Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Saumon sauce teriyaki

    Imprimer

    Après le bentō de poulet sauce teriyaki, je vous propose le pavé de saumon avec la fameuse sauce. C'est parti mon kiki, il faut bien finir le pot! Damned, il en reste encore!

    saumon sauce teriyaki, cuisine japonaise

    Les jolis petits pics offerts par Lou

    Lire la suite

  • Les mémoires d'un chat

    Imprimer

    J'ai découvert Les mémoires d'un chat d'Hiro Arikawa pendant notre challenge Un mois au Japon.

    Les mémoires d'un chat, Hiro Arikawa, roman, chat, japon

    Actes Sud, 2017

    325 pages

    Satoru a adopté Nana, un chat errant doté d'un sacré caractère de félin et d'une langue bien pendue mais le jeune homme doit s'en séparer et trouver quelqu'un à qui confier son chat, un animal singulier avec lequel il a noué des liens. Les voilà partis en voiture, pour une étrange traversée du Japon, l'occasion de revoir des amis, de raviver des souvenirs...

    J'ai apprécié le style de ce roman, les réflexions de Nana, (c'est un chat qui parle mais pas tout le temps), le côté un peu poétique, les différentes rencontres et les souvenirs évoqués qui nous permettent d'en découvrir un peu plus à propos de la vie de Satoru.

    Impossible de ne pas être intrigué par le fait qu'il doive confier son chat. Pour quelle raison peut-il bien se séparer de son compagnon? Je vous laisse évidemment le découvrir.

    C'est assez drôle de voir comment évoluent les amitiés du passé. De l'humour, des réflexions assez profondes et un beau moment de lecture.

    neko, chat, triste

    Un road-trip humain, félin, agréable et très émouvant qui nous emmène jusqu'au mont Fuji.

    ► Retrouvez un avis sur ce roman chez Bulles d'Encre,

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Challenge organisé par Lou et Hilde avec le logo de Kobaïtchi

  • La quête onirique de Vellit Boe

    Imprimer

    Prêt(e)s pour l'Aventure? Je me suis un peu éloignée du Japon pour traverser d'étranges contrées et résoudre une quête de la plus haute importance avec La Quête Onirique de Vellit Boe de Kil Johnson. Un peu de fantasy dans la vie, ça fait du bien!

    La quête onirique de Vellit Boe, Kil Johnson, roman, imaginaire

    Le Bélial', 2018

    178 pages (c'est assez court)

    World Fantasy Award 2017

    Vellit Boe est enseignante au Collège de femmes d'Ulthar. Le jour où une étudiante s'enfuit au côté d'un homme venant du monde de l'éveil, c'est une catastrophe, qui pourrait bien causer la fermeture de l'institution. Pour peu que les divinités s'en mêlent, et c'est le monde qui est menacé.  

    Une quête dangereuse pour Vellit Boe qui accepte de partir à la recherche de son élève. Accompagnée d'un chat qui la suit comme son ombre, avec à ses trousses dieux vengeurs et créatures étranges, parviendra-t'elle à la trouver et à la ramener dans son monde?

    Je me suis régalée avec ce roman et cette quête. Héroïne sympathique, pleine de ressource, et pas de toute première jeunesse, Vellit Boe ne manque pas de courage pour affronter de vieilles connaissances et tous les périls qui se dressent sur son chemin.

    De l'humour, un peu d’action et de nombreuses descriptions de son monde. Le récit est agréable à lire et assez captivant.
    On pourrait s'attendre à un côté sombre, une atmosphère un peu dérangeante à la Lovecraft mais pas du tout, enfin si on omet les goules et les quelques créatures souterraines, bref à quelques détails près mais pas de quoi fouetter un chat d'Ulthar!

    Il y a bien longtemps...

    J'ai découvert H.P. Lovecraft avec La Quête onirique de Kadath l'inconnue, Les autres dieux et autres nouvelles. J'en garde de bons souvenirs, je devrais me rappeler de ces contrées, de ces chats d'Ulthar mais ça remonte à une vingtaine d'années, j'ai oublié. C'est donc en observant la superbe carte en couleur en début d'ouvrage que j'ai essayé en vain de raviver mes souvenirs de lecture.

    Le livre est illustré et ça me plaît de découvrir quelques dessins de temps en temps au cours de la lecture.

    Un dénouement qui réserve des surprises, des réflexions intéressantes, j'ai beaucoup apprécié. Et puis, la transformation du gug m'a épatée. Au plaisir de recroiser Vellit Boe.

    ► Un interview de l'auteure est disponible en fin de livre.

    Un grand merci à Babelio et aux éditions Le Bélial' pour cette chouette Aventure au pays de Lovecraft.

  • Poulet sauce Teriyaki

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous propose un bentō de poulet sauce teriyaki avec une généreuse portion de riz japonais.

    poulet teriyaki,cuisine japonaise,un mois au japon,recette

    Lire la suite

  • Le Gourmet solitaire

    Imprimer

    Le week-end dernier, dans le cadre du Read-A-Thon et du Challenge Un mois au Japon, j'ai commencé Le Gourmet solitaire de Taniguchi & Kusumi.

    Le gourmet solitaire, Taniguchi & Kusumi, manga, japon, nourriture

    Casterman, Écritures, 2016

    Une Lecture Commune avec Blandine

    Chaque chapitre évoque une ville, un quartier et un établissement où se restaure notre gourmet solitaire. Le personnage n'est pas spécialement attachant, ses pensées sont sans filtre, il a parfois des préjugés mais on l'accompagne avec plaisir dans des petits troquets, restaurants et autres lieux avec une certaine impatience à l'idée de découvrir son prochain repas.

    le gourmet solitaire,taniguchi & kusumi,gastronomie,cuisine japonaise

    Sushi bar, "débit de boisson" mais l'homme ne boit pas, il mange, dégustation d'un bento dans un train, courses à la supérette (j'ai cru qu'il allait faire exploser son panier), pâtisserie, il y en a pour tous les goûts et c'est appétissant.

    Les plats sont bien présentés et décrits, il y a même parfois le prix en yens.

    Notre homme a bon appétit, on sent son amour de la cuisine, un certain raffinement, et toute son expérience et les souvenirs personnels qui y sont attachés : souvenirs du temps passé, de certains mets, de ses amours éphémères. Pour nous moi c'est surtout un voyage gastronomique et une envie de goûter chaque plat, de découvrir ces saveurs inhabituelles. 

    J'ai rarement eu autant faim pendant une lecture.

    le gourmet solitaire,taniguchi & kusumi,gastronomie,cuisine japonaise

    J'aime beaucoup les dessins de Jiro Taniguchi, les petites anecdotes concernant la culture japonaise et j'ai été charmée par cette balade gastronomique qui me donne envie de poursuivre mes découvertes en matière de culture et cuisine nippone. Envie de voyage aussi.

    A déguster en prenant son temps. On ne risque pas l'indigestion littéraire mais sait-on jamais, un grain de riz qui passe de travers!

    unMAXdeBD18mini.pnglogo, Un mois au Japon, Challenge

     Le rendez-vous BD de la semaine est chez Noukette
    Le Challenge un max de BD en 2018 chez Kobaitchi dans la catégorie mystère
    Challenge Un Mois au Japon Lou & moi et le joli logo proposé par Kobaïtchi

  • Le Tombeau des lucioles

    Imprimer

    Je n'avais pas encore vu ce film d'animation des Studios Ghibli, réalisé par Isao Takahata, décédé tout récemment.

    Le Tombeau des lucioles, film d'animation, Isao Takahata, guerre

    Date de sortie au cinéma au Japon : 16 avril 1988
    Date de sortie du film dans les salles françaises: 19 Juin 1996

    Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobé, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite soeur de quatre ans, Setsuko, orphelins, vont s'installer chez leur tante à quelques dizaines de kilomètres de chez eux.
    Celle-ci leur fait comprendre qu'ils sont une gêne pour la famille et doivent mériter leur riz quotidien. Seita décide de partir avec sa petite soeur.

    Ils se réfugient dans un bunker désaffecté en pleine campagne et vivent des jours heureux illuminés par la présence de milliers de lucioles. Mais bientôt la nourriture commence cruellement à manquer. Synopsis Allociné

    Ce film nous montre le Japon en guerre et ses atrocités. Les alarmes retentissent et il faut vite trouver un abri. Des bombes incendiaires détruisent les quartiers avec ses habitants, qui tentent désespérément de fuir.

    Le quotidien de ces deux enfants bascule dans l'horreur. Quelle tristesse de voir que plus personne ne se soucie d'eux et pourtant leur joie de vivre demeure, un temps, à travers les souvenirs de leur parents, au contact de la nature, des lucioles et des rires de la petite Setsuko.

    La première scène avec les lucioles est magnifique. C'est beau, poétique et très triste.

    Le tombeau des lucioles2.jpg

    Certaines images sont particulièrement dures, la faim qui tenaille les enfants et l'indifférence des adultes est insupportable, et prend aux tripes.

     Un film d'animation marquant et bouleversant.

    logo, Un mois au Japon, Challenge

    Challenge organisé par Lou et Hilde avec le logo de Kobaïtchi

  • Le Printemps est arrivé...

    Imprimer

    Merci Acr0 pour cette très belle enveloppe.

  • Salade de concombre et wakamé

    Imprimer

    Aujourd'hui, je vous propose une petite salade de concombre et wakamé, très simple à réaliser.

    salade concombre et wakamé, gastronomie japonaise

    Lire la suite