Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contes, légendes, nouvelles, récits - Page 3

  • Un monde idéal où c'est la fin

    Imprimer

    Couverture-Un-monde-ideal-où-cest-la-fin-J.-Heska.jpg

    J. Heska

    Merci aux Éditions Seconde Chance.

    Bienvenue dans un monde idéal ! 

    "Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?

    Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte ! 

    Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet: des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ? " Présentation

    Ce recueil rassemble des débuts d'histoires avec à chaque fois un monde idéal où rien ne se passe comme dans la réalité.

    J'avoue que c'est plaisant à lire, j'ai apprécié le style de l'auteur, l'humour de certaines histoires, leur côté sombre, apocalyptique et futuriste. Quelques notes de désespoir, quelques pointes d'humour noir aussi, et surtout de quoi stimuler l'imaginaire.

    Scénarios de fins du monde, il y en a à toutes les sauces! Des cas d'invasions extra-terrestres ou des moments où on a bêtement perdu le contrôle de la planète! Je crois que ma préférée reste celle où la planète est mise en vente sur E-bay et justement achetée par des extra-terrestres! Je trouve la chute de cette histoire excellente, et le message très intéressant.

    Sinon, j'étais contente de voir ici une de mes thèses personnelles relayée à propos des zombies! Je n'ai pas forcément adhéré à toutes les histoires mais la plupart sont amusantes, courtes et ça se lit très vite, par petites séquences pour ne pas se lasser.

    Mon seul regret, ne pas avoir réussi à suivre les personnages. Je voyais bien certains revenir mais, je ne me souvenais plus ce qui leur était arrivé au départ.

    Une expérience de lecture originale.

    • Repéré chez Sofynet
    • Lystig a aussi apprécié ce monde idéal.

    original.jpg


    Logo Challenge Geek.jpg

  • Le Signaleur

    Imprimer

    Le signaleur.jpg
    Charles Dickens
    1886

    Le narrateur, durant une promenade, rencontre, près d'un tunnel, un signaleur du chemin de fer, homme instruit et consciencieux qui lui dit recevoir, avant des accidents sur la voie ferrée, la visite d'un spectre qui lui fait d'étranges avertissements dont le dernier semble s'adresser à lui...
    Courte histoire fantastique, où s'exprime une inextricable ambiguïté entre naturel et surnaturel, et notre inquiétude se nourrit de cette incertitude... Présentation et accès à la nouvelle

    J'ai choisi cette nouvelle car la présence d'un spectre m'inspire toujours, j'adore les petites histoires de fantômes. J'avais beaucoup apprécié les histoires du recueil présenté par Roald Dahl ainsi que les Contes fantastiques de Noël. J'avais aussi passé un excellent moment en compagnie des Fantômes Indiens de Rabindranath Tagore.

    Après la lecture d'Oliver Twist, je m'étais dit qu'il faudrait que je découvre d'autres récits de Charles Dickens alors c'était un peu l'occasion, n'ayant pas beaucoup de temps devant moi pour chroniquer un autre roman.

    Que dire de cette nouvelle d'une vingtaine de pages (au format PDF)?

    Et bien, l'atmosphère est assez étrange et l'intérêt réside dans la chute de l'histoire car sinon rien de vraiment angoissant, si ce n'est qu'il fait froid, très froid (ce qui peut déjà être un premier indice pour nous autres, chasseurs de spectres), et que l'endroit est inhospitalier: "Son poste était situé dans l'un des endroits les plus solitaires et les plus lugubres que j'eusse jamais vus."

    La conversation entre les deux hommes paraît bien mystérieuse dans ce lieu si isolé.

    Je ne vous en dis pas plus sur le contenu, c'est tellement court, qu'en révéler davantage gâcherait un peu le plaisir de la découverte.

    Sinon aucune difficulté au niveau de la lecture, ça se lit vraiment très bien.

    En tout cas, j'ai apprécié cette petite nouvelle, je vous la conseille, d'autant plus qu'elle est en accès libre, donc aucune raison de se priver! Si comme moi vous aimez ces petites histoires qui font légèrement frissonner, laissez-vous tenter!

    barre de séparation halloween.jpg

    2220994031.jpg

    du 1 octobre au 5 novembre 2013

    Organisé par Lou et Hilde
    Gardiennes de l'esprit d'Halloween

    British mysteries.jpg

    Détectives Lou et Hilde en action!

    victorien-2013.png

    Organisé par Arieste

  • Les Contes macabres

    Imprimer

    Aujourd'hui, on découvre un classique avec Cleanthe, Lou, Mariejuliet, Petit-Speculoos, Purple, Romanza, Syl et Tiphanya.

    contes macabres.jpg
    Edgar Allan Poe

    illustrés par Benjamin Lacombe
    Traduction de Charles Baudelaire
    Collection Métamorphose - Soleil Productions - 2010

    Les Contes macabres
    Des mortes qui reviennent hanter les vivants, des hommes qui sombrent dans la folie, voilà ce qui vous attend dans ce recueil!

    • Bérénice
      Il s'agit de la première nouvelle et tout de suite on est dans le bain! On découvre l'histoire de la pauvre Bérénice atteinte d'un mal mystérieux, racontée par notre narrateur, obsédé par ses dents, détail singulier...
    • Le Chat noir
      Cette nouvelle me rend vraiment mal à l'aise à chaque fois que je la lis. Je n'y peux rien, je ne supporte pas qu'on puisse maltraiter les animaux de la sorte, bref il y a une cruauté dans cette nouvelle qui me fait vraiment frémir. Je préfère vous prévenir...
    • L'Île de la fée
    • Le Cœur révélateur
    • La Chute de la maison Usher reste ma nouvelle préférée pour son ambiance particulière et l’horreur qui très vite prend le dessus et engloutit tout. Et ce bruit du côté du caveau où a été déposé le corps de Lady Madeline, brrr...
    • Le Portrait ovale
    • Morella
    • Ligeia

    le chat noir.jpg

    Ce livre est un objet magnifique avec de très beaux dessins et une agréable mise en page. Tout est extrêmement soigné et de bonne qualité. J'ai longtemps hésité avant de l'acheter en raison de son prix assez élevé (28€) mais je ne suis pas déçue. Les personnages qui peuplent cet album ont un charme mystérieux, un peu inquiétant et sont superbement représentés. On reconnaît bien le trait de Benjamin Lacombe, c'est superbe!

    J'ai trouvé dans ce livre huit nouvelles illustrées, des histoires cruelles, avec une touche surnaturelle, des errances spirituelles ou philosophiques parfois un peu poétiques, des personnages au bord de la folie ou ayant sombré. On sent une mélancolie profonde dans ces contes fantastiques, oniriques, entre rêves, cauchemars et réalité, entre obsessions, paranoïa et folie.
    C'est parfois lugubre, étrangement envoûtant et toujours servi par une belle écriture qui ensorcelle les esprits.  
    Beaucoup de références aux mondes anciens, un style très riche des descriptions fascinantes.
    J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui n'est d'ailleurs pas toujours aisée en raison du style mais ne manque pas d'intérêt. Certains passages valent le coup d'être lus à voix haute.

    les contes macabres,edgar allan poe,benjamin lacombe,littérature

    Des contes qui font frissonner pour le plaisir, à lire au coin du feu ou par un temps bien sombre, chaudement emmitouflé dans un plaid. Un très beau livre pour les amateurs de nouvelles d’Edgard Poe ou pour ceux ou celles qui souhaitent les découvrir.

    Vous l'aurez compris ce ne sont pas des contes pour endormir vos enfants! ;)

    Le crime d'Halloween, Agatha, Christie, Challenge Halloween, challenge british mysteries

    halloween,livre,recettes,décoration,bricolages

    Chez Lou et Hilde
    Gardiennes de l'esprit d'Halloween

    Je lis aussi des albums.jpg

    Chez Herisson

  • La Maison au bord de la mer

    Imprimer

    Il s'agit de mon dernier billet pour le Challenge Québec en septembre et c'est aussi un billet commun dans le cadre du Challenge Geek avec Karine et Tiphanya.

    La Maison au bord de mer.jpg

    Élisabeth Vonarburg

    Éditions Alire - 2000

    "À la pointe d'un Sud, au bord d'une mer, dans un monde posé entre mort et renaissance, se dresse Baïblanca, ville hantée par la montée des eaux, où se côtoient humains métamorphosés, œuvres d'art vivantes et autres créatures énigmatiques.
    Or, est-ce bien une ville ? Ou plusieurs ? Ou alors le point nodal de différents univers, l'attracteur étrange qui leur permet peut-être de communiquer ?
    Sept nouvelles d'hier et d'aujourd'hui, sept voyages dans l'espace-temps infiniment flexible d'Élisabeth Vonarburg. "

    La Maison au bord de la mer est un recueil de sept nouvelles se situant dans un monde très différent de ce que nous connaissons, recouvert par les océans, contaminé, peuplé d'hybrides et de créatures qui semblent chercher un sens à leur existence.
    Difficile pour moi de vous en dire plus, les informations sont disséminées au fil des nouvelles et en très petite quantité, j'avoue que ça m'a un peu dérangée de ne pas mieux cerner l'environnement, de ne pas avoir un univers qui s'assemble de manière linéaire tout au long des 275 pages. J'ai parfois eu l'impression de reconstituer un puzzle avec de nombreuses pièces manquantes.
    J'ai aussi trouvé que ces histoires n'étaient pas faciles à suivre. Certaines sont liées, d'autres non,  des changements de point de vue interviennent, c'est parfois un peu flou.

    Je me suis dit que ce n'était peut-être pas le recueil idéal pour une première découverte mais j'ai quand même apprécié cette belle écriture ainsi que toutes les réflexions suscitées par les différents récits.

    In space.jpg

    Une sensation de légèreté m'a enveloppée dés les premières pages en découvrant les longues descriptions aux résonances poétiques et oniriques d’Élisabeth Vonarburg. Un univers étrangement envoûtant qui devient familier au fil des pages mais m'a un brin déstabilisée et perdue dans sa narration.

    Une expérience de lecture que je ne regrette quand même pas d'avoir tentée.


    Quebec-en-septembre-2013--2.jpg

    Un grand merci à Karine et YueYin pour l'organisation de ce challenge bien sympathique qui m'aura permis de découvrir quelques titres de littérature québécoise et de délicieuses recettes.

    Logo challenge geek2.jpg

  • Conan Le Cimmérien

    Imprimer

    Conan le cimmérien.pngLa Tour de L’Éléphant

    Robert E. Howard

    2007 - 2008 aux éditions Bragelonne

    35 pages

    Conan va tenter de récupérer le Joyau fabuleux appelé aussi "Le cœur de l'éléphant" gardé par le sorcier maléfique Yara, tout en haut d'une tour aux parois incrustées de pierres précieuses. De terribles épreuves attendent ceux qui s'y risquent mais la vérité y est aussi enfouie.

    2011-09-41.jpg


    Lors de l'Opération 300K des éditions Bragelonne, je me suis laissée tenter par cette nouvelle, en téléchargement gratuit, et hier soir, j'ai eu envie de tenter cette rencontre avec Conan le Barbare!

    Trente cinq pages, c'est bien court mais c'est suffisant pour dire si on a envie d'en découvrir plus ou pas.  L'aventure commence dans un bouge avec un bandit spécialisé dans le rapt des femmes, mais passé ce détail tout à fait charmant, j'avoue que je me suis laissée embarquer par ces voleurs de joyaux.

    J'ai frémi face à des créatures féroces, j'ai vibré devant "l'ampleur cosmique" et la puissance de Conan qui au passage, manie l’épée avec dextérité, possède des reflex époustouflants et même un peu de jugeote.

    Certaines descriptions ont exalté mon imaginaire et ma soif d'aventure.

    Logo Challenge Geek moyen.jpg"Par le sang de ma vie je l'en conjure, par ce sang né dans le sein vert de Yag, rêvant au loin à travers les immensités bleutées du Cosmos".

    Alors si je recroise la route de Conan, ce sera avec grand plaisir. L'aventure ne me fait pas peur, les barbares et les créatures féroces non plus, tant qu'elles restent dans mon e-book! 

  • Les Créateurs

    Imprimer

    Les créateurs.jpg

    Vous cherchez une lecture originale, un livre, un vrai, avec des nouvelles de l'imaginaire bien écrites dedans? Voilà Les Créateurs de Thomas Geha, édité en 2012 aux Éditions Critic. La couverture est belle et si le quatrième ne vous interpelle pas, c'est que vous manquez cruellement d'humanité! Sinon, pas de panique, vous en trouverez à l'intérieur. 

    Vous croiserez sur les chemins de la création:

    • Un acteur de théâtre parisien du XIXème siècle, dont la voix a mystérieusement changé, don du ciel ou don du diable? : La voix de monsieur Ambrose (2001) J'ai particulièrement apprécié la discussion entre monsieur Ambrose et Arthur Machen (l'auteur du Grand dieu Pan). Bon, ça finit par partir un peu bizarrement mais je vous laisse découvrir ce mystère.
    • Un couple voué à une funeste destinée sur un pont de Prague maudit par le Golem: Là-bas (2005) Une nouvelle comme je les aime qui donne quelques sueurs froides. J'ai vraiment regretté qu'elle ne soit pas plus longue, douze pages, ça se tourne si vite.
    • Une femme redécouvre, la veille de Noël, des golems en bois fabriqués pendant sa jeunesse: Copeaux (2011) Ce texte est très émouvant, un peu triste mais captivant. Ici l'ambiance est différente puisqu'il ne se passe rien d'horrible mais on sent un poids tout au long de la nouvelle et on se demande bien si la magie va opérer ou non pour Klervi. Pour moi, c'est évident...
    • Un homme souffrant d'amnésie et en quête de vérité, aussi horrible soit-elle: Bris (2010): La Verrue, quel nom horrible pour une ville! Cette nouvelle ne manque pas d'intérêt, mais j'ai du mal à donner mon sentiment. C'est beau et tragique à la fois. 
    • Un homme passionné par son jardin découvre une lanterne magique: Dans les jardins (inédit) J'ai été séduite par ce texte mais je pensais que ça prendrait une tournure plus fantastique encore. J'avoue que j'étais terrifiée par la silhouette apparaissant sur le mur, imaginant qu'une créature démoniaque pourrait apparaître à tout moment dans le champ de vision de Kaddiern.
    • Un homme dont le monde semble se désintégrer; les humains se dégonflent (au vrai sens du terme): Sumus Vicinae (2010) J'ai trouvé cette nouvelle très, très étrange. On nage en pleine SF, pas de problème pour moi. C'est musical mais sans la bande-son, ça paraît un peu abstrait et surtout, je n'ai pas compris où on voulait en venir à la fin. Oui, je sais, il n'y a pas de quoi se venter. La question qui me taraude: Mais qui sont Les Voisines?

    Une belle écriture, des nouvelles agréables à lire, l'évasion est au rendez-vous, votre imagination n'en ressortira pas indemne. J'ai passé un bon moment de lecture, souvent surprise, captivée, parfois en mode "décryptage" lorsque justement mon imagination atteignait ses limites, bref une expérience de lecture fascinante à tenter pour le plaisir de la lecture évidemment.

  • Les Ombres de Kittur

    Imprimer

    Les ombres de Kittur.jpg

    Édité en 2011 chez Buchet - Chastel

    Aravind Adiga est l'auteur du "Tigre blanc" que je n'ai pas 'encore) lu.

    Ici, il nous fait découvrir Kittur, petite ville imaginaire de l'Inde ("entre Goa et Calicut") et nous invite à rencontrer ses habitants, des personnages hauts en couleur, avec leurs rêves, leurs souffrances, leur destinée plus ou moins heureuse, leur statut et leur religion.

    Mendicité, corruption, pauvreté, injustices liées au système des castes, il aborde ainsi toute une gamme de thèmes, de problématiques indiennes "entre l’assassinat d'Indira Gandhi (1984) et celui de son fils Rajiv (1991).

    Qu'il s'agisse d'un vendeur de livres photocopiés, d'un journaliste voulant révéler la vérité sur la corruption d'un système, d'un jeune homme posant une bombe en espérant mettre fin au système des castes, tous ou presque ont l'espoir de changer leur société.

    J'ai été touchée, parfois un peu perplexe, car la plupart de ces récits laissent un goût d'inachevé. Beaucoup de légèreté malgré des sujets forts et une agréable écriture qui sert ces histoires qui ne marquent pas toujours l'esprit.

     J'ai apprécié cette virée à Kittur mais sans plus et j'ai peur de vite l'oublier. Étrange sensation.

    Il s'agit de mon premier billet pour le Challenge 1% organisé par Hérisson. C'est la première année que je m'intéresse à la rentrée littéraire (mieux vaut tard que jamais) et seulement parce que certains titres me tentaient à chaque passage en librairie. Je faisais, notamment, une fixation sur celui-là. Je suis un peu déçue par rapport à mes attentes mais contente quand même de l'avoir lu

    1% rentrée littéraire.jpg

    J'avais gardé précieusement la publication du billet pour Diwali, que nous avons fêté, Soukee et moi.

  • La Vieille Anglaise et le continent

    Imprimer

    La vieille anglaise et le continent.jpg

    Jeanne-A Debats

    Édité chez Griffe d'Encre en 2008 - Collection Novella

    J'avais déjà vu passer cette nouvelle sur la Blogosphère mais j'ai attendu le salon: Rue des  Livres, à Rennes, pour craquer. Je trouvais la couverture très belle, comme une sorte d'invitation à un voyage aquatique, alors je ne me suis pas posée de questions, j'ai plongé.

    Une femme malade est sur le point de mourir. Ann Kelvin s'apprête à accepter une transmnèse, une transplantation d'esprit, mais ce ne sera pas sur n'importe quel réceptacle: le choix se porte sur celui d'un grand mammifère marin: un cachalot mâle, pour une mission unique en son genre.

     L'histoire est captivante, l'univers digne d'intérêt, c'est une très jolie découverte de plus dans ma bibliothèque, une nouvelle qui ne ressemble à aucune autre et qui vous procurera sans doute quelques émotions. L'écriture est fluide, la lecture agréable, rien à redire du côté du style.

    J'ai apprécié ce côté SF sur la transplantation d'esprits, les sujets abordés tels que la pollution des océans, la vie de ces grands mammifères marins (cétacés) dont l'existence est toujours menacée. Une petite pointe de poésie par dessus tout ça et un petit coup de cœur pour le début de la nouvelle avec les premières impressions  d'Ann en tant que cachalot, cette sensation de liberté au milieu de l'océan, c'est saisissant. Les descriptions sous-marines, sont très belles.

    J'avais mis des sels de bain marines (au parfum envoûtant) dans l'eau de ma baignoire, on s'y croyait presque! Merci Lou d'avoir voulu transformer ma baignoire en parc aquatique. 

     Le "continent cétacé" m'a vraiment séduite. J'ai encore passé un très bon moment de lecture, trop court, c'est l’inconvénient des nouvelles.

    Bladelor et Chiffonnnette ont également plongé avec les cachalots.

    Je vide ma bibliothèque.png

    Et je continue de vider ma bibliothèque... On ne dirait pas mais mais j'avance petit à petit.