Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et je danse, aussi

Et je danse aussi, Anne-Laure Bondoux, Jean-Claude Mourlevat, roman, correspondance, mails

Anne-Laure Bondoux - Jean-Claude Mourlevat

 2015 pour la présente édition France Loisirs

Un mail comme une bouteille à la mer. D’ordinaire, l’écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d’admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n’est pas une « lectrice comme les autres ». Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu’elle lui a fait parvenir – et qu’il n’ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s’établit qui en dévoile autant qu’elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun… Quatrième de couverture

La lecture de cette correspondance mail est assez addictive. J'ai tout de suite aimé la complicité entre Pierre-Marie et Adeline, leur manière de se raconter avec plus ou moins de détails.
C'est drôle, émouvant et ça donne envie d'écrire, de partager une correspondance aussi plaisante, aussi intense.
On passe d'un mail à l'autre, parfois le destinataire change: un ami de l'écrivain, son éditeur ou sa fille , rythmant les échanges.

Ensuite, il y a un temps pour les révélations, il va bien falloir ouvrir cette fameuse enveloppe. On se demande ce qui se cache derrière tout ça, si ces échanges étaient sincères. Changement d'ambiance. J'avoue que ça m'a perturbée.
Tout n'est pas cousu de fil blanc et on finit par comprendre ce qui relie les personnages, au-delà de leur absence, de la souffrance, des mensonges tissés et des non-dits.
Malgré ce que laisse présager la fin, je ne parviens pas à sortir de ce sentiment un peu triste en tournant la dernière page. 

| ***** |

 Un roman original, agréable à lire mais pas aussi "feel good" que j'imaginais. 

D'autres lectrices ont lu cette correspondance mail: Blandine, Clarabel, Noukette, Framboise,

minuit à paris,film,woody allen,paris

Challenge Feel Good chez Soukee

Commentaires

  • En effet, je ne pense pas non plus que cela soit un roman feel good. Je crois que le changement d'ambiance est aussi dû aux éléments de la réalité, leur correspondance ne pouvait durer ainsi éternellement... Je garde un bon souvenir de cette lecture (merci pour le partage!)

  • J'aime beaucoup les romans épistolaires et celui-ci m'a laissé un agréable souvenir.

  • Je l'ai beaucoup aimé, mais ce ne fut pas un coup de coeur ! Mais c'est vrai que la correspondance était super addictive !

Écrire un commentaire

Optionnel