Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prajwal Parajuly, Aucune terre n'est la sienne

Imprimer

Véronique m'avait donné envie de découvrir cette nouvelle en partageant le lien sur le groupe Facebook des étapes indiennes mais j'ai finalement eu le déclic hier soir en lisant l'avis de PatiVore.

Cette nouvelle est extraite de la revue littéraire d'Asie, Cartes et territoires N°4. La lecture en ligne est gratuite sur le site des éditions Jentayu, en suivant ce lien.

Jentayu, Cartes et territoires, revue, asie, N°4aucune terre n'est la sienne,prajwal paradjuly,nouvelle,les étapes indienne
Illustration : © Public Child. Source image : Editions-Jentayu.fr

Anamika vit dans un camp de réfugiés, au Népal, avec son père et ses filles. Avant elle vivait au Bhoutan. Son premier mari, révolutionnaire dans l'âme a porté l’opprobre sur la famille qui a été expulsée pour traîtrise, malgré la séparation d'avec ce dernier.
Son second-mari, rencontré au camp, est un homme stupide et violent.
Aller vivre Amérique, une possibilité pour certains réfugiés. Anamika y voit peut-être un espoir de recommencer une nouvelle vie là-bas.

Anamika a un sacré caractère et un bon sens de la répartie qui lui permettent de se détacher des insultes qu'elle reçoit au camp. Ses seuls crimes aux yeux des autres : s'être remariée et les avoir quittés tous les deux. Même si dans le second cas, c'est plutôt son mari qui lui a dit de partir. La raison est accablante mais malheureusement pas surprenante.

Plusieurs sujets sont évoqués : le désir d'avoir un fils, le contexte difficile entre le Bhoutan et le Népal, et l'espoir que représente le départ en Amérique pour les réfugiés. Le second-mari s’incruste d'ailleurs dans ce projet, sans qu'on l'y ait invité.

La fin est ouverte. On ne sait finalement pas si leur dossier pour l'Amérique a été accepté mais on ne peut que le souhaiter pour cette femme qui n'aspire pas à revenir vivre au Bhoutan et ne souhaite pas non plus s'installer au Népal. 

J'ai particulièrement apprécié l'entretien de la fin qui finalement libère les personnages de leurs inquiétudes, en abordant les sujets qui fâchent. La liberté des mœurs, c'est quand même sacré!

J'ai aimé la lecture de cette nouvelle et je serais curieuse de découvrir le roman de Prajwal Parajuly.

Extrait

— Dans ce cas, je ne serai sans doute pas choisie.
— Oui, le camp se renseigne aussi sur le caractère des gens. Tout le monde est au courant de ton second mariage. »
Le bus cracha une fumée noire sur Anamika lorsqu’il fonça sur la route. Les passagers, tels des noceurs partant pique-niquer, chantaient des chansons de Bollywood.
Anamika savait que la femme disait cela sans méchanceté. Sans compter qu’elle avait raison. Anamika elle-même se considérait comme une femme de mœurs légères. Elle avait beau essayer de trouver les meilleurs arguments pour justifier ses actes, elle savait en son for intérieur qu’elle avait mal agi et qu’elle le paierait un jour.

étapes indiennes, inde, lectures

Pour en savoir plus sur Les Étapes Indiennes

Commentaires

  • Oh oui vous donnez vraiment envie de lire didonc....de chouettes et tragiques nouvelles quand meme...;)

  • La vie est dure pour certaines, ça fait mal au cœur mais j'aime quand il y a de l'espoir. N'hésite pas à la lire à ton tour! ;)

  • Oh s'il y a de l'espoir...je vais tenter...;)

  • Oui, c'est un récit assez rude mais touchant.

  • C'est l'occasion de se lancer avec cette nouvelle accessible en ligne! ; )

  • Je t'en prie! Si tu as l'occasion de la lire, n'hésite pas à partager ton avis. :)

  • Oui c'est le cas. Le contexte est particulier et la vie d'Anamika pas vraiment un long fleuve tranquille. C'est bien illustré aussi.

Écrire un commentaire

Optionnel