Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Films, séries, émissions

  • Le Tombeau des lucioles

    Imprimer

    Je n'avais pas encore vu ce film d'animation des Studios Ghibli, réalisé par Isao Takahata, décédé tout récemment.

    Le Tombeau des lucioles, film d'animation, Isao Takahata, guerre

    Date de sortie au cinéma au Japon : 16 avril 1988
    Date de sortie du film dans les salles françaises: 19 Juin 1996

    Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobé, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite soeur de quatre ans, Setsuko, orphelins, vont s'installer chez leur tante à quelques dizaines de kilomètres de chez eux.
    Celle-ci leur fait comprendre qu'ils sont une gêne pour la famille et doivent mériter leur riz quotidien. Seita décide de partir avec sa petite soeur.

    Ils se réfugient dans un bunker désaffecté en pleine campagne et vivent des jours heureux illuminés par la présence de milliers de lucioles. Mais bientôt la nourriture commence cruellement à manquer. Synopsis Allociné

    Ce film nous montre le Japon en guerre et ses atrocités. Les alarmes retentissent et il faut vite trouver un abri. Des bombes incendiaires détruisent les quartiers avec ses habitants, qui tentent désespérément de fuir.

    Le quotidien de ces deux enfants bascule dans l'horreur. Quelle tristesse de voir que plus personne ne se soucie d'eux et pourtant leur joie de vivre demeure, un temps, à travers les souvenirs de leur parents, au contact de la nature, des lucioles et des rires de la petite Setsuko.

    La première scène avec les lucioles est magnifique. C'est beau, poétique et très triste.

    Le tombeau des lucioles2.jpg

    Certaines images sont particulièrement dures, la faim qui tenaille les enfants et l'indifférence des adultes est insupportable, et prend aux tripes.

     Un film d'animation marquant et bouleversant.

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Challenge organisé par Lou et Hilde avec le logo de Kobaïtchi

  • The Witch

    Imprimer

    Pour la première séance cinéma du Challenge Halloween, je vous propose un film sur la sorcellerie. Un matin, j'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai regardé The Witch.

    the witch, film, sorcière, sorcellerie

     Un film de Robert Eggers

    2015

    Interdit aux moins de 12 ans

    1630, en Nouvelle-Angleterre. William et Katherine, un couple dévot, s’établit à la limite de la civilisation, menant une vie pieuse avec leurs cinq enfants et cultivant leur lopin de terre au milieu d’une étendue encore sauvage.
    La mystérieuse disparition de leur nouveau-né et la perte soudaine de leurs récoltes vont rapidement les amener à se dresser les uns contre les autres… Synopsis et photos du films Allociné

    Ce film s'inspire de contes, populaires, de contes de fées et de compte-rendus historiques sur la sorcellerie, tels que journaux et notes de procès. La plupart des dialogues sont tirés de sources de cette époque.

    the witch, film, sorcière, sorcellerie

     "Nous devons trouver la lumière dans les ténèbres."

    L'atmosphère malsaine vous enlace dés le début du film, servie par un rythme très lent. J'ai frôlé l'ennui de très près par moment. C'est un film psychologique, la tension est plus que palpable, l'ambiance plombante. La scène du jeune garçon qui semble possédé est assez effrayante dans son genre.
    On entraperçoit, un sacrifice, une demeure au fin fond de cette fameuse forêt, une femme irrésistible qui serait l'incarnation parfaite de la sorcière. Mais au fond existe-t'elle vraiment si ce n'est dans l'imaginaire des personnages?

    J'ai été dérangée par la ferveur religieuse de cette famille, les non-dits, et les soupçons pesant sur chacun. On découvre leurs peurs, leurs faiblesses, et c'est facile d'imaginer le pire: des jumeaux qui pactiseraient avec le bouc, la jeune femme aux rêves sinistres, tous coupables...

    Comme je disais à Mariejuliet sur le groupe FB du Challenge, à leur place, je reprenais le Mayflower dans l'autre sens pour un retour direct en Angleterre!

    the witch, film, sorcière, sorcellerie

    Finalement, on ne sait pas ce qui est réel et quelle genre de folie sévit dans cette ferme, si c'est celle des hommes, celle du malin, ou les deux. On sent le danger émaner de cet endroit ainsi que le désespoir de cette famille qui doit survivre, seule, isolée de leur communauté. Climat particulièrement propice à toutes les dérives.

    La fin m'a déroutée et je ne sais toujours pas trop quoi en penser. Étrange tout de même... Si vous voyez ce film, je serais contente de savoir ce que vous en avez pensé.

    logo, Challenge Halloween 2017, sorcières

    Logo réalisé par Pedro
    Challenge Halloween, Lou & Hilde

  • Kaïro

    Imprimer

    Aujourd'hui, dans  le cadre de notre séance cinéma du vendredi, je vous propose un film d'horreur japonais.

    kaïro,film,horreur,le mois japonais

    Un film de 2001 réalisé par Kiyoshi Kurosawa

    Taguchi, un jeune informaticien, est retrouvé pendu dans son appartement. Sous le choc, ses collègues cherchent à en savoir plus sur ce suicide inexplicable.

    La victime a laissé un mystérieux message contenu dans une simple disquette. De toute évidence, celle-ci recèle un virus qui contamine ses utilisateurs et a de graves répercussions sur leur comportement.

    A Tokyo, l'inquiétude grandit au fur et à mesure que le virus se propage à travers les réseaux informatiques. Des petits groupes de jeunes gens tentent de résister, tandis que les disparitions se multiplient. [...] Les fantômes reviennent sur terre grâce à un système qui marche en circuit fermé. » Allociné

    Une ambiance pesante, une petite musique qui met les nerfs à vif, du suspense, un PC qui s'allume tout seul montrant des images inquiétantes, des suicides bref, de quoi faire monter un peu la tension mais sans traumatiser la blogueuse.

    Le rythme est assez lent mais ça ne m'a pas dérangée.

    Si vous êtes nostalgiques du son caractéristique que pouvait produire le modem pour se connecter à Internet, vous serez servis.

    Une réflexion intéressante sur la vie, la mort, la solitude et la peur suscitée par le réseau avec une fin apocalyptique que j'ai appréciée.

    | ***** |

    Kaïro fait référence à une tradition et à un genre, connus sous le nom de « yurei eiga » ou « bake-mono eiga », particulièrement à l'honneur au Japon dans les films des années 56-60. Les histoires racontées s'inspiraient de contes fantastiques chinois, connus au Japon sous le nom de « Kwaidan ».
    Masaki Kobayashi réalisa d'ailleurs en 1964, Kwaidan, un film articulé autour de quatre contes fantastiques. Ring de Hideo Nakata, appartient également à cette tradition.

    logo mois au japon 01.jpg

    Lou et moi pour Un Mois au Japon

  • Mes dernières séances de ciné #1

    Imprimer

    J'habite à deux pas d'un cinéma associatif et depuis le début du mois de mars, le rythme des séances s'est accéléré...

    films,cinéma

    Lire la suite

  • Si tu tends l'oreille

    Imprimer

    Aujourd'hui pour notre première séance ciné du Mois au Japon, je vous propose un film d'animation du Studio Ghibli réalisé par Yoshifumi Kondo.

    affiche-si-tu-tends-loreille-.jpg

    Shizuku Tsukichima, une collégienne de 14 ans, est une jeune fille rêveuse et passionnée par les romans et les contes. Elle emprunte souvent des livres à la bibliothèque. Mais un jour, sur les fiches d’emprunt des romans, elle remarque qu’un mystérieux Amasawa Seiji lit exactement les mêmes ouvrages avant elle. Surprise, Shizuku veut en savoir plus sur cet inconnu.

    Elle fait alors par hasard la connaissance d’un jeune garçon qu’elle trouve tout d’abord exaspérant… quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre qu’il s’agit de Amasawa Seiji ! [...]

     Si tu tends l'oreille, Ghibli,

    Source Gif: Blog Studio Ghibli

    J'ai passé un très bon moment. L'histoire est émouvante, les deux adolescents attachants, avec leur rêve à réaliser. C'est drôle, touchant, plein de fraîcheur et de simplicité.

    | ***** |

    Avec la VOST-Fr, je m'imprègne des sonorités de la langue japonaise, ça ne me déplaît pas, bien au contraire.

    !Billet qui s'étoffera plus tard car blogueuse trop fatiguée pour aligner plus de mots ce soir!

    logo mois au japon 01.jpg

    Lou et moi pour Un Mois au Japon

  • Extraits choisis de La Grande Librairie

    Imprimer

    Je regarde rarement La Grande Librairie en entier. Parfois j'oublie, que c'est le jeudi ou j'arrive en cours d'émission, ce qui fait que je (re)découvre souvent quelques passages en replay. J'ai choisi trois extraits qui m'ont particulièrement plu et que j'avais envie de partager ici, aujourd'hui. Bonne découverte!

    La Grande Librairie, Extraits, Songes à la douceur, Lydie Salvayre, Mathias Malzieu

    Est-ce que vous les avez vus et appréciés?

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Lire la suite