Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La loi des séries - Page 11

  • Hunger Games

    Imprimer

    roman,hunger games,série,suzanne collins

    J'ai ouvert les yeux fermés le premier tome d'Hunger Games de Suzanne Collins, édité chez Pocket Jeunesse en 2008-2009. Mais qu'est-ce que les Hunger Games? C'est une téléréalité imposée à la population. Douze garçons et douze filles sont sélectionnés pour se retrouver dans l'arène et lutter à mort afin qu'il n'en reste qu'un(e) seul(e). Il leur faudra trouver de la nourriture, se protéger des autres, rester en bonne santé, bref survivre.

    Katniss prend ainsi la place de sa petite sœur dans l'arène. Habituée à chasser avec son ami Gale, elle a d'excellentes dispositions pour s'en sortir. Elle se retrouve avec un garçon de sa tribut: Peeta envers qui elle a une dette. Mais dans l'arène, il n'y aura la place que pour un seul vainqueur...

    Survivre est le seul mot qui importe! Tant mieux, je vais prendre un cours, ça pourra toujours servir le mois prochain pour la chasse aux zombies!

    Ne comptez pas sur moi pour survivre aux Hunger Games, je suis une proie facile, il n'y a aucune chance que j'en sorte vivante. Je pourrais, peut-être trouver des champignons pour caler un estomac vide mais chasser, me battre et grimper aux arbres, c'est au dessus de mes forces. Je ne suis qu'une gentille petite végétarienne (même pas vrai) pas très sportive (ça c'est vrai), donc vraiment pas la candidate idéale pour lutter dans l'arène.

    Malgré le fait que je déteste les téléréalités, et que je sois une "loseuse" potentielle aux Hunger Games, j'ai apprécié la lecture de ce roman. L'entrée dans l'histoire n'a pas été immédiate mais je n'ai pas résisté au côté addictif de la chose. Les 400 pages se tournent de plus en plus vite, j'avoue, j'étais pressée de connaître la fin.

    J'ai quand même été étonnée par la violence de certaine scènes, on se croit dans un jeu qui n'en est pas un, alors à la première goutte de sang versée, ça jette un froid terrible. A partir de 13 ans et +, mais après c'est surtout une question de sensibilité.

    Peu de temps morts au final, ça bouge dans tous les sens, l'étau se ressert, jusqu'au bout du suspense. Voilà un premier tome bien mené même si la stratégie employée dans l'arène ne m'a pas enthousiasmée. Les personnages restent fidèles à eux même et lire la suite ne sera pas déplaisant.

    Une lecture qui vaut donc le coup d’œil mais la transcendance tant attendue n'a pas eu lieu. J'y survivrai... c'est l'essentiel!

  • Les profs T4: rentrée des artistes

    Imprimer

    Aujourd'hui, c'est le Mercredi BD, organisé par Mango, et c'est billet nocturne!

    Vous n'osez plus allumer la TV, ni  la radio, vous avez mis un autocollant "Stop pub" sur votre boîte aux lettres, vous ne sortez presque plus de chez vous pour éviter de tomber dessus. On ne parle plus que de ça partout mais vous vous bouchez les oreilles. C'est bientôt la rentrée, il va bien falloir vous y faire. Je me suis inspirée du style d'Olivia Rosenthal pour écrire cette petite introduction, vous comprendrez ici en lisant les extraits.

    Aussi pour profiter de ces derniers jours de réclusion, de tranquillité, j'ai décidé d'ouvrir Les profs, de Pica et Erroc, une série BD en quatorze tomes, éditée chez Bamboo, qui j'espère détendra l'atmosphère, et apaisera les tensions de pré-rentrée. Merci Mr Hilde de me l'avoir prêtée.

    Les profs, la rentrée, BD, rentrée des artistes, Pica, mercredi BD, Erroc

    Un lycée, des profs, des élèves et des gags.

    De petites histoires sur une ou deux pages, vous l'aurez compris, des histoires de profs: il y a le top-model qui fait tourner la tête de Boulard (le tocard) et de ses copains mais qui distribue quand même de mauvaises notes, le prof feignant qui fait tout pour ne pas se fouler le petit orteil, le prof de chimie connu pour ses explosions, le prof dépressif plutôt chat noir, le prof d'histoire qui semble toujours  bloqué sur Napoléon, enfin une joyeuse bande de profs. 

    Un cocktail d'humour qui tantôt fait rire, tantôt fait sourire. C'est du vécu où c'est exagéré, on force le trait mais j'ai trouvé ça très drôle. Pendant un instant, j'ai (presque) oublié que c'était bientôt la rentrée. Les petits dessins en haut de chaque page sont amusants, les profs plutôt attachants, les élèves plutôt agaçants... mais le mieux dans tout ça, c'est quand même les vacances et ces profs qui ne peuvent pas s'empêcher de parler boulot... Certains gags sont très comiques et les graphismes tout à fait corrects.

    Les profs, la rentrée, BD, rentrée des artistes, Pica, mercredi BD, Erroc

    *Que distribue la machine à café à votre avis?!

    Une petite BD sympathique, à renouveler en cas de rentrée difficile ou juste pour le plaisir.

    BD du mercredi.jpg

  • ASPIC Détectives de l'étrange - 2.L'or du vice

    Imprimer

    BD, ASPIC Détectives de l'étrange,

    Aujourd'hui, c'est le Mercredi BD, organisé par Mango

    Comme promis, j'ai mis la main sur le deuxième tome d'ASPIC Détectives de l'étrange, je vais donc vous faire découvrir la fin de cette aventure savamment concoctée par Thierry Gloris et Jacques Lamontagne aux éditions Quadrants. Si vous souhaitez revenir au tome 1, c'est par ici.

    Ce second tome démarre avec les révélations d'Hugo Beyle sur sa véritable nature. Dépité par la perte de sa "montre vitale", il craint maintenant de devenir un zombie. Flora ne souhaite qu'une chose: partir à la recherche de cet objet qui pourrait bien contenir un morceau de pierre philosophale mais avec le principal suspect dans la nature, le spectre Javert  libéré, ce ne sera pas si simple pour notre héroïne qui devra aussi supporter les sautes d'humeur d'Auguste Dupin.

    "[...]vous n'êtes qu'un Méphistophélès à la petite semaine!" Injure suprême de Dupin

    Côté graphismes, je suis toujours séduite, j'apprécie ce type de dessins, de couleurs qui donnent une atmosphère particulière, que je trouve très agréable. Les personnages se fondent dans le décor et tout ce qui touche au surnaturel m'a évidemment comblée, que ce soit la présence des esprits, la scène de possession, ou la rencontre avec la sorcière vaudoue. 

    En ce qui concerne le scénario, c'est très réussi à mon goût. Je n'ai pas de grosses exigences, moi, pauvre lectrice, il suffit juste de me surprendre, que ce ne soit pas cousu de fil blanc, qu'il y ait de l'action, des rebondissement, un peu d'humour et si en plus, c'est agrémenté d'une petite touche finale (allusion à un célèbre détective et à ce que Flora envisage au niveau de sa carrière) et bien, voyez, il en faut peut pour me rendre heureuse.

    Petite anecdote, au lieu de prendre l'automobile, Flora enfourche cette fois un drôle d'engin à moteur qui lui donne belle allure avec ses lunettes très stylées, je vous laisse apprécier...

    Aspic.T02_22.jpg

    Je ne peux que vous conseiller cette enquête bien menée, en deux tomes (et non dix huit), que j'ai feuilletée avec beaucoup de plaisir.

    mercredi BD, Mango

  • Le caveau de famille

    Imprimer

    Le caveau de famille.jpg

    C'est l'été, vous étouffez sous les 40°, n'allumez plus très souvent votre ordinateur car il produit autant de chaleur que le four qui cuit vos cookies alors pour tenter de vous rafraîchir, je vous emmène faire une petite virée en Suède, à la campagne, en compagnie de Benny et Désirée. J'ai pensé que dans Le caveau de famille de Katarina Mazetti, on pourrait s'y sentir bien, au frais, pour un bout de temps, enfin, c'est ce que je croyais.

    Si vous ne connaissez pas Benny et Désirée, laissez tomber la lecture de ce billet et allez par ici pour faire connaissance.

    "Quand ils sont amoureux, les gens dégringolent à un Q.I. de 72 environ, c'est ma théorie. Assez élevé pour pouvoir aller tous seuls aux toilettes et ne pas se faire arrêter par la police dans la rue, mais trop bas pour qu'on puisse accorder une quelconque confiance dans leur jugement."

    [SPOILER un peu partout dans ce billet] Le résumé, en début de livre permet de se rafraîchir la mémoire. Benny vit donc avec sa cousine Anita, femme au foyer accomplie qui l'aide à la ferme (à s'occuper des vaches laitières) et qui ferait une épouse idéale mais Désirée, celle qu'il croyait être la femme de sa vie et avec qui il est maintenant séparé, veut un bébé à tout prix, et ce dernier ne peut s'empêcher d'y remédier car ses sentiments penchent toujours pour la bibliothécaire, malgré ses défauts et le fait qu'elle rechigne tant aux travaux de la ferme et de la maison. Arriveront-ils à construire quelque chose ensembles?

    Quel suspens! Si j'ai suivi avec entrain la rencontre entre Benny et Désirée, palpité lorsqu'elle est venue s'installer à la ferme et trouvé irrésistible le décalage entre la fille de la ville et le gars de la campagne suédoise, et bien là, j'ai tourné les pages, sans prendre beaucoup de plaisir à lecture. Je n'ai pas retrouvé le mordant de Désirée qui mettait un peu de piment dans Le mec de la tombe d'à côté. Elle paraît résignée, tente de se fondre dans le moule qu'on veut qu'elle occupe, et franchement, ça m'a ennuyée. Je me suis demandée où était passée "Désirée la guerrière". Elle semble avoir été avalée toute crue par la maternité et ses obligations familiales. Navrant.

    Quant à Benny, il est passé maître dans l'art de râler, obsédé par son travail qui le monopolise, d'un machisme... agaçant, on finit par se lasser et ça donne envie de fuir cette vie à la ferme où finalement, il ne se passe pas grand chose de trépidant.

    J'ai donc trouvé cette lecture peu distrayante, les personnages assez fades et la fin vraiment décevante. Je suis passée à côté.

  • ASPIC Détectives de l'étrange - 1.La naine aux ectoplasmes

    Imprimer

    Aujourd'hui, c'est le Mercredi BD, organisé par Mango

    bd,aspic détectives de l'étrange,la naine aux ectoplasmes

    J'avais terriblement envie de découvrir ASPIC: Détectives de l'étrange de Thierry Gloris et Jacques Lamontagne. Je n'ai pas donc pas hesité lorsque l'occasion s'est présentée.

    Paris, XIXème, une médium, naine, est sauvagement assassinée. Plus glauque encore, on ne retrouve que ses globes oculaires... Une enquête démarre, sous la direction d'Auguste Dupin. Flora Vernet est tenue à l'écart (parce que c'est une femme, grrr) mais se présente un étrange personnage, Hugo Beyle qui prétend avoir été agressé et dépossédé de sa montre à gousset, il n'a qu'une obsession, la retrouver. Flora va donc se lancer sur cette piste sans chercher l'assentiment de l'enquêteur Dupin.

    Une BD sympathique avec des graphismes sur lesquels on s'attarde avec plaisir, un brin d'humour, un peu de suspense, quelques scènes un peu morbides et une enquête à résoudre. J'ai trouvé très plaisant de me retrouver en plein XIXème siècle. Une sensation de liberté m'a envahie lorsque Flora lance l'automobile à toute allure dans les rues de Paris. On s'y croirait presque.

    bd,aspic détectives de l'étrange

    Une histoire qui nous plonge dans un univers réel avec une petite touche fantastique. J'ai beaucoup apprécié.

    En route pour le deuxième tome! Peut-être mercredi prochain...

    mercredi BD, Mango

  • Les Chroniques de Narnia: I.Le Neveu du magicien, II. L'armoire magique

    Imprimer

    Auujourd'hui, j'ai l'intention de vous parler du Neveu du Magicien, histoire qui précède L'armoire magique de C.S. Lewis et nous montre comment deux enfants londoniens, Polly et Digory ont découvert le monde de Narnia grâce à des bagues magiques confectionnées par l'oncle du jeune garçon, croyant être un grand magicien. Malheureusement, au cour de leur expédition, ils réveillent une sorcière maléfique et la ramènent malgré eux dans le monde réel. Semant la panique dans les rues de Londres, il ne reste qu'une solution: la renvoyer d'où elle vient mais c'est dans un monde apparemment vide qu'ils arrivent...

    Le neveu du magicien.jpg

    J'ai beaucoup apprécié l'histoire, me rappelant évidemment L'armoire magique, tout en étant une découverte. On assiste à la fondation de Narnia, on y apprend notamment comment le réverbère londonien (voir l'illustration ci-dessous) se retrouve dans le monde magique, petit détail paraissant insignifiant mais qui ne manque pas de charme.

    Une lecture agréable, fabuleuse, sans difficulté; j'aime beaucoup les descriptions du réveil de Narnia. C.S Lewis a vraiment l'art de les rendre magiques. Je crois que c'est ce qui m'avait déjà plu quand j'étais plus jeune. Enfin, j'ai passé un bon moment et j'ai l'intention de lire les autres aventures qui se passent à Narnia. Et oui, il y en a sept en tout. C'est donc loin d'être terminé. 

    Narnia, Crème Anglaise, C.S. Lewis, livre, roman, jeunesse, fantasy, L'armoire magique,Le neveu du magicien

    Acro dans son billet évoque "l'empreinte religieuse" présente dans Les chroniques et qui peut interpeler le lecteur. Pour l'avoir déjà remarquée, je confirme que ce n'est pas un poids pour la lecture.

    Narnia, Crème Anglaise, C.S. Lewis, livre, roman, jeunesse, fantasy

    Et si j'ai le courage, je poursuivrai en anglais avec ce pavé de 767 pages. Maintenant, il est temps de revenir quelques années en arrière pour découvrir mon édition de L'Armoire Magique.

    narnia,crème anglaise,c.s. lewis,livre,roman,jeunesse,fantasy,l'armoire magique,le neveu du magicien

    "Il était une fois quatre enfants qui s'appelaient Pierre, Susanne, Edmond et Lucie. Cette histoire raconte une aventure qui leur arriva lorsqu'ils furent éloignés de Londres, pendant la guerre, à cause des raids aériens..."

    Le premier livre des Choniques de Narnia que j'ai eu entre les mains s'intitule: L'armoire magique, édité chez Flammarion (Bibliothèque du Chat Perché) en 1980 et illustré en noir et blanc. Lu dans les années 90, j'en garde un souvenir merveilleux, celui d'une lecture captivante et d'un lion magnifique au delà de toute description. Voici un extrait du livre que vous pourrez lire en cliquant sur l'illustration ci-dessus.

    Vous y verrez Lucie, ayant découvert un mystérieux passage dans une vieille armoire lors d'une partie de cache-cache. Le monde dans lequel elle se trouve, c'est Narnia, peuplé de créatures (faunes, centaures, fées) douées de paroles mais abritant aussi une Sorcière Blanche au cœur de glace qui les met tous en danger ou tout le monde attend le retour d'Aslan... 

    L'armoire magique.jpg

  • Mécomptes de Fées

    Imprimer

    Pratchett,Terry-[Disque-monde-12]Mecomptes de fees(1991).Cover.French.ebook.AlexandriZ.jpg

    Oyé Oyé! Je suis en plein Mécomptes de Fées, et ça fuse entre les trois sorcières parties en vadrouille, en mission dans un pays lointain, pour faire quoi déjà? Oh! Je ne sais plus vraiment, je suis victime d'un sortilège d'amnésie, mais tout ce dont je me souviens, c'est qu' elles doivent se rendre à Genua où une marraine fée fait du zèle avec les contes. Même le loup du petit chaperon rouge n'en sortira pas indemne.

    Il n'y a évidemment que Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg et Magrat Goussedail pour régler ce petit contentieux et faire un peu de tourisme aussi; Rien de tel qu'un marais avec des alligators, un peu de rhum, des bananes et un soupçon de magie vaudou... Nounou ayant un certain don pour les langues étrangères et la rédaction de cartes postales, on est sauvé. 

    L'histoire est loufoque à souhait et les aventures de nos sorcières toujours pleines de surprises déjantées. Celui-là n’échappe pas à la règle. J’ai passé un bon moment. J’apprécie toujours autant le style et l’humour de Terry Pratchett, et je suis prête à embarquer pour le prochain tome. Si vous voulez en savoir plus sur mes lectures "Pratchetiennes", je vous propose un petit récap' commenté

    Je comprends qu’on puisse passer à côté du Disque-monde, car par moment, l’esprit s’égare, l’important est de le retrouver avant la fin du roman. Quand on se lance dans les Annales, il faut oublier tout ce qu’on a pu lire auparavant, et vivre cette lecture comme une expérience unique, presque mystique, magique en tout cas, ou rien ne se passe comme prévu. A consommer sans modération ! Malgré tout, quelques effets secondaires: bouffées délirantes, méfiance vis à vis des contes (surtout celui du Petit chaperon rouge), addiction, confusion entre réel et imaginaire (des éléphants sur le dos d'une tortue... quand même...).

    Pour ceux et celles qui apprécient l'humour de Terry Pratchett, son style unique et ses descriptions qui dépassent parfois l'imagination la plus fertile et pour tous les curieux. ENJOY un peu de Fantasy!

    A qui l'entend!

    "Ce qu'il faut à certaines, dit Magrat à personne de précis, c'est un peu plus de cœur.

    _ Ce qu'il faut à certaines, dit Mémé Ciredutemps au ciel orageux, c'est un peu plus de cervelle."

    Elle cramponna alors son chapeau pour empêcher le vent de l'emporter.

    Ce qu'il me faut à moi, songea Nounou Ogg avec ardeur, c'est un coup à boire.

    Une spécialité gastronomique locale

    Un produit miraculeux, le pain de nain. Personne n'avait jamais faim quand il fallait échapper à du pain de nain. Il suffisait de le regarder un moment et il vous venait aussitôt à l'esprit des dizaines de choses qu'on préfèrerait manger. Ses chaussures, par exemple. Des montages. Du mouton cru. Son propre pied. 

     Petite vérité sur les vampires... et les chats (à méditer)

     Les vampires sont capables de revenir de la mort, de la tombe et du caveau, mais jamais d'un chat.

    Panique matinale

    Le petit matin, c'est le pire moment: celui de la panique, des fois que l'esprit se serait envolé au cours de la nuit et qu'autre chose aurait emménagé à sa place. Ce genre de désagrément n'arrivait jamais à Mémé Ciredutemps.

  • 1Q84

    Imprimer

    1Q84.jpg

    2011 aux Éditions Belfond

    Haruki Murakami

    1Q84 - Livre 1 Avril-Juin

    Du même auteur, j'ai lu: La course au mouton sauvage (j'avais adoré).

    J'ai dans ma PAL: Kafka sur le rivage, L'éléphant s'évapore.

    Au Japon, en 1984, le monde semble changer sous les yeux Aomamé, presque 30 ans. Tengo, lui va réécrire l'histoire d'une mystérieuse jeune fille de 17 ans, une histoire hors du commun avec un fort potentiel littéraire. Tout s'enchaîne mais les Little People sont là où on ne les attend pas...

    Mon résumé est aussi énigmatique que le quatrième de couverture. Pour un résumé plus détaillé, je vous conseille celui de Gwen Le Bars de la Librairie l'Atalante (Nantes):

    "C’est l’histoire de deux mondes, celui du réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans..."

    Lire la suite dans "Coup de coeur des libraires"

    "Entre réalité et fiction"

    J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman, une bonne centaine de pages voir même un peu plus. J'ai trouvé le rythme assez lent. L'univers et l'ambiance sont particuliers mais progressivement, je me suis familiarisée avec cette histoire un peu étrange, avec les personnages et j'ai alors commencé à trouver un peu d'intérêt à ma lecture. Je commençais à désespérer.

    Les destins de Tengo et d'Aomamé se croisent et je n'ai pas arrêté de me demander à quel moment ils allaient se rejoindre pour de bon. J'étais dans cette attente, à noter le moindre signe, à guetter le moindre indice.

    Il y a quelques touches fantastiques, toutes légères, disséminées à travers le quotidien des personnages.

    Mais, j'ai trouvé certains passages assez ennuyeux, trop longs, un peu flous. Je n'ai pas éprouvé beaucoup de plaisir avec cette lecture même lors du dénouement. Je suis un peu déçue, je m'attendais à être emportée par l'histoire et j'avoue avoir péniblement avancé par moment, tout en appréciant l'écriture d'Haruki Murakami et les thématiques abordées. Le personnage d'Aomamé m'a particulièrement troublée.

    Merci à PriceMinister pour cette découverte qui ne manque pas d'intérêt mais ne m'a pas tellement séduite. Je ne sais pas encore si je lirai le livre 2.

    1% rentrée littéraire.jpg

    Il s'agit de mon troisième billet pour le Challenge 1% organisé par Hérisson.