Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Peter Pan

Imprimer

Je me suis laissée tenter par cet exemplaire de Peter Pan dans une librairie d'Oxford et l'ai lu dans la foulée.

Peter Pan, J.M. Barrie,novel, roman

J.M. Barrie

Macmmillan's Collector Library

J'ai redécouvert les aventures des enfants Darling (Wendy, John and Michael), et leurs aventures à Neverland (le Pays Imaginaire) avec les enfants perdus (Lost Boys), Peter Pan, le capitaine Crochet (Hook), les indiens, les pirates, les sirènes, sans oublier le terrible crocodile.

   All children, except one, grow up.

Je connais l'histoire presque par cœur, à quelques détails près, ce qui a facilité la lecture en VO. Parfois, les images du film Hook (la suite) ou du dessin animé (Disney) se superposent pendant la lecture mais il suffit de regarder les illustrations et de s'attarder un peu sur le texte pour découvrir une autre version moins édulcorée mais agréable à lire. La poussière de fée nous emmène toujours au pays imaginaire, le réveil est juste plus difficile.

Plus jeune, je n'avais pas perçu cette étrange tristesse qui se dégage du récit, liée à l'amnésie de Peter, qui ne ne souvient pas de ses aventures passées, et n'a même pas la notion du temps. Il oublie de revenir voir Wendy et se souvient à peine des personnes qui l'ont entouré mais il pense parfois à une gentille petite fille pour son ménage de Printemps annuel ("spring cleaning time"), charmant personnage... mais il revient quand même de temps à autres à cette fameuse fenêtre.

Ses motivations m'échappent un peu car Peter Pan est un poil égocentrique et cruel (si j'ai bien compris, il tuerait même les garçons perdus qui finissent par grandir), c'est le petit garçon désagréable et capricieux qui refuse de grandir, a des difficultés à être empathique, bref, il ne comprend pas grand chose aux sentiments, aux autres mais il semble plutôt bien le vivre! Bref, une évidence s'impose : il aurait besoin d'une maman, c'est l'adulte qui parle!

La fée Clochette (Tinker Bell) ? Jalouse et plutôt vulgaire, son expression favorite "you silly ass". Vite vue et vite oubliée par Peter lui-même! Et dire qu'on nous a fait la leçon comme quoi il fallait croire aux fées! Avec Disney, elle était pourtant si mignonne...

"To die will be an awfully big adventure!"

En grandissant, on finit donc par comprendre que vivre et donc naturellement mourir, restent plus exaltants qu'un cycle sans fin au Pays imaginaire. Alors ça y est, avec ce raisonnement, je crois que je suis définitivement passée du côté des pirates! Et oui, il faut bien grandir un jour!

Cette lecture conserve un certain charme même si son potentiel magique a diminué. Le temps de l'émerveillement est passé mais l'aventure reste quand même à lire et à vivre!

peter pan,j.m. barrie,conte

Photo : @Hilde

Je suis quand même allée cet été au pieds de la statue de Peter Pan, à Hyde Park (London), juste au cas où...

Commentaires

  • C'est amusant, j'ai découvert ce livre il y a deux ou trois ans et j'ai détesté cette lecture ! Je l'ai trouvée tellement cynique et triste, moi qui ne connaissais que la version Disney, j'ai bien vite déchanté.

Écrire un commentaire

Optionnel