Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Détective Polar, Thriller & Mysteries - Page 3

  • Le Mandala de Sherlock Holmes

    Imprimer

    Le mandala de Sherlock Holmes.gif

    Jamyang Norbu

    2004 aux Éditions Philippe Picquier

    Lecture commune avec Soukee

    "Le Mandala de Sherlock Holmes ressuscite pour nous le grand détective et lève le voile sur un pan de sa vie auquel Conan Doyle, laissant sur leur faim tous les passionnés, n'a consacré que quelques lignes laconiques. [...] Jamyang Norbu, holmésien distingué d'origine tibétaine, comble ce manque. Il a en effet découvert le journal du compagnon de voyage de Sherlock Holmes, confirmant la thèse selon laquelle ce dernier a effectivement voyagé en Inde et au Tibet."

    On le croyait mort aux chutes du Reichtenbach, emporté au fond d'un gouffre avec Moriarty mais Sherlock Holmes est vivant et il va passer deux ans en Inde, se faisant passer pour un suédois du nom de Siegerson. Recherché par le général Morvan, un sbire de Moriarty, il va partir avec un hindou, Hurree Chunder Mookerjee jusqu'au Tibet et parvenir jusqu'au palais du Delaï-Lama où une mission de la plus grande importance l'y attend.

    Retrouver Sherlock Holmes en Inde me paraissait un peu étrange avant la lecture de ce roman mais finalement, les explications fournies sont assez convaincantes et je n'ai eu aucune difficulté à entrer dans l'histoire et à accepter la présence de notre détective à Bombay et dans les temples Bouddhistes.

    Le personnage de Sherlock Holmes m'a semblé assez cohérent, égal à lui même avec sa loupe, sa pipe et son comportement habituel. Son compagnon de voyage, sans être Watson a gagné toute ma sympathie.

    Certains passages sont un peu longs à mon goût, ralentissant l'aventure. Je pense que l'histoire aurait gagné en intensité en allégeant certaines descriptions, pas indispensables selon moi.

    Néanmoins, j'ai été surprise par l'accélération des évènements un peu avant la fin ainsi que par le dénouement, un peu mystique.

    Une lecture agréable mais pas inoubliable.

    curry indien,le mandala de sherlock holmes,jamyang norbu

  • La Révélation de Noël

    Imprimer

    La révélation de Noël.jpg

    Anne Perry

    2008-2010 aux Editions 10/18 "Grands Détectives"

    Série "Petits crimes de Noël"

    Emily Radley est la soeur de Charlotte, la femme de Thomas Pitt ("célèbre policier"). Ce Noël 1895, elle ne le passera pas à Londres en compagnie de son mari et de ses enfants mais dans un petit village d'Irlande auprès d'une tante mourrante, dans le Connemara. Là-bas, elle découvre que Susannah l'a faite venir pour résoudre un mystère concernant un meurtre commis plusieurs années auparavant au cours d'une tempête et d'un affreux naufrage. Etrangement, des évènements semblables semblent sur le point de se reproduire. Emily va, alors, tenter de découvrir les secrets jalousement gardés par ce petit village.

    J'ai découvert les romans d'Anne Perry avec Le mystère de Callander Square, en 2007. J'en garde un bon souvenir. Je m'étais beaucoup amusée, un peu plus, peut-être, qu'avec La Révélation de Noël dont je vais vous parler maintenant.

    Noël 1895...

    En effet, il n'y a pas vraiment de quoi rire puisqu'un homme a été tué et que le coupable se cache dans le village provoquant craintes et suspicions. L'ambiance est pesante, la tempête féroce et vous n'aurez qu'une envie, vous réfugier sous un plaid polaire ou au chaud n'importe où. J'ai beaucoup apprécié cette atmosphère.

    Les personnages sont de bonne compagnie, j'ai pris plaisir à suivre le voyage d'Emily pour l'Irlande, l'accompagner auprès de sa tante en fin de vie. C'était touchant mais le ton était juste.

    Le style est fluide, la lecture plutôt rapide même si ça ne déborde pas d'action. L'intrigue et le dénouemement ne sont pas des plus surprenants mais je n'ai pas été déçue. La dose de suspense m'a tout à fait convenue.

    Idéal pour les voyages en train, c'est un bon divertissement, un roman agréable à lire au moment des fêtes.

    Christmas challenge.jpg

  • Meurtres à la pomme d'or

    Imprimer

    IMG_0162.JPG

    Michèle Barrière

    2006 - Le Livre de Poche

    « Un roman noir et gastronomique au temps de la renaissance »

    Montpellier en 1556, Félix et François font leurs études de médecine. François est pensionnaire chez Laurent Catalan, un apothicaire. Un mystérieux poison tue un des étudiants de leur promotion et bientôt, c’est toute la profession des apothicaires ainsi que la communauté juive et protestante qui se retrouvent en danger.

    Catalan est emprisonné, suspecté d’être responsable des meurtres par empoisonnement.

    Davantage préoccupé par la cuisine que par la médecine, François, accompagné de Félix est prêt à partir jusqu’en Italie pour prouver l’innocence de Catalan, découvrir le coupable et restaurer la paix dans leur ville.

    « A table et que ça saute! »

    J’ai passé un bon moment même si je m’attendais à un roman un peu plus rythmé et encore plus alléchant. Félix et François sont de bons compagnons de voyage mais leur périple traîne un peu par moment. Malgré tout, je serais bien restée plus longtemps à Bologne… Je ne résiste pas à la sensualité italienne, que voulez-vous !

    Et puis les plats sont quand même très appétissants. C’est agréable de retrouver les recettes à la fin du livre même si ça manque souvent de détails, notamment ceux qui vous mettent l’eau à la bouche et vous donnent envie de reproduire la recette dans la seconde. Ah! Je suis trop gourmande et trop exigeante mais ça me plaît quand même.

    Enfin, le contexte historique est intéressant, on imagine sans peine les tensions qui pouvaient couver entre les différentes communautés. La présence de personnages historiques ne m’a pas dérangée non plus, je n’ai ressenti aucune incohérence. C'est bien écrit, l'histoire est digne d'intérêt. Si l’intrigue policière n’est pas des plus complexes, on prend plaisir à suivre cette enquête ainsi que les découvertes culinaires de notre étudiant, François.

    Une découverte tout à fait plaisante à renouveler à l’occasion.

    Je vais maintenant vous parler de la recette de la Crème de pomme que j’avais repérée avant de commencer ma lecture et qui passe totalement inaperçue dans le roman. Elle est juste mentionnée page 146 et d’ailleurs, [elle ne tente personne]. J'aurais peut-être, dû reporter mon attention sur la Tarte de Massapan de Nostradamus mais mon eau de rose est périmée depuis plusieurs mois. C’est un coup à s’empoissonner et à finir comme dans l'histoire. Non merci!

    Il y a bien la recette de l’Hypocras, mais dans ce cas là, je m’éloigne du Challenge A lire et à manger. Ce serait plutôt pour un éventuel challenge "A lire et à boire"...

    Je vais donc vous parler de la Crème de pomme, qui  chez moi s'est transformée en Compote de pomme  épicée!

    Recette de Philippine Welser:

    Crème de pomme.jpg

    D'abord, j'ai laissé mes pommes cuire plus de dix minutes car elles étaient trop dures et je pensais qu'elles ne passeraient pas au mixeur (c'était peut-être une erreur). J'ai donc fait une bouillie de pommes! Ma cuillère à café de gingembre était peut-être trop généreuse, ça piquait un peu et j'ai mis deux doses de safran en poudre au lieu des 5 filaments prévus.

    Mr Hilde et moi-même avons survécu. Le goût est particulier, un peu fort (le gingembre) mais c'était tout à fait comestible!

    A lire et à manger.jpg

    Découvrez toutes les recettes du Challenge A lire et à manger, organisé par Chiffonnette ainsi que le billet de Soukee,son Hypocras et sa Dariole. 

  • Shutter Island

    Imprimer

    Lecture commune organisée par Livraddict

    "The Book Club"

    Shutter Island.jpg

    Dennis Lehane

    Rivages/Noir

    2003-2006

    Dans les années cinquante, deux marshals, Teddy Daniels et Chuck Aule, arrivent sur Shutter Island, une île transformée en hôpital psychiatrique pour dangereux criminels afin d'enquêter sur la disparition d'une patiente, Rachel Solando mais le personnel ne semble pas prêt à coopérer et les deux agents se retrouvent pris au piège par une tempête qui les empêche de quitter l'île. Teddy est pris de terribles migraines, il fait des cauchemars presque chaque nuit et ce qu'il découvre sur Shutter Island devient de plus en effrayant.

    Embarquement pour Shutter Island dans dix minutes


    Je connaissais déjà un peu l'histoire ayant lu la BD, il y a quelques mois mais j'avais envie de  revenir sur Shutter Island, visiter chaque recoin de l'île, faire un peu plus connaissance avec les personnages et surtout découvrir les détails, me permettant de mieux comprendre l'histoire. J'ai relu la BD plusieurs fois avec toujours le même doûte à la fin, j'espèrais que le roman me permettrait d'y voir plus clair. Mission accomplie.


    Ce roman m'a très vite capturée et relâchée qu'une fois la dernière page tournée. Le style est efficace.
    L'atmosphère était comme dans la BD, sombre, inquiétante, pesante même.  Mon estomac se serrait  par moment. La tension psychologique était forte, les cauchemars vraiment horribles mais ce que j'imaginais n'était pas aussi violent et dérangeant que certaines images du film (le dernier cauchemar m'a terrifiée). Je ne faisais pourtant pas la fière avec mon livre mais, ça allait.
    Le cadre colle parfaitement à l'ambiance. Une île isolée avec un hôpital psychiatrique pour dangereux criminels. Sans oublier la tempête qui empêche le ferry de relier l'île au continent. Il y a de quoi devenir paranoïaque dans un endroit pareil.


    Ce qui m'a vraiment plu dans ce roman, c'est le retournement de situation avec cette impression de complot,  bref l'instant ou tout bascule, ou la réalité apparaît, et sème le trouble dans les esprits. Le personnage ne peut plus compter que sur lui même, c'est la terreur totale. J'ai trouvé que c'était assez subtil. Pas un seul moment, je ne me suis imaginée ce dénouement. Je m'étais persuadée de certaines choses à la lecture et tout s'effondre. C'est un peu déstabilisant mais très exitant à la réflexion. Il y a dans ce roman une bonne dose de suspens.
    Bref, une lecture qui malmène son lecteur juste pour le plaisir. C'est vraiment sadique!

    Dans l'ensemble, c'est le le roman que j'ai le plus apprécié.

     BD Shutter Island que j'ai découverte au cours d'un Livre-Echange de la médiathèque en début d'année.

  • Meurtre dans un jardin indien

    Imprimer

    Meurtre dans un jardin indien.jpg

    Vikas Swarup

    Par l'auteur de Slumdog Millionaire

    Belfond - 2010

    482 pages

    Je me suis vraiment faite plaisir en achetant ce roman au début de l'été. La couverture me tentait à chaque chaque passage en librairie. J'avais aussi envie de prendre ma revanche sur Les fabuleuses aventures d'un indien qui devint milliardaire, qui m'avait un peu déçue, mais passons aux choses sérieuses!

    Vicky Rai, un millionnaire indien sans morale a été assassiné dans sa luxueuse villa au cour d'une fête. Qui est l'assassin? Six armes sont confisquées, six personnes suspectées: Un ex-secrétaire général possédé, un voleur de téléphones mobiles, une danseuse Bollywood, un aborigère de l'île Petite Andaman fraîchement arrivé en Inde, un américain venu pour se marier et le père de la victime (un politicien véreux). Des destins croisés, des mobiles, des preuves qui nous font parcourir l'Inde et nous ramènent tous à la fameuse fête de Vicky Rai en quête de vérités.

    Mais qui a tué cette crapule de Vicky Rai?

    La construction du roman est très linéaire avec un découpage des chapitres qui annonce la couleur dés le départ: Le meurtre, les suspects, les mobiles, les preuves, la solution et les aveux, ça peut paraître un peu trop cadré mais ce n'est pas désagréable.
    On suit plusieurs personnages à chaque fois et je n'ai ressenti aucune lassitude au cours de ma lecture, contrairement à son premier roman qui avait aussi une construction très répétitive.

    J'ai vraiment apprécié les personnages et la manière dont l'auteur nous les décrit. Certains sont drôles, émouvants, pathétiques, méprisables, carrément répulsifs ou attachants. J'ai suivi leurs histoires avec beaucoup de plaisir.

    J'ai également ressenti une grande variété d'émotions au cours de la lecture. Quelques passages m'ont bien fait rire, d'autres au contraire m'ont rendue un peu triste.
    Plusieurs facettes de l'Inde apparaissent dans ce roman, parfois inhabituelles mais tout est abordé avec légèreté. C'est un roman plein d'humour et peu de temps morts.

    Le style est fluide, plaisant, on ne voit pas le temps passer malgré les 482 pages. Par moment, c'est tellement léger qu'on pourrait presque oublier qu'on est en train de lire, j'étais tellement détendue!

     Je suis loin d'être une spécialiste des polars mais j'apprécie les retournements de situations et les fins un peu inattendues comme celle-là.

    Une lecture très agréable, drôle et un peu décalée.

    Lire le billet de Mélo et Miss Jo

    avatar12.jpg

  • La Morte du Bombay Express

    Imprimer
    La morte du Bombay Express.jpg

    Sarah Dars

    Picquier Poche - 2002

    Une enquête du brahmane Doc

    "La morte du Bombay-Express

    Crime parfait ou sâti ?"

    (Sâti: coutume contraignant les veuves à s'immoler sur le bûcher funéraire de leur conjoint)

    Doc et Arjun, deux brahmanes, médecins partent de Madras pour se rendre à Mumbai par le Chennai-Dâdar Express (Bombay Express). Ils vont chez le beau-frère de Doc, soigner son embonpoint mais au cours du voyage, un incendie se déclare dans un compartiment du train, une jeune femme périt dans les flammes. Tout semble accuser sa belle-famille à bord également, mais Doc va mener sa propre enquête qui le mènera jusqu'à Bollywood pour enfin découvrir la vérité.

    "Il riait tout simplement parce qu'il refusait de tout prendre au tragique, sans pour autant sous-estimer le malheur".

    Du suspense, des épices, un voyage en train, une femme retrouvée morte, un brahmane qui pratique le kalaripayatt (un art martial du Kerala) et aime résoudre les enquêtes, des ingrédients tout à fait sympathiques pour une histoire qui l'est tout autant.

    La lecture de ce roman est agréable, le style assez basique, malgré un certain nombre de termes indiens expliqués dans le glossaire. L'enquête est bien ficelée et le rythme tient bon jusqu'au dénouement.

    J'ai apprécié cette petite virée indienne qui m'a fait découvrir  les quartiers de Mumbay, des fêtes et des traditions que je ne connaissais pas. J'ai bien envie de lire d'autres enquêtes du brahmane Doc, Bengal Hot, Nuit blanche à Madras, Malabar connection ou Pondichéry Blues.

    J'ai relevé dans le roman, le nom d'un auteur: Somadeva, supposé avoir écrit un recueil Océan des rivières de contes comprenant les célèbres Contes du Vampire. J'avoue que je suis intriguée par ces contes!

    Quatre étoiles.jpg
    752b0de5fbdfe6df905e2dc0ca8bacf3.jpg
  • Blanche et le vampire de Paris

    Imprimer
    Blanche et le vampire de Paris.jpg

    Hervé Jubert

    Albin Michel Wiz - 2007

    Paris en 1873, Blanche, vingt ans vient tout juste de se marier. Le couple vit dans un petit appartement parisien mais pendant que son mari est appelé à Londres pour son travail, attirée par les mystères, elle va mener sa propre enquête concernant une jeune femme à la peau très blanche, nommée Camille, qu'elle vient à peine de rencontrer. Au même moment, un homme est retrouvé exsangue. Gaston Loiseau, son oncle, et Arthur Léo, deux commissaires de police, se lancent à la poursuite de celui qu'on commence à appeler dans les journaux "Le vampire de Paris".

    Ce roman est le troisième d'une série mettant en scène le personnage de Blanche.

    Je n'ai pas lu les précédents, n'ayant pas été très inspirée par les quatrièmes de couvertures (j'avoue) mais ce n'est pas le premier roman d'Hervé Jubert que je lis. Je suis engagée dans La trilogie Morgenstern.

    Enfin, j'apprécie l'écriture de l'auteur, son style, l'atmosphère du roman, la bonne dose de suspense qui m'a emmenée jusqu'au dénouement, assez inattendu. J'aime également sa manière de décrire Paris au XIXème siècle, de méler des personnages fictifs et historiques avec une touche de fantastique, sans en faire trop. Certaines descriptions hérisseront tout de même les poils des plus sensibles mais sans abus d'hémoglobine et de détails sordides.

    J'ai passé un très bon moment en compagnie de Blanche et des enquêteurs; une lecture comme je les aime.

    sourires.jpg

    Si vous souhaitez manger raccord avec le roman! (recettes non fournies)

    Mirlitons, bavaroises, lait d'amande au tapioca (page 13), un baba au rhum (page 15), un gigot avec des pommes Pompadour (page 30), une tartiflette (page 43), une omelette au basilic (page 172). Bon appétit

    Lu dans le cadre du

    Dark side challenge.jpg
  • Les secrets de Londres

    Imprimer

    "Dangereux voyage à travers les rues sombres et poussiéreuses du Londres victorien"

    Les secrets de Londres.jpg

    Lee Jackson

    Une jeune femme se jette d'un pont dans les eaux sombres de la Tamise. Cette femme s'appelle Nathalie Meadows, c'est la domestique d'Ellen Warwick, une chanteuse londonienne tout récemment assassinée à son domicile et dont tout le monde parle en ville. Survivant à la noyage, se faisant appeler Flora, cette dernière va tenter par ses propres moyens de faire la lumière sur ce meurtre et de percer les secrets de son amie.

    Equipez-vous de votre plan victorien, une folle virée dans les rues de Londres est au programme. Personnellement, je me suis perdue avec mon petit plan de Londres où étaient imprimés les principaux monuments ainsi que les grands axes!

    J'ai passé un assez bon moment en compagnie de ce polar victorien. C'est un livre facile à lire, distrayant et qui donne envie de parcourir toutes les pages (283) pour connaître le dénouement. Les personnages se succèdent, chacun avec leurs histoires et les trois parties du livre s'enchaînent naturellement. Je ne me suis ennuyée à aucun moment même si j'ai trouvé que le rythme était assez tranquille au départ; mais ça accélère par la suite.

    Allez lire Plouf! Dans la Tamise... chez Lou

    Enregistrer

  • Les enfants du néant

    Imprimer

    Les enfants du néant.jpgUn roman d'Olivier Descosse - Michel Laffon - 2009

    "ça c'est passé en tout début d'après-midi. On a trouvé des restes humains dans une bicoque à l'abandon. [...] Près de Roussillon, dans le Vaucluse. [...] Une femme. Jeune. On ne l'a pas encore identifiée. [...] Elle n'avait plus de visage. [...]

    -Il y avait un message, une revendication?

    -Que dalle. [...]

    Ainsi débute l'enquête de François Marchand, flic profileur (ex-psychanalyste) au passé troublé. Sa femme est morte, tuée par un de ses patients du temps où il était psychanalyste et sa fille de seize ans vit la plupart du temps chez sa grand-mère en son absence. 

    Il va s'associer au lieutenant Julia Drouot, rencontrée à Avignon sur la scène du crime pour tenter de trouver la piste qui les mènera au meurtrier. L'enquête s'enlise et d'autres adolescents sont sauvagement assassinés. Mais l'étau se resserre et les nouvelles preuves ne font alors plus aucun doûte sur l'identité du tueur. Le profileur et tous ses repères basculent alors dans l'horreur.

    Je mets toujours un peu de temps à entrer dans un thriller mais une fois que j'y suis, je deviens accro. C'était le cas pour celui-là. J'ai passé un très bon moment à suivre cette enquête et le dénouement ne m'a pas déçue. J'aime toujours échaffauder mes propres hypothèses mais une fois encore, j'étais à côté de la plaque et tant mieux! J'ai énormément apprécié l'histoire sentimentale venant se greffer à l'enquête. Un peu de tendresse dans ce monde de bruts! Je pense que d'autres romans de cet auteur viendront s'ajouter à ma liste.

    Merci Silvana pour cette découverte! Je n'avais pas beaucoup lu de thrillers jusqu'à maintenant! On peut dire que je rattrape mon retard!  

  • Un torse dans les rochers

    Imprimer

    Un torse dans les rochers.jpg

    Découverte Macabre

    Un début de mois de mai, sur une jolie petite plage suédoise, une femme promène son labrador entre les rochers. Un sac noir en plastique échoué là, attire le chien par son odeur. C'est le torse d'un homme tatoué. Un corps démembré. Le commissariat de Göteborg se voit chargé de l'affaire et commence les investigations. L'enquête envoie l'inspecteur de la brigade criminelle, Irene Huss à Copenhague sur la piste du tatoueur. Le commissariat suédois et danois échangent leurs informations. Mais, les personnes meurent de manière sordide autour d'Irène en guise d'avertissement. Les corps retrouvés sont profanés, sauvagement mutilés et tout prête à penser qu'il s'agit de psychopathes nécrophiles. Mais les traces laissées sont de plus en plus nombreuses et l'étau se ressere progressivement... 

    Il m'a fallu du temps pour entrer dans l'histoire. J'ai trouvé le début de l'enquête assez long, j'ai dû patienter un bon moment  avant que l'action ne capte à nouveau mon intérêt. Je n'arrivais pas non plus, à bien m'imprégner de l'ambiance générale et je ne trouvais pas le départ de l'enquête très original. Bref, ça partait plutôt mal. Mais passé une centaine de pages, j'ai rattrapé le fil du roman et j'ai été ensuite captivée jusqu'au bout par l'intensité des évènements, les avancées de l'enquête et la conduite des personnages. L'ambiance est glauque, les découvertes macabres et le suspense bien présent. Je n'ai pas l'habitude de lire des thrillers mais celui-là m'a bien plu malgré les longueurs que je lui trouvais au départ.

      Helene Tursten est un auteur suédois. Sa série dont l'inspecteur principale est Irène Huss, compte 7 romans.

     Un grand Merci aux Editions Michel Lafon pour la découverte de ce thriller suédois - 414 pages