie de revenir voir Wendy et se souvient à peine des personnes qui l'ont entouré mais il pense parfois à une gentille petite fille pour son ménage de Printemps annuel ("spring cleaning time"), charmant personnage... et revient quand même de temps à autres à la fenêtre.

    Peter Pan est un poil égocentrique et cruel (si j'ai bien compris, il tuerait même les garçons perdus qui finissent par grandir), c'est le petit garçon désagréable et capricieux qui refuse de grandir, a des difficultés à être empathique, bref, il ne comprend pas grand chose aux sentiments, aux autres mais il semble plutôt bien le vivre! Bref, une évidence s'impose : il aurait besoin d'une maman! C'est l'adulte qui parle!

    La fée Clochette (Tinker Bell) ? Jalouse et plutôt vulgaire, son expression favorite "you silly ass". Vite vue et vite oubliée par Peter lui-même! Et dire qu'on nous a fait la leçon comme quoi il fallait croire aux fées! Avec Disney, elle était pourtant si mignonne...

    "To die will be an awfully big adventure!"

    En grandissant, on finit donc par comprendre que vivre et donc naturellement mourir, restent plus exaltants qu'un cycle sans fin au Pays imaginaire. Ce raisonnement est digne d'un pirate! Et oui, il faut bien grandir un jour!

    Cette lecture conserve un certain charme même si son potentiel magique a diminué. Le temps de l'émerveillement est passé mais l'aventure reste quand même à lire et à vivre!

    peter pan,j.m. barrie,conte

    Photo : @Hilde

    Je suis quand même allée cet été au pieds de la statue de Peter Pan, à Hyde Park (London), juste au cas où...

  • La piscine - Les abeilles - La grossesse

    Imprimer

    Aujourd'hui, la plume féminine nipponne est à l'honneur, toujours dans le cadre du Challenge Un Mois au Japon. J'ai choisi ce recueil de trois nouvelles de Yôko Ogawa offert par Lou, il y a trèèèèèèèèèèès longtemps! Ce n'est pas la première fois que je lis cette auteure, appréciant son style et parfois déroutée par l'atmosphère de ses nouvelles.

    La piscine-Les abeilles-La grossesse, Yôko Ogawa, nouvelles, recueil, littérature japonaise

    Babel, 1998

    "Dans La Piscine, la fille du directeur d’un orphelinat partage la vie quotidienne de tous les enfants de l’institution, exactement comme si elle non plus n’avait pas de famille. Deux plaisirs compensent cette situation : regarder un adolescent s’exercer à plonger dans la piscine, et tourmenter une petite fille dont les pleurs lui procurent un apaisement inégalable…"

    L'ambiance de cette première nouvelle est assez malsaine et dérangeante entre l'obsession de la jeune fille pour le corps du nageur et cette cruauté gratuite envers la petite fille, ça fait froid dans le dos.

    "Le corps souple et élancé de Jun traverse la couche superficielle de mes sentiments pour être absorbé au plus profond de mon être. Dés que sa silhouette apparaît entre les bulles, la surface ébranlée de l'eau suit le contour de ses épaules qu'elle recouvre comme un voile." page 10

    Les abeilles raconte l'histoire d'une jeune femme ayant inscrit son cousin dans la résidence universitaire où elle même a fait ses études. Cependant, la résidence n'est plus ce qu'elle était, un peu à l'image de son directeur.

    Une atmosphère inquiétante et bien étrange qui déconnecte un peu notre personnage de la réalité. Le fameux cousin disparaît. On imagine le pire mais ce qui est découvert n'est pas vraiment ce qu'on imaginait.

    Dans la troisième nouvelle, la narratrice observe la grossesse de sa sœur et le lien étrange qu'entretient cette dernière avec la nourriture.

    Cette grossesse est décrite sous un angle un peu froid. On se retrouve dans la tête de la narratrice qui imagine bien des choses. C'est un peu écœurant entre les nausées de la jeune femme et les orgies de confiture de pamplemousse.

    Dans l'ensemble, j'ai trouvé une belle écriture, des descriptions un peu mélancoliques, aux accents poétiques et de quoi perturber le lecteur ou la lectrice.
    Les fins de ces trois nouvelles sont évasives au possible et laissent errer l'imagination.

    | ***** |

    logo mois au japon 01.jpg

    Lou et Hilde