Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BD, Comics, Manga, Romans graphiques

  • (BD) Les Enquêtes d'Enola Holmes, La Double disparition -1

    Imprimer

    enola holmes,la double disparition,tome 1,bd,serena blasco,editions jungle

    Enola Holmes vit au manoir de Ferndell avec sa mère. Le jour de ses 14 ans, cette dernière disparaît. Enola n'a d'autres choix que de contacter ses deux illustres frères aînés : Mycroft et Sherlock Holmes.
    Une pension pour parfaire son éducation et faire d'elle une lady, jamais! Elle décide de prendre la poudre d'escampette et se rend à Londres. En chemin, elle apprend la disparition d'un jeune duc, et décide alors de mener sa propre enquête, tout en cherchant des traces de sa mère.

    enola holmes,la double disparition,tome 1,bd,serena blasco,editions jungle

    Avec cette BD, j'ai retrouvé l'univers d'Enola Holmes que j’apprécie beaucoup.* 
    C'est assez fidèle au roman et agréable à lire.
    Enola est attachante, vive d'esprit et l'aventure est au rendez-vous.

    Les graphismes à l'aquarelle sont très beaux bien qu'ils soient édulcorés. Les quartiers malfamés du Londres de l'époque victorienne par exemple, n'en ont pas vraiment l'apparence, c'est donc un peu lisse à mon goût, mon seul regret, mais c'est soigné et adapté à un jeune public.

    J'ai aimé revoir le premier déguisement d'Enola, retrouver son sens de la répartie et de la débrouille assez bluffant! Certains trouveront que c'est peut-être un peu exagéré mais ça me distrait beaucoup. Sa manière d'échapper aux convenances ainsi qu'à ses frères est même jubilatoire.
    Assez captivant aussi, le code de sa mère à déchiffrer, grâce aux fleurs. On a donc une intrigue principales et une secondaire avec la disparition du jeune lord. C'est assez bien ficelé comme dans le roman mais un peu moins creusé.

    enola holmes,la double disparition,tome 1,bd,serena blasco,editions jungle

    Une belle adaptation quand même. Je pense enchaîner avec le tome 2 rapidement.

    * J'ai lu le tome 1 et le tome 2 pour l'instant et n'ai pas l'intention de m'arrêter là.

    enola holmes,la double disparition,tome 1,bd,serena blasco,editions jungle

    Les Enquêtes d'Enola Holmes, La Double disparition, tome 1, Serena Blasco, d'après le roman de Nancy Springer, Éditions Jungle, 2015

    Lu sur la plateforme Izneo dans le cadre du Mois Anglais et de la BD de la semaine

    logo, la BD de la semaineLe mois anglais, Challenges, Lou

    La BD de la semaine : Cette semaine, c'est Noukette qui héberge nos bulles!
    Le Mois Anglais organisé par Lou, Titine et Lamoussmé

  • Le Singe de Hartlepool

    Imprimer

    J'avais noté cette BD chez Soukee lors d'un Mercredi BD, et je l'ai enfin empruntée à la médiathèque avant le confinement.

    le singe de hartlepool,lupano,moreau,bd,delcourt,légende anglaise,mois anglais 2020

    1814, sur un navire français, un jeune garçon est condamné pour avoir chanté une chanson anglaise de marin. Pris dans une tempête, le bateau s'échoue près des côtes anglaise. Seul survivant à première vue, un singe portant l'uniforme napoléonien. Accusé d'être un français, ayant mordu un citoyen d'Hartlepool, son procès s'organise car la sûreté du Royaume d'Angleterre serait menacée!

    "Inspirée d'une légende tristement célèbre du Nord de l'Angleterre, Le Singe de Hartlepool est une fable tragi-comique qui parle de nationalisme va-t-en-guerre et du racisme ignorant qui ne connaît pas de frontières..."

    Les préjugés anti-anglais et anti-français pendant les guerres napoléoniennes ont été terribles, je n'ai pas de mal à le croire. Les villageois et les membres de l'équipage détiennent une bonne couche de stupidité et de racisme tout en se prenant pour des cadors. Les insultes sont copieuses et imagées, ça fuse à ce niveau là.
    J'ai trouvé l'histoire complètement délirante au début.

    On croit à une méchante plaisanterie, on se dit qu'à un moment donné ils vont se rendre compte de leur bêtise, que quelqu'un va bien finir par leur dire, mais on se met à douter. Et si, ils étaient assez stupides pour faire ça?
    Incroyable, ça m'a sidérée et j'avoue que ça m'a juste donné envie de me révolter contre cette sombre crétinerie collective et de pleurer aussi, ça a beau être une fable, c'est le genre d'histoire qui me retourne. Ironie du sort, des enfants plus sages que des adultes entièrement aveuglés par la haine.

    Du côté des dessins, j'aime beaucoup les couleurs, à bord du navire, au moment de la tempête avec les premières images du village, mais les personnages un peu moins. Certains font vraiment barbares, arriérés, c'est volontaire j'imagine mais pas très joli à voir! L'ancien combattant Patterson, une gueule cassée et certaines vignettes sont un peu gores. Ce n'est pas la galerie des horreurs non plus mais c'est plein de bouches édentées!

    "Voilà qui ne va pas te faciliter la vie, jeune homme. Déjà que l'étranger fait peur alors qu'on sait d'où il vient, m'est avis que l'apatride a du souci à se faire."

    La dernière remarque du docteur sur la peur des étrangers reste tristement d'actualité. Cette lecture ne m'a pas rendue très optimiste, je dirai même qu'elle a un peu assombri mon humeur. Je trouve l'histoire plus effrayante qu'autre chose. On ne pend plus les gens, ni les animaux, mais le racisme existe toujours. La violence est toujours là.

    notation, étoiles, goodreads

    Cette BD tourne donc en ridicule le racisme primaire, la bêtise, les idées reçues, ce qui n'est pas pour me déplaire, j'aime l'ironie mais c'est tellement triste et cruel. Ce n'est pas un coup de cœur mais un petit coup au cœur. Je vais avoir du mal à m'en remettre. A découvrir pour la portée du message.

    "Aujourd'hui encore, cette légende est bien vivace en Grande-Bretagne.  [...] "
    La page explicative à la fin du livre est assez intéressante. 

    Le Singe de Hartlepool de Wilfrid Lupano et Jérémie Moreau, Delcourt, 2014

    2013 Prix des Libraires de BD

    logo, la BD de la semainelogo, médiathèque de chartres de bretagneLe mois anglais, Challenges, Lou

    La BD de la semaine : Rendez-vous chez Stephie

    Le Mois Anglais organisé par Lou, Titine et Lamoussmé
     
    Découverte de la Médiathèque
  • Manga Chats

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous propose une nouvelle découverte autour des chats, offerte par mon amie Lou, l'an dernier.

    Manga chats, Tamako Tamagoyama, bd du mercredi, Larousse, chats

    Tamako Tamagoyama partage des anecdotes et des moments du quotidien avec ses chats : Ton et Shino. Elle est au petit soin pour ses félins, un peu gaga aussi, ça se voit au premier coup d’œil! Son objectif : nous faire craquer!

    Ce manga édité dans le sens de lecture français est découpé en huit chapitres : les choses bizarres que font les chats, les rapports qu'ils ont avec les objets, les repas et tout ce qui touche à la nourriture, leur pouvoir apaisant, la première rencontre de l'autrice avec ses deux compagnons. Bref des chats, des chats et encore des chats pendant 175 pages.
    On a aussi droit à un petit prologue de présentation de la narratrice et des deux vedettes du manga. Le dernier chapitre étant consacré aux chats de ses parents.

    manga chats,tamako tamagoyama,bd du mercredi,larousse,chats

    A chaque page, c'est un peu la surprise au niveau de la mise en page : une planche qui nous raconte une petite histoire ou des gags plus courts en colonnes, de vraies photos de ses chats commentées ou/et des dessins légendés.
    Au milieu du manga on a une "sélection spéciale album de mes chats" occupant la double-page.
    Les dessins sont tout en rondeur, assez kawaï (かわいい =mignon en japonais).

    Toutes les mimiques des chats y sont détaillées, leurs comportements, leurs petites habitudes, bonnes ou mauvaises avec humour et tendresse. On y reconnaît parfois ses propres compagnons, on y retrouve aussi des choses déjà lues mais j'ai trouvé la présentation vraiment sympa. J'aurais encore plus apprécié qu'il soit édité dans le sens de lecture japonais. 

    Beaucoup d'humour, le trio est assez attachant. Tamako fait aussi parler Ton et Shino, par moment.

    C'est amusant à lire, tout en douceur, en légèreté, ça se lit très vite, et on apprécie d'y revenir. A consommer sans modération pour continuer à cultiver son amour des chats!

    Manga Chats de Tamako Tamagoyama, éditions Larousse, 2018

    logo, challenge un mois au japonlogo, la BD de la semaine

    C'est Moka qui nous accueille sur son blog pour le rendez-vous BD de la semaine!
    Le Challenge Un mois au Japon organisé par Lou & Hilde

  • Keiko Ichiguchi, Les cerisiers fleurissent malgré tout

    Imprimer

    J'ai découvert ce manga sur la plateforme Izneo. Attirée par le résumé, je me suis plongée dans sa lecture.

    Les cerisiers fleurissent malgré tout, Keiko Ichiguchi, manga, un mois au japon

    Itsuko Sonoda vit en Italie avec son compagnon : Angelo. Elle revient sur son enfance au Japon, et sur l'enseignante qui l'a aidée pendant sa maladie, à changer sa perception d'elle même et à se surpasser.
    Elle revient régulièrement dans son pays natal, entretenant les liens avec son ancienne enseignante. Lors de sa dernière visite, Itsuko lui promet de revenir au printemps 2011 mais un peu avant son départ, un terrible tremblement de terre survient.

    les cerisiers fleurissent malgré tout,keiko ichiguchi,manga,un mois au japon

    Dés les premières pages, je me suis sentie doucement enveloppée par le côté poétique de ce manga.
    Itsuko est une enfant fragile, souvent malade, elle raconte comment elle a vécu cette période de sa vie et ce que l'arrivée de la nouvelle enseignante a changé. Elle lui en est reconnaissante et continue à aller la voir.

    Les années passent, les visites et les saisons se succèdent, la nature y est bien représentée. Les proches d'Itsuko prennent naturellement de l'âge.

    les cerisiers fleurissent malgré tout,keiko ichiguchi,manga,un mois au japonles cerisiers fleurissent malgré tout,keiko ichiguchi,manga,un mois au japon

    Et puis, la catastrophe survient le 11 mars 2011 : le terrible tsunami et l'explosion dans la centrale nucléaire de Fuskushima. On ressent l'impuissance d'Itsuko, en Italie à ce moment là et son envie irrépressible de retourner à au Japon pour honorer sa promesse. L’autrice y a partagé ses propres émotions, c'est assez émouvant.

    Certaines planches sont très belles mais je trouve un peu étranges ces visages sans yeux par moment.

    De nombreuses thématiques sont abordées tout au long de ce manga : la maladie, le temps qui passe, la vieillesse, le traitement des informations au Japon au moment de la catastrophe.

    notation, étoiles, goodreads

    L'histoire de ce one-shot m'a beaucoup touchée. C'est une belle découverte.

    Les Cerisiers fleurissent malgré tout de Keiko Ichiguchi (Scénario et dessin), Kana, 2013

    logo, challenge un mois au japonlogo, la BD de la semaine

    Le rendez-vous BD de la semaine est chez Stephie.
    Le Challenge Un mois au Japon organisé par Lou & Hilde

  • Jirô Taniguchi, Elle s'appelait Tomoji

    Imprimer

    Je l'avais repéré depuis longtemps alors j'ai profité de l'accès à Izneo (fourni avec l'abonnement Canal+ de Mr Hilde) pour découvrir ce roman graphique en ligne.

    Elle s'appelait Tomoji, jirô taniguchi, roman graphique, un mois au japon

    En 1925, Tomoji a 13 ans. Elle vit dans un petit village, à la campagne, au Japon.

    Sa famille est heureuse pendant les premières années de sa vie. Tomoji grandit, les saisons défilent, les drames aussi mais la vie continue. Tomoji aide au magasin, travaille à la rizière, tout en poursuivant sa scolarité. Pendant ce temps, son cousin, Fumiaki, à Tokyo, échappe au grand tremblement de terre de 1923.

    "Une histoire inspirée de personnages réels qui fonderont par la suite une branche dérivée du bouddhisme."

    J'ai beaucoup apprécié cette lecture, ça m'a vraiment fait plaisir de retrouver les dessins de Jirô Taniguchi.

    elle s'appelait tomoji,jirô taniguchi,roman graphique,un mois au japonelle s'appelait tomoji,jirô taniguchi,roman graphique,un mois au japon

    Ils sont magnifiques en noir et blanc mais on trouve aussi quelques planches en couleur pour les premières et dernières pages de chaque chapitre. Ils correspondent en fait à la prépublication en magazine au Japon. Les paysages sont superbes, j'ai toujours beaucoup aimé le style de Jiro Taniguchi avec Quartiers lointains entre-autres.

    C'est assez plaisant de suivre un personnage de sa naissance jusqu'à l'âge adulte même si la vie de Tomoji n'est pas facile, avec des moments très tristes, j'ai gardé les yeux humides pendant une bonne partie de l'histoire. On y découvre ce monde rural, l'entraide qui y existe mais aussi la fragilité des êtres humains.

    C'est aussi l'histoire d'une rencontre que l'on appréhende dés les premières pages même si elle n'a pas lieu.

    La narration est agréable, une impression de calme et de quiétude se dégage de ce roman graphique une fois la dernière page tournée. C'est beau et assez émouvant. La fin ne m'a pas déçue, au contraire, je trouve qu'annoncer ce qui se passe ensuite a un pouvoir apaisant.

    notation, étoiles, goodreads

    Elle s'appelait Tomoji, Scénario de Miko Ogiwara et Jirô Taniguchi, Dessins de Jirô Taniguchi,  Éditions de Sèvres, 2015

    logo, challenge un mois au japonlogo, la BD de la semaine

    Le rendez-vous BD de la semaine est chez Stephie.
    Le Challenge Un mois au Japon organisé par Lou & Hilde

  • Magus of the Library #1

    Imprimer

    Aujourd'hui, on se retrouve pour la BD de la semaine! C'est aussi le premier jour du Challenge Un mois au Japon que nous organisons  depuis plusieurs années, au mois d'avril avec mon amie Lou.

    J'ai découvert le manga Magus of the Library de Mitsu Izumi, l'an dernier. Un manga autour des bibliothèques, il fallait que je vois ça de plus près, j'ai craqué pour le premier tome et le second aussi!

    magus of the library, tome 1, Mitsu Izumi, manga, challenge un mois au Japon

    Amun, un petit village où la bibliothèque n'est pas accessible aux plus pauvres. Pourtant, un jeune garçon adore les livres et les grandes aventures qu'ils procurent. Il vit seul avec sa sœur aînée qui travaille dans une plantation de thé pour lui permettre d'aller à l'école. Son rêve : rencontrer un héros mais c'est une bibliothécaire, une kahuna, qui va changer son destin.

    Les graphismes assez soignés m'ont tout de suite séduite. L'histoire aussi, celle de ce garçon aux oreilles pointues, parfois accompagné de son familier (une belle créature mi-loup mi-licorne) passionné par la lecture qui se sent différent, en souffre mais  s'apprête à vivre une folle aventure.

    Une trame assez classique certes mais captivante avec une découverte progressive de l'univers de ces bibliothécaires (les kahunas) et l'évocation d'Afshak la mystérieuse cité des livres, possédant la plus grande bibliothèque du monde.

    La magie est aussi présente. Certains livres ont un mana, et peuvent être extrêmement dangereux. Les kahunas maîtrisent l'art de les restaurer, de les réparer, qu'ils soient magiques ou non et selon des traditions, des règles et des principes spécifiques. C'est bien pensé.
    On trouve un peu d'humour aussi, notamment dans les échanges entre kahunas.

    magus of the library, tome 1

    "Protéger les livres... C'est tout simplement... Protéger le monde!"

    Leur travail s'apparente à un genre de mission, de quête, celle retrouver un livre volé par exemple.
    On peut faire de nombreux parallèles avec nos bibliothèques, certains clins d’œil sont évidents et les messages portés par les kahunas sont beaux, respectueux, et transmettent de belles valeurs sur la lecture.

    Un manga qui donne envie d'en savoir plus sur ce monde de bibliothécaires, de découvrir l'histoire des livres. La fin du premier tome est  plein de promesses. Vivement la suite!

    logo, challenge un mois au japonlogo, la BD de la semainelogo, fin de série, Livrement

    Le rendez-vous BD de la semaine est chez Stephie.
    Le Challenge Un mois au Japon organisé par Lou & Hilde
    Fin de Série organisé par Acr0 : une nouvelle série manga, ce n'est pas bon pour le challenge mais l'an denier, j'ai craqué pendant ma reprise d'étude!

  • Les Quatre de Baker Street -6

    Imprimer

    Aujourd'hui, je poursuis la série des Quatre de Baker Street avec le tome 6! Si vous n'avez pas encore découvert la série, je vous conseillerai plutôt de commencer par le tome 1

    Les Quatre de Baker Street, L'homme du Yard, tome 6, BD, Djian, Etien, Legrand, Vents d'ouest, Challenge British Mysteries, la bd de la semaine

    Lire la suite

  • Lomax, Collecteurs de Folk Songs

    Imprimer

    Repérée chez Enna, je souhaitais découvrir cette BD depuis deux ans. Je l'ai enfin empruntée et lue!

    Lomax, Collecteurs de folk song, Duchazeau, BD, Dargaud, la bd de la semaine, amérique

    Lomax père et fils parcourent les états du Sud des États-Unis pour capturer des chansons en les enregistrant sur des cylindres afin de préserver le folklore.

    La première chose qui saisit dans cette BD, c'est le racisme des personnes rencontrées par Alan et son père dés qu'ils tentent d'expliquer la raison de leur présence. Le comportement du policier qui se sent tout puissant est insupportable. Le sherrif fait allusion à une chasse à l'homme avec un sourire sadique qui fait froid sans le dos. Triste réalité de l'époque révoltante.

    lomax,collecteurs de folk song,duchazeau,bd,dargaud,la bd de la semaine,amérique
    Source illustration : Dargaud

    Mais la musique blues nous réchauffe un peu le cœur. Alan et son père sont bien accueillis. Les chanteurs sont toujours surpris d'entendre leur voix. Il y a de la convivialité mais la terreur n'est jamais très loin. Des arrestations et parfois un sort encore plus cruel.

    Les dessins en noir et blanc traduisent parfaitement l'ambiance. On entend presque la musique. Une playlist accompagnerait à merveille cet album.

    lomax,collecteurs de folk song,duchazeau,bd,dargaud,la bd de la semaine,amérique
    Source illustration : Dargaud

    J'ai aimé découvrir ce qu'évoquent les chansons, suivre cette passionnante collecte faite de rencontres dans différents lieux : plantations de coton, église, prison, forêt ou chantier de chemin de fer.

    Une BD qui prend aux tripes. Émouvante mais beaucoup trop courte à mon goût! J'aurais aimé les suivre encore longtemps dans leur collecte. Je publierai quelques visuels et passerai sur vos blogs en fin d'après-midi et en soirée. Bon mercredi BD.

    Lomax, Collecteurs de Folk Songs, Duchazeau, Dargaud, 2014

    Pour aller  plus loin

    - Site de l'ACE : "The Association for Cultural Equity (ACE) was founded by Alan Lomax to explore and preserve the world's expressive traditions with humanistic commitment and scientific engagement."

    - The Alan Lomax Archive : The Sound collection Guide

    logo, la BD de la semainelogo, médiathèque de chartres de bretagne

    La BD de la semaine : Rendez-vous chez Stephie
     
    Découverte de la Médiathèque

    logo, Challenge African American History Month
    Challenge African-Amercian History Month organisé par Enna

  • Le sixième Dalaï-Lama, tome 1

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous emmène au Tibet avec cet album découvert à la méditathèque.

    Le sixième dalaï-lama, tome 1, Guo Qiang, Zhao Ze, éditions Fei BD, Tibet, Chinae
    Tawang, Sud du Tibet, 1682

    Lobsang Rinchen est un jeune garçon, proche de la nature et des animaux. Fils d'esclaves, il travaille aux champs. Malgré sa condition, il se lie d'amitié avec la fille du seigneur de Tawang, Makye Ame et sa servante Dedimentok mais un évènement imprévu va changer le cours de sa vie.

    Gros coup de cœur pour le premier tome de ce manhua (BD chinoise) à la fois intéressant, émouvant et avec de superbes graphismes. Des paysages grandioses, qui invitent à la contemplation. C'est beau, poétique, presque un peu magique avec une petite touche spirituelle, bouddhiste.

    le sixième dalaï-lama,tome 1,guo qiang,zhao ze,éditions fei bd,tibet,chinae

    Les liens qui unissent les personnages sont assez subtils. J'ai parfois trouvé un côté un peu enfantin mais touchant.

    Le contexte politique du XVIIème siècle dans cette zone géographique peut sembler assez complexe mais il est expliqué clairement en début d'ouvrage, carte à l'appui ce qui facilite la compréhension des évènements. Je l'avais oublié lors de ma première lecture, j'y suis revenue!
    On perçoit donc bien les tensions entre les différents représentants du pouvoir : le grand Empire de Chine, Le Dalaï-lama et le souverain de Mongolie.

    Un début de série très prometteur! J'ai vraiment hâte de me procurer le tome 2. Je publierai quelques illustrations en fin d'après-midi. Bon mercredi BD.

    logo, la BD de la semaine

     
    La BD de la semaine : Aujourd'hui, nous avons rendez-vous chez Noukette

    étape au Tibet, Logo

  • Les Aventures Extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, Adèle et la bête

    Imprimer

    Les billets de Pedro Pan Rabbit sur la série Adèle Blanc-Sec, publiés au moment d'Halloween, m'ont donné envie de découvrir cette première aventure.

    Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, Adèle et la bête, Tardi, BD, la bd de la semaine

    Paris, 1911, un ptérodactyle sème la terreur dans la capitale. La police est chargée de régler l'affaire. Adèle Blanc-Sec se rend sur place espérant photographier "le monstre". 

    Bon, avouons-le tout de suite, la rencontre n'est pas aussi excitante que j’imaginais. J'ai trouvé le personnage d'Adèle Blanc-Sec un peu étrange, mystérieux certes, mais froid, le visage figé, manquant d'expression et d'intérêt au premier abord. On ne sait pas grand chose à son sujet même une fois la dernière page tournée. Je suis restée sur ma faim.

    les aventures extraordinaires d'adèle blanc-sec,adèle et la bête,tardi,bd,la bd de la semaine

    Le scénario m'a aussi semblé très confus. "Quelle salade!" Je dois pas être la seule à l'avoir faite celle-là mais c'est l'expression appropriée, merci Adèle.
    Difficile en tout cas de démêler tout ce qui se passe dans ce volume avec les différents personnages que je finissais pas confondre un peu. Albert, Joseph et bien d'autres encore avec ou sans chapeau! Edith Rabatjoie, mais c'est qui celle-là?!

    De nombreuses questions sans réponse et ensuite des explications qui arrivent en bloc et m'ont perdue. J'ai relu certains passages après mais c'est sûr, je n'ai pas tout saisi.
    J'imagine que certaines informations sont pour plus tard, je manque probablement de patience, mais ça m'a un peu gâché le plaisir, me donnant l'impression d'être passée à côté d'un certains nombre d’éléments.
    Même la bête ne m'a pas vraiment captivée ou horrifiée, j'ai juste trouvé ça étrange tout au plus.

    Tout n'est pas négatif, j'ai apprécié les dessins, le Paris du début XXème et la dernière page avec ses questionnements  plutôt drôles  :"Qu'est devenu Albert l'ignoble traître?", "Quel objet mystérieux continent l'un des deux sacs [...]? Voilà des questions qui attisent un peu ma curiosité, faut que ça bouge un peu plus, nom d'un ptérodactyle!

     

    J'ai du mal à m'enthousiasmer pour cette lecture bien que les ingrédients soient intéressants et qu'Adèle soit une des premières héroïnes de BD en 1976 un peu captivante. "[...] elle est la première héroïne de bande-dessinée qui ne soit ni une créature érotique, ni une simplette. " Pedro Pan Rabbit . Ça vaut quand même le coup d’œil.

    les aventures extraordinaires d'adèle blanc-sec,adèle et la bête,tardi,bd,la bd de la semaine
    Lire la suite? "Pourquoi pas!" Je suis un peu déçue par cette première découverte mais je n'ai pas dit mon dernier mot.

    Les Aventures Extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, Adèle et la Bête, Texte et dessin : Jacques Tardi, Lettrage et couleur : Anne Delobel, éditions Casterman, 1976

    logo, la BD de la semaine

    La BD de la semaine : Rendez-vous chez Moka
  • India Dreams #4

    Imprimer

    Je me suis replongée dans la série India Dreams commencée en 2011. Un coup de cœur à l'époque.

    india dreams, maryse & jean-françois charles, BD, inde, les étapes indiennes

    Nous retrouvons donc Kamala et ses amis au Népal dans une situation très délicate. (Voir tome 3). Elle découvre ensuite les dernières pages du journal de sa grand-mère et la lettre de son arrière grand-père. Trouvera-t-elle les dernières réponses qu'elle cherche à Darjeeling?

    india dreams,maryse & jean-françois charles,bd,inde,les étapes indiennes

    J'ai relu les trois premiers tomes avec plaisir, et enfin découvert le quatrième et dernier volume de ce cycle. Les dessins sont toujours superbes et continuent de nous emmener en voyage. J'étais contente de retrouver les personnages attachants de cette série. Beaucoup de plaisir à suivre les histoires de ces trois générations de femmes.

    J'ai trouvé l'intrigue plus complexe dans ce quatrième tome, et certaines explications un peu floues. C'est mon seul regret.
    Des bonds dans le temps, des flash-backs toujours nombreux et plaisants à découvrir. Le contexte politique et historique reste important et est étroitement mêlé à la destinée des personnages.

    On y retrouve un peu de sensualité, de passion et de mystères teintés de spiritualité. Certains passages sont très émouvants. J'étais d'ailleurs assez émue en tournant la dernière page. Une belle série qui se termine mais un nouveau cycle à découvrir.

    Je pense me procurer le cinquième volume qui n'est pas une suite mais une sorte de prolongement de l’œuvre afin de rester encore un peu dans l'ambiance.

    india dreams,maryse & jean-françois charles,bd,inde,les étapes indiennes

    Il n'y a rien à Darjeeling, Tome 4, Maryse & J.F. Charles, Casterman, 2007.

    Je posterai quelques illustrations en fin d'après-midi et poursuivrai mon tour des blogs à ce moment-là.

    india dreams,maryse & jean-françois charles,bd,inde,les étapes indiennesindia dreams,maryse & jean-françois charles,bd,inde,les étapes indiennesindia dreams,maryse & jean-françois charles,bd,inde,les étapes indiennes

    Tome 1, Tome 2 et 3

    logo, la BD de la semaine

    La BD de la semaine : Rendez-vous chez Stephie
    Après une longue absence, je suis contente de pouvoir participer à nouveau à la BD de la semaine.

    logo, fin de sérielogo, les étapes indiennes

    Fin de série organisé par Acr0
    J'ai fini un cycle de BD, ça compte!

    Les Étapes Indiennes : Étape N° 16 : Princes, princesses et Rajah