Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chroniques de San Franciso

Imprimer

Je redécouvre ce premier tome des Chroniques de San Francisco dans le cadre d'une relecture avec Myrtille de Northanger.

Chroniques de San Francisco, Armistead Maupin, roman, littérature américaine

Armistead Maupin

Titre original : Tales of the city

Série éditée chez 10/18

1975 - 2003 pour la présente édition

" Les seventies sont sur le déclin, mais San Francisco, la fureur au cœur et au corps, vibre encore d'une énergie contestataire. La libération sexuelle est consommée et s'affiche sans pudeur dans les rues aux couleurs d'enseignes et de néons tapageurs.
Tout droit venue de Cleveland, Mary Ann Singleton, vingt-cinq ans, emprunte pour la première fois les pentes du « beau volcan ». Elle plante son camp au 28, Barbary Lane, un refuge pour « chats errants ».

Logeuse compréhensive et libérale, Mme Madrigal règne en matriarche sur le vieux bâtiment qui abrite une poignée de célibataires : Mona, rédactrice publicitaire, son colocataire Michael, chômeur et disciple de "l'amour interdit" et le beau Brian Hawkins, coureur de jupons insatiable. " Quatrième de couverture

C'est fou, j'avais complètement oublié l'arrivée de Mary Ann Singleton à San Francisco, son amie Connie, le cadeau de bienvenue de Mme Madrigal, le couple explosif de Dédé et de Beauchamp et le côté peace & love qui se dégage de ce roman. 
Sexe, drogue, histoires d'amour (homo et hétéro), amitiés et relations qui se nouent et se dénouent. Pas de visite de San Francisco au programme, on y évoque surtout des lieux de détente propices aux festivités en tout genre et des petites tranches de vie des personnages.
Pour être honnête, j'ai eu un peu de mal à m'y replonger, restant à distance pendant une bonne centaine de pages, (voir plus), me demandant ce qui avait bien pu me plaire à l'époque. Question un peu ennuyeuse.

Heureusement, j'ai fini par retrouver ce qui m'avait plu. Tout d'abord, l'ambiance déjantée avec laquelle on se familiarise (ce n'est pas immédiat), les personnages qui se croisent et dont les destinées s'entremêlent, certains deviennent attachants au fil des pages : Anna Madrigal, Mouse, Mary Ann... D'autres restent détestables ou méritent peut-être qu'on leur laisse une deuxième chance.

Pas très rythmé au départ, ça s'arrange heureusement par la suite. Rien de mieux qu'un concours de danse en slip pour détendre les lecteurs et les lectrices! Tout s'enchaîne comme dans un feuilleton, avec une alternance des personnages et des sous-titres pour chaque chronique de quatre ou cinq pages en moyenne.
Certains passages sont drôles et émouvants, d'autres plus graves et dérangeants, avec dans le fond un petit je ne sais quoi d'entraînant qui donne envie de poursuivre!

La suite s'annonce pimentée et tant mieux! Je me régale à l'avance.

Rendez-vous l'été prochain, peut-être, pour la relecture du tome 2!

logofindeserie1.png

Je reprends du début mais l'intention est d'aller jusqu'au bout de la nuit série!

Commentaires

  • Oui, rendez-vous l'an prochain !! :) comme tu dis, certains personnages sont détestables (on peut dire que Mary Ann a le don pour tirer le mauvais numéro...) !

  • Mon meilleur ami ne jurait que par Maupin lorsque je l'ai rencontré, pourtant je n'ai (honteusement) jamais pris le temps de le lire ! Il faudrait...

  • J'en ai beaucoup entendu parler, et je l'ai souvent vu sur les étagères des librairies... mais chez le même éditeur, je lis, suis, et adore "Les chroniques d'Edimbourg" d'Alexander McCall Smith, que la critique a classé dans la même lignée, mais en plus british - euh, scotish, pardon - forcément! J'aurais peur de vouloir lire ces chroniques américaines en voulant retrouver la même chose et en étant, du coup, frustré...

Écrire un commentaire

Optionnel