Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Auteur·e·s

  • Shirley Jackson

    Imprimer

     Je ne me suis pas plongée dans un roman de Shirley Jackson par manque de temps, mais je souhaitais quand même partager avec vous quelques petites découvertes et réflexions autour de son œuvre. 

     Présentation succincte

    Shirley Jackson est une romancière américaine spécialiste du récit fantastique et d'horreur, née en 1916 et décédée en 1965. Elle est l'auteure de plusieurs romans et de nombreuses nouvelles.

    Ses livres : Le Cadran solaire (The Sundial), La Loterie (The Lottery and Other Stories), Maison hantée / Hantise (The Haunting of Hill House) que j'ai lu il y a longtemps, Nous avons toujours vécu au château / Nous avons toujours habité le château (We Have Always Lived in the Castle)

    Adaptation

    La loterie, Myles Hayman, BD, Shirley Jackson

     ► Une adaptation BD de La Loterie par Myles Hyman, petit fils de Shirley Jackson, est sortie en 2016, chez Casterman.

    Dans un village de la Nouvelle-Angleterre, chaque année, au mois de juin, on organise la Loterie, un rituel immuable, où il est moins question de ce que l'on gagne que de ce que l'on risque de perdre à jamais. Présentation éditeur

    Je suis curieuse de découvrir cette BD.

     Réflexion sur le fantastique et sur les préjugés avec comme support une nouvelle de Shirley Jackon

    Chapitre 4 : Les enjeux du fantastique Le Fantastique,
    1- Genre subversif? / a- Subversion douce

    "Nous l'avons vu, avec le thème du fantôme, des femmes affirment, grâce à un basculement surnaturel, une voix différente, face aux préjugés masculins. Cela peut aller plus loin. De l'autre côté de la porte, une nouvelle de Shirley Jackson, montre une jeune fille sur le point de se marier. Elle se réjouit de cette entrée dans le monde des conventions, tout en paraissant se le reprocher : 

    On dirait que je cherche à paraître plus jolie que je ne le suis, rien que pour lui, pensa-t-elle avec dégoût en considérant son image.

    Tout bascule dans le cauchemar. Le fiancé ne se présente pas. Elle le cherche partout, en vain. Elle finit par entendre sa voix, fantôme, derrière la porte d'un grenier :

    Mais elle avait beau frapper inlassablement à la porte, jamais celle-ci ne s'ouvrit.

    La femme serait-elle destinée à rester éternellement à la porte? Le fantastique ne donne pas la réponse, plus à l'aise pour poser des questions que pour offrir des solutions.

    Certains créateurs néanmoins essaient de mettre le caractère décapant du genre au service de causes plus directement révolutionnaires." page 307 Millet Gilbert, Labbé Denis : Le Fantastique, Belin, Collection Sujets, 2005

     Sources

    Babelio : Shirley Jackson,

    Noosfere : Fiche Shirley Jackson

    Shirley Jackson's bio : Site

     

    Challenge Halloween 2018, Halloween, logo

  • Trois questions posées à Philippe Duchateau

    Imprimer

     Philippe Duchateau, auteur du Château de Walpurgis a accepté de répondre à quelques questions pour le Livroblog, c'est ce que je vous propose de découvrir aujourd'hui. Bonne lecture. 

    questions,philippe duchateau,interview

    • Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire cette histoire?

    "Enfant j’ai toujours adoré les grandes demeures abandonnées, dans lesquels on se promène avec, au creux du ventre, un léger sentiment d’angoisse.
    Fan de Tintin, j’aime les personnages récurrents, qu’on retrouve d’une aventure à l’autre et qui se construisent sous nos yeux.

    Plus tard, c’est la littérature gothique du XIXème siècle qui a attiré mon attention: Bram Stoker, Mary Shelley, Ann Radcliffe, Maturin.
    Le thème du personnage extirpé de la banalité de sa vie et plongé dans un univers qui le dépasse me fascinait.
    C’est ainsi qu’est né Josuan, jeune homme rationnel, plein de bonnes intentions, un peu naïf peut-être, et dont les aventures vont l’amener à se poser beaucoup de question sur l’emprise du surnaturel et le sens de sa vie en général. "

    • Est-ce qu’il y a un message que vous souhaitez faire passer aux lecteurs?

    "Oui, bien sûr. Les habitants du château de Walpurgis sont de vaniteux compères, cyniques et repliés sur eux-mêmes.
    Ils ont mal digéré la philosophie subversive de Max Stirner dont une des devises figure en lettres d’or dans le hall de leur château (Aussi bien que Dieu, je suis la négation de tout le reste.
    Je suis pour moi tout, je suis l’Unique)

    Le défi auquel se retrouve confronté Josuan consiste avant tout à conserver son intégrité, à préserver intacte son aptitude à l’empathie.
    Submergé de déclarations péremptoires à l’occasion de son premier repas au château, il déclare “Dieu, c’est la discordance entre un univers infini, glacial, fait de concrétions pierreuses, d’espaces morts, d’accumulations gazeuses et le miracle de notre monde grouillant de vie, de variété, le miracle des sentiments, de la beauté, de la conscience de soi et des autres!” Il résiste à la tentation du cynisme et de l’anarchisme individuel!

    L’aspect loufoque de certaines scènes n’est qu’un paravent, une manière de mettre en valeur cette lutte intérieure qui, malheureusement - dans notre monde matérialiste et profondément égoïste -, relève d’une sombre actualité."

    • Qu’est-ce qui vous inspire le plus pour écrire?

    "Les émotions. Ce qu’on ressent profondément et que l’on aimerait pouvoir transcrire. La beauté sereine d’un paysage matinal, un regard qui se trouble sous le contrecoup de la tendresse, mille détails qu’on voudrait fixer et partager!

    Écrire, c’est se battre, mot à mot, pied à pied: lutter pour traduire en phrases cohérentes la petite musique de la pensée!"


     Mes questions posées aux auteurs

  • Trois questions posées à Cécile Duquenne

    Imprimer

    cecile duquenne,interview,entrechats

    Après la lecture d' Entrechats, je me posais quelques questions et puis, je suis toujours curieuse de savoir ce qui motive les auteurs à écrire alors je vous fais partager les réponses de Cécile Duquenne qui a eu la gentillesse se le laisser interviewer. :)

    • La mythologie égyptienne, les chats... 

    Est-ce que ça fait partie de vos passions?

    L'antiquité en général fait partie de mes centres d'intérêt, et l’Égypte est mon chouchou, justement parce que j'ai toujours préféré son panthéon et sa mythologie à toutes les autres. J'ai eu le coup de cœur grâce à un professeur d'histoire extraordinaire, en cinquième au collège, qui racontait l’Égypte antique et mythique comme s'il y avait assisté... aller à son cours, c'était voyager dans le temps ! Depuis, le coup de cœur est resté. Cela dit, même si j'ai écrit un roman qui concerne la mythologie égyptienne de près, je suis loin d'être une spécialiste et je n'aurais jamais pu créer cet univers et ces personnages sans de solides références derrière moi. Sites internet, livres pour enfants, encyclopédies de l'antiquité, numéros de la revue Histoire, tout y est passé !
    Pour les chats, c'est étrange, mais je ne suis pas du tout une personne à chats : j'ai toujours eu des chiens et je les préfère aux petits félins si malicieux... qui m'ont joué bien des tours par le passé (l'un d'eux a notamment voulu m'arracher un bout de mollet !). Mais bon, à histoire égyptienne, chats de compagnie et non chiens, je ne pouvais pas y couper ;-)
    •  Reverrons-nous un jour l'inspecteur Meskhenet?
    Je n'en sais rien, sincèrement... j'ai déjà songé à écrire un autre roman qui se déroulerait dans le même univers qu'Entrechats, et j'ai dans l'idée de retracer l'arrivée de Lloonas et de son père en Plaines désertiques. L'histoire se situerait donc avant Entrechats, sur l'autre continent, les Terres croisées, et on assisterait au choc des cultures. Rien n'est exclu, cependant, car rien n'est écrit (pas même un synopsis pour le moment, car je me concentre sur d'autres projets). Ce qui est certain, en tout cas, c'est que je n'exclue pas l'idée de revenir plus tard dans l'univers d'Entrechats, d'une manière ou d'une autre : donc peut-être qu'on reverra Meskhenet ! Tout peut arriver !
    •  Qu'est-ce qui vous inspire le plus pour écrire?
    La musique et les belles images : rien de tel pour trouver l'inspiration !
    Et sinon, les témoignages extraordinaires de gens ordinaires, sur des choses qu'ils ont entendu, faites, ou vues... les gens qui m'entourent n'ont pas idée de l'inspiration qu'ils sont pour moi. Des fois, il suffit d'un bout de phrase sur un sujet a priorianodin pour que mon imagination s'emballe ^^
     
  • Marie Diaz et La Reine des Glaces

    Imprimer

    La reine des glaces.jpg

    J'ai croisé la route de Marie Diaz dans plusieurs salons du livre et le charme de ses illustrations a opéré, à plusieurs reprises. Je lui ai posé quelques questions concernant l'écriture de La Reine des Glaces et elle a bien voulu y répondre.

    Voilà un aperçu de ces échanges, qui m'ont passionnée. Je n'avais encore jamais eu l'occasion de plonger dans l'univers d'un auteur/illustrateur au point de comprendre sa "démarche créative". Merci pour toutes ces découvertes.

    • Pourquoi avez-vous choisi d'adapter La Reine des Neiges de H.C. Andersen?

    "Comme à chaque fois, c’est au contraire l’histoire elle-même qui est venue me visiter ! Elle a littéralement ‘cogné au carreau’ dedans moi, pour être à nouveau racontée. Il ne s’agissait pas d’opportunisme éditorial pour une quelconque célébration Andersen, l’année du Danemark ou la fête du hareng fumé…

    Ce conte est revenu à un moment où j’en avais précisément besoin, et j’ai éprouvé la nécessité de le traduire dans ma propre langue pour le partager à mon tour avec des lecteurs d’aujourd’hui, enfants, ados, grands ou vieillards, mâles et femelles confondus. J’insiste : le conte est une nourriture vitale pour tous." [...]

    • Quels changements avez-vous choisi d'apporter au conte d'Andersen?

    "Ayant relu la ‘Reine des Neiges’, écrite par Andersen en 1845, j’ai d’abord pensé : 'oh non, pas possible que l'héroïne soit aussi cruche !'- alors que je n’avais gardé que le souvenir de sa vaillance -. C'était à mes yeux l'un des rares contes édités où les rôles sont inversés par rapport à ceux assignés dans  notre société : c’est le personnage féminin qui mène la quête, affronte le grand inconnu et une Reine démoniaque, et sauve le héros masculin pris au piège. Pas mal, pour une petite fille perdue seule dans le vaste monde… !" [...]

    "Au final j'ai vécu la quête de Freya pas à pas, vibré souffert aimé et combattu avec elle, jusqu’à la délivrance de Kay. J’ai beaucoup d’admiration et de tendresse pour ce personnage, et l’écriture de cette histoire a été une expérience incroyable et inoubliable : chaque fois que je voulais rajouter une phrase ou un paragraphe, je recommençais ma lecture du début, et prise au piège de la trame, j’étais forcée de tout relire de A à Z avec un plaisir grandissant, comme si l’histoire se déroulait malgré moi, ou plutôt à travers moi."

    Pour découvrir tous les mystères de La Reine des Glaces, suivez ce lien: Marie Diaz et La Reine des Glaces.pdf