Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Romans - Page 7

  • Nina Volkovitch - La trilogie

    Imprimer

    J'ai découvert la série Nina Volkovitch il y a quelques années, grâce à l'émission Rêves et Cris consacrée à la littérature de l'imaginaire et anciennement diffusée sur Nolife.

    Nina Volkovitch.jpg

    Carole Trébor

    • Tome 1: La Lignée (Lu)
    • Tome 2: Le Souffle (En cours)
    • Tome 3: Le Combat

    Gulf Stream éditeur

    Envoyée à l’orphelinat de Karakievo parce que ses parents sont considérés comme des « ennemis du peuple », Nina Volkovitch a fait le serment de s’enfuir et de retrouver sa mère, emprisonnée dans un goulag de Sibérie. Mais comment s’enfuir d’un tel lieu quand on a quinze ans, et qu’on en paraît douze ?
    Ce qu’elle ne sait pas, c’est que sa mère a pris soin de dissimuler de précieux indices pour l’aider à s’échapper, mais aussi pour lui révéler les dons particuliers qu’elle possède sans le savoir.
    Car Nina est la descendante des Volkovitch, une illustre famille qui détient des pouvoirs aussi prodigieux que terrifiants. Et c’est elle, Nina, qui représente le dernier espoir face à un ennemi plus puissant que la dictature soviétique… Quatrième de couverture du tome 1

     *** Mes impressions sur ce premier tome ***

    Nina Volkovitch est une héroïne intelligente et attachante. Le contexte historique de ce roman est particulièrement intéressant, abordé avec simplicité. On trouve un glossaire à la fin du livre qui explique certains termes propres à la Russie Soviétique.

    Pour les amateurs/amatrices de beaux livres, chaque tranche des romans édités chez Gulf Stream est dorée, la mise en page est soignée, avec des effets de style, des petits motifs que l'on retrouve à chaque page, c'est un très bel objet.

    nina volkovitch,carole trébor,romans,trilogie

    De l'action, du suspense, mais peu d'éléments fantastiques dans ce premier volume. L'intrigue ne fait que démarrer, patience! J'ai dévoré ce premier tome alors j'espère que la suite sera aussi captivante.

  • La Mini-chronique #4 -> janv.2016

    Imprimer

    C'est le retour de la Mini-chronique: un résumé ou un quatrième de couverture avec des impressions de lecture plutôt brèves. 
    Les livres s'empilent sur ma table depuis le mois de décembre et les ranger dans la bibliothèque sans laisser de traces sur le blog, me chagrine un peu.

    La semaine, après le travail, j'aspire surtout à retrouver mon canapé, le plaid, ma lecture du moment ou la tablette.
    J'essaye aussi de garder la forme (le minimum syndical), de nettoyer un donjon de temps en temps (la maison aussi accessoirement), de faire fonctionner mes neurones pour mes cours en ligne (c'est dur en ce moment), bref j'ai toujours autant besoin d'un retourneur de temps mais personne ne l'a encore inventé. Bon dimanche.

    Les dix amours de Nishino.jpg

    Les 10 amours de Nishino
    Hiromi Kawakami, Lu au mois de janvier, PAL -1

    " Qui était Nishino, cet homme insouciant et farouche comme un chat, qui s'immisçait avec naturel dans la vie des femmes dont il faisait battre le cœur trop fort ?
    Dix voix de femmes composent ce roman dont un homme est le centre de gravité et dont l'existence nous est progressivement révélée par celles qui l'ont tant aimé.
    Chacune d'elles à son tour prend la parole : elles tissent un à un les fils séparés d'une existence qui se rejoignent pour dessiner en creux le visage d'un homme plein de charme et de mystère, nonchalant, touchant, insaisissable. " Éditions Philippe Picquier Poche, 2003 - 2015 pour la présente édition

    Ce livre ne m'a pas tellement plu, malgré le talent d'Hiromi Kawakami pour décrire les sentiments de ces femmes qui ont toute connu cet homme singulier: Nishino.
    Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, ressentant tout de même leurs émotions (je ne suis pas un robot): de la nostalgie, de la mélancolie, de l'incompréhension, à travers les souvenirs évoqués, qui manquent souvent d'intérêt.

    On essaye de comprendre pourquoi cet homme agit ainsi mais jusqu'au bout, malgré les dix portraits, ça reste flou et les femmes se succèdent, dans une atmosphère un peu dérangeante.
    Pourtant, ce n'est pas une lecture qu'on peut qualifier de désagréable, ça se lit même plutôt vite.

    Déçue.jpg

    Je terminerai sur une note moins négative car j'ai trouvé la fin du livre assez émouvante, les dernières lignes m'ont particulièrement touchée.

    Le Temps qui va, le temps qui vient est dans ma PAL. Je n'en ai donc pas encore terminé avec cet auteur qui m'a parfois "envoûtée" avec ses Années douces et La brocante Nakano,


    Les lumières de septembre.jpgLes Lumières de septembre
    Carlos Ruiz Zafon  - Lu au mois de janvier - PAL -1

    "1937. La mort de son mari l’ayant laissée sans revenus, Simone Sauvelle quitte Paris pour occuper un emploi de secrétaire particulière en Normandie.
    Lazarus Jann, son employeur, est un génial inventeur de jouets. Il vit dans une immense propriété en compagnie de sa femme, malade, qui n’a pas quitté son lit depuis vingt ans.
    Simone Sauvelle, sa fille Irène et son fils Dorian sont immédiatement séduits par la grande gentillesse de Lazarus. Ils tombent aussi sous le charme de Cravenmoore, son extraordinaire demeure.
    C’est alors qu’une force criminelle prend possession de Cravenmoore, comme si l’amour et l’affection lui étaient insupportables...
    " Éditions Pocket, 1995 - 2012 pour la présente édition

    Un très bon moment de lecture, avec une atmosphère comme je les aime, pleine d'étrangeté, de mystère, avec du suspense, un peu d'horreur aussi et une intrigue intéressante. Tous les ingrédients sont subtilement dosés. J'apprécie l'écriture de Carlos Ruiz Zafon, sa manière d'amener progressivement une touche fantastique à l'histoire.
    De plus, j'ai toujours un faible aussi pour ce genre de manoirs et je ne suis pas déçue, celui-là tient ses promesses avec ses automates plutôt terrifiants et le secret qu'elle garde.

    A noter2.jpg

    Ce Cycle des Brumes m'a décidément beaucoup plu. Dans ma PAL, L'Ombre du Vent m'attend.

     
     

     

  • Le Seigneur des Anneaux -1

    Imprimer

    Mes aventures livresques continuent bien que je sois un peu moins présente sur le blog mais j'ai entrepris une grande quête, celle de l'Anneau et je tenais à la partager.

    La fraternité de l'anneau.jpg

    La fraternité de l'anneau

    J.R.R. Tolkien

    Éditions Christian Bourgois, 2014

    Bilbo a ramené de son grand voyage un anneau si puissant, qu'il doit à tout pris être détruit pour ne pas tomber entre de mauvaises mains. Cette quête revient au neveu de Bilbo: Frodo, un hobbit du Comté (dans cette édition, on parle du Comté et non de la Comté). La guerre semble proche et inéluctable, différents peuples doivent s'allier pour contrer le mal sombre qui les menace.

    " Un Anneau pour les dominer tous, Un Anneau pour les trouver,
      Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier. " p75

    Un peu avant Noël, j'ai craqué pour cette nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux.

    Ce premier tome est le début d'une longue quête et je savais à quoi m'attendre, l'ayant déjà lu dans une édition jeunesse. Le style descriptif m'avait déroutée lors de ma première tentative de lecture, je m'étais enlisée et j'avais finalement abandonné.
    L'édition poche qu'on m'avait prêtée à l'époque n'avait rien arrangé, avec ses paragraphes serrés, et ses caractères minuscules. Cette nouvelle édition est plus aérée, plus confortable de mon point de vue.

    le seigneur des anneaux,j.r.r tolkien,roman,fantasy

    La Terre du Milieu, est un univers avec sa propre Histoire, qui peut paraître un peu complexe à appréhender pour un néophyte, tellement riche en détails, mais passionnant. En prolongement, je viens d'acheter 3 minutes pour comprendre L'Univers de Tolkien de Gary Raymond et John Howe, édité chez Le Courrier du Livre.

    Ce que j'aime aussi dans ce roman, c'est la dimension épique, le combat entre le bien et le mal avec ses rebondissements, sa magie et des personnages qu'on prend plaisir à accompagner. Les Hobbits sont de charmants compagnons et j'ai particulièrement apprécié les passages en territoire Elfe, au moment du conseil d'Elrond et en Lorient (Lothlorien).

    Le seigneur des anneaux, j.r.r tolkien, roman, fantasy,

    Parcourir la Terre du Milieu m'a énormément plu, même si les jours s'annoncent bien sombres pour nos héros. J'ai hâte de lire la suite.

    Tolkien et moi

  • Prémonitions

    Imprimer

     Je l'avais noté il y a des années sur un petit carnet, et je l'ai découvert tout à fait par hasard dans une librairie d'occasion de Bécherel. J'ai sauté sur l'occasion.

    Prémonitions.jpg

    Alice Hoffman

    2007

    Les femmes de la famille Sparrow ont toutes un don particulier, qu'elles découvrent à l'âge de 13 ans. Elinor détecte le mensonge, Jenny, sa fille perçoit les rêves des autres, quant à Stella, sa petite-fille, elle a reçu le don de prémonition et peut donc voir la manière dont les gens meurent.
    La famille n'est pas très unie, les rapports mères-filles compliqués, et lorsque le père de Stella est accusé de meurtre, Jenny et Stella quittent Boston pour Cake House, la vieille demeure familiale chargée d'une histoire douloureuse où peut-être un nouveau départ est possible.

    J'ai passé de très bons moments de lecture avec ce roman, n'y trouvant aucune longueur malgré ses 537 pages. Ce roman n'est pas très rythmé, plutôt porté sur les descriptions mais ça ne m'a pas dérangée. L'atmosphère est tellement agréable, lumineuse, et un peu envoûtante. Je me suis laissée porter par la narration du début à la fin.

    L'écriture a parfois une tonalité poétique. Alice Hoffman évoque la beauté de la nature (les roses du jardin d'Elinor), des saisons...

    Les relations humaines sont aussi très bien décrites. Je me suis très vite attachée aux femmes de la famille Sparrow, avec leurs histoires sentimentales, familiales, saupoudrées d'une petite pincée (très légère) de fantastique.
    La romance est omniprésente et pourtant, supportable de mon point de vue.

    Prémonitions, Alice Hoffman, roman,

    Une belle découverte et un roman émouvant, qui pique un peu les yeux, par moment.

    • Mya Rosa a aussi passé un bon moment avec ce roman.
  • Horrorstör

    Imprimer

    Je suis vraiment contente d'avoir reçu le catalogue du magasin Orsk, je vais pouvoir commander une nouvelle bibliothèque Billosk ainsi que des vitrines pour protéger mes livres mais d'abord, je vais essayer de vous le présenter en quelques mots.

    • Clarabel, Lou, Marjorie ont aussi ouvert cet étrange catalogue.

    Horrostör.jpg

    Grady Hendrix

    Éditions Milan et Demi , 2015

    "Il se passe quelque chose d'étrange au magasin de meubles d'Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées...

    Les ventes sont en berne, les responsables de rayon en panique : les caméras de surveillance ne montrent rien d'anormal.
    Pour lever le mystère, une équipe de trois employés se retrouve engagée pour rester sur place toute une nuit. Au cœur de l'obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d' inquiétants bruits et finiront pas se confronter aux pires horreurs... " Présentation éditeur

    Le format et la mise en page méritent le coup d’œil, ça ne manque absolument pas d'originalité. D'ailleurs vos invités le prendront presque à coup sûr pour un catalogue de meubles, trônant dans votre bibliothèque. J'avais mis le mien en exposition, ça n'a pas raté.
    Il faudra juste mettre les choses au point: commander chez Orsk est très dangereux et les bons de réduction ne sont utilisables que chez Planet Baby.

    Pour ma part, je m'attendais à une une petite ronde nocturne sympathique, pimentée par une course-poursuite dans le magasin (maniaques, zombies ou les deux), mais c'est pire que ça. C'est presque un peu trop gros!
    La séance de spiritisme improvisée a mal tourné, une personne est possédée, un portail maléfique est ouvert et la panique s'installe pour de bon chez nos employés d'Orsk qui tentent d'échapper à un scénario cauchemardesque.
    Sale ambiance, le magasin est vraiment hanté!

    Est-ce que la philosophie de l'entreprise est plus effrayante que "les pénitents" sortis du portail? Et bien, difficile de trancher, les premiers veulent vous manipuler, les seconds vous tuer. Dans les deux cas, vous ne sortez pas vraiment gagnants de votre expérience à Orsk.

    Du côté des personnages, Matt et Trinity font un peu adolescents attardés, ils m'ont agacée, par moment. Amy et Basil sont un peu plus attachants mais sans plus. On espère juste qu'ils survivent, réflex empathique.

    Sinon, l'ambiance est plutôt réussie mais pas de frissons d'horreur en ce qui me concerne. J'ai été surprise par la plongée surnaturelle de l'intrigue, je n'y croyais pas vraiment. Je suis donc restée assez distante de l'histoire et de ses rebondissements, comme si ça manquait un peu de cohérence.  J'ai du mal à exprimer ce que j'ai ressenti.
    Malgré tout, la lecture reste agréable, avec un style décontracté, ça fonctionne quand même.

    La prochaine fois que vous mettrez les pieds dans une succursale d'Orsk, vous penserez à cette histoire et je doute que vous ayez envie d'y déposer votre candidature.

    Dans l'ensemble, je ne me suis pas ennuyée et j'avoue que la fin titille ma curiosité et me donne envie de découvrir la suite, s'il y en a une...

    Challenge Halloween 2015.jpg

    Lou & Hilde

  • Bat Pat, Le Fantôme du Cimetière

    Imprimer

    Seule dans le cimetière, Carmilla à mes trousses, je suis à bout de souffle. Soudain, j'aperçois un caveau familial, c'est l'idéal.
    Je compte bien m'y cacher, espérant la semer. Je reprends ma respiration, lorsqu'un bruit me fait sursauter. Ouf, ce n'est qu'une chauve-souris, c'est Bat Pat! Tout est bien qui finit bien pour la cinquième étape de notre randonnée d'Halloween, je ne serais pas boulottée par un affreux vampire!

    Bat Pat.jpg

    Texte de Roberto Pavanello

    Albin Michel Jeunesse, 2011 pour la présente édition.

    A partir de 7 ans

    Bat Pat est en effet une petite chauve-souris qui vit dans une des chapelles du cimetière de Fogville et écrit des livres d'épouvante.
    Un soir, elle aperçoit un squelette fouiller une tombe. Démasquée, un corbeau est lancé à sa poursuite. Elle trouve miraculeusement refuge dans la chambre de trois enfants (Léo, Rébecca et Martin Silver) qui vont l'aider à comprendre ce mystère.

    Bat Pat1.jpg

    Ce sont les illustrations et la mise en page agréable et assez colorée qui m'ont poussée à choisir ce livre. Le cimetière était tout à fait à mon goût, les chapelles me semblaient bien entretenues et l'histoire promettait un moment amusant.

    Je ne me suis pas trompée, c'est un roman de 118 pages plein d'humour et distrayant.
    Martin par exemple lit les Histoires effrayantes d'Edgar Allan Polaire! Bat Pat est une chauve-souris très bavarde, un poil froussarde et qui n'hésite pas à entamer la conversation (oui, la chauve-souris parle).

    Les trois enfants ne sont pas spécialement attachants, un peu coincés dans le rôle qu'on leur a donné (l'intello, l'estomac sur pattes et la fille qui aime les bestioles et en plus a mauvais tempérament) mais je les ai quand même accompagnés avec plaisir.

    L'intrigue est un peu simplette à mon goût avec son voleur de carte au trésor. Quant au dénouement, il est plutôt prévisible.

    Malgré tout, je pense que ce sera un bon divertissement pour les jeunes lecteurs qui aiment les histoires de cimetières et de fantômes.


    Challenge Halloween 2015.jpg

    Lou & Hilde

     
  • Salem

    Imprimer

    Lorsque j'ouvre un roman de Stephen King, j'ai toujours un peu peur alors pour cette troisième étape du Challenge, je me suis rendue dans cette petite bourgade infestée de vampires avec les genoux qui claquent mais la nuit blanche n'était pas au rendez-vous et j'ai passé un très bon moment. Je reporte ma grosse frayeur à plus tard!

    Cleanthe et Miss Leo se sont aussi rendus à Jerusalem's Lot ce mois-ci.

    King - Salem.jpg
    Stephen King

    1978, 1981

    Salem's Lot.jpg

    Le film

    Ben Mears, écrivain new-yorkais, revient dans la petite ville de Jerusalem's Lot, sur le lieu de son enfance, hanté par des souvenirs terrifiants provenant d'une sinistre maison où il a assisté à d'horribles évènements. A son retour, la vieille demeure est vendue à un mystérieux antiquaire et son associé. Peu après, un enfant disparaît. Un engrenage infernal vient d'être enclenché.

    J'ai dévoré les 410 pages de ce roman et remarqué bien des différences avec le téléfilm. Je n'ai pas ressenti énormément de frissons, je me suis laissée imprégner par l'ambiance.
    Stephen King est vraiment doué pour créer des atmosphères bien pesantes et surnaturelles au milieu de petites bourgades assez ordinaires et paisibles en apparence.

    Au départ, on ne s'attend pas à une histoire de vampires. On se concentre sur Masten House, et tout ce qu'elle dégage de maléfique. Et puis la vérité est révélée, mais c'est trop tard, le piège se referme sur la ville.
    Du suspens, de l'action, une fois que c'est parti, ça monte en intensité et il ne reste plus qu'à manier le pieux avec dextérité, la chasse aux vampires est ouverte!

    Les personnages sont très attachants, que ce soit dans le roman ou dans le téléfilm. Pour se rassurer, on se dit qu'avec un enfant dans le groupe, ce sera moins terrifiant mais ça reste quand même assez inquiétant.
    J'ai particulièrement apprécié les liens entre les personnages mais il est important de ne pas trop s'y attacher. Je préfère vous prévenir, il y aura peu de survivants, même l'amour est en péril...

    Challenge Halloween 2015.jpg

    Lou & Hilde

  • Miss Peregrine et les enfants particuliers

    Imprimer

    Aujourd'hui, Tiphanya, ... et moi allons chasser les monstres qui menacent Miss Peregrine et les enfants particuliers.

    Miss Peregrine et les enfants particuliers.jpg

    Ransom Riggs

    Bayard Jeunesse, 2011, 2012

    J'ai lu ce roman une première fois en  février 2014 pendant le week-end à 1000. Petit-Speculoos avait pioché ce livre dans ma PAL. J'avais rédigé un avis très court, mais je souhaitais le relire pour l'étoffer, avant de me plonger dans le tome 2.


    "Une île mystérieuse, un orphelinat en ruine, une étrange collection de photos."

    JacobPortman bercé par les récits de son grand-père découvre l'existence d'une autre réalité, fonctionnant en boucle, avec un orphelinat et des enfants aux pouvoirs extraordinaires mais des monstres menacent leur tranquille existence.

    J'ai tourné autour de ce livre un certain temps avant de me le procurer, attirée par son originalité, par sa mise en page et aussi un peu méfiante. Les photos en noir et blanc des enfants (particuliers) me dérangeaient quand je le feuilletais mais je me suis quand même laissée tenter et je ne le regrette pas.

    Pour la seconde fois, j'ai trouvé cette histoire passionnante et très prenante. Le concept de boucle temporelle me captive particulièrement. Les thèmes évoqués sont intéressants: la Seconde Guerre Mondiale à travers cette fameuse boucle, la protection extrême des enfants particuliers, et la notion d'enfermement. C'est un roman intelligent, bien construit, assez émouvant aussi et agréable à lire.

    Je me suis attachée aux personnages, à Jacob mais aussi aux enfants: Emma, Millard, Enoch, Bronwyn et les autres. Les relations familiales occupent aussi une bonne place. Sans oublier un peu d'action, du suspense, une ambiance un peu spéciale et des monstres épouvantables. Un cocktail efficace, à mon goût.

    Captivant.jpg

    Je suis contente de l'avoir relu, prenant davantage mon temps, m'imprégnant de cet univers assez étrange. Je suis prête maintenant pour le tome 2. 

    Challenge Halloween 2015.jpg

    Lou & Hilde