Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Horde du Contrevent

Imprimer

La Horde du Contrevent.png

Alain Damasio

Éditions La Volte, Éditions Folio SF

Grand Prix de l'imaginaire 2006

« Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu’un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s’y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d’eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu’en Extrême-Aval ait été formé un bloc d’élite d’une vingtaine d’enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueule, leur vie durant, le vent jusqu’à sa source, à ce jour jamais atteinte : l’Extrême-Amont. Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m’appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l’éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l’azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l’ultime. » Présentation éditeur

J'appréhendais un peu avant de commencer ce roman et finalement j'ai beaucoup apprécié la lecture. Il m’a fallu un petit temps pour m’adapter à la narration particulière, au style, au vocabulaire « éolien », aux changements de personnages (au départ, il faut souvent vérifier les symboles), au fonctionnement de la horde, pour la visualiser et appréhender leur quête, leur envie de découvrir l'origine du vent et d'en connaître les neuf formes.
Au départ c'était un peu flou comme concept mais j'ai fini par m'habituer, par m’imprégner de l'atmosphère et par m'attacher aux personnages, assez charismatiques (je pense à Golgoth, Caracole, et Sov notamment). Très mauvaise idée de s'attacher car la mort fait aussi partie de leur quotidien.

Certains détails m'ont échappé mais j'ai fait avec, traversant les épreuves, souffrant avec la Horde me sentant désespérée par cette quête dangereuse et suicidaire, affrontant les élément, les chrônes et autres perversités de ce monde. J'ai vécu cette histoire de manière intense.

En tout cas, c'est passionnant, bien écrit, précis, incisif avec de belles descriptions, parfois très techniques. Le tout reste cohérent mais franchement, quel talent pour nous raconter tout ça. Je suis impressionnée, c'est de la haute-voltige, je vous assure.
Action, suspense, bref ça vous tient en haleine.

Et puis le choc avec ces derniers chapitres, le désespoir, j'avais envie que ça se termine vite, quelle que soit l'issue! J'ai trouvé le temps un peu long sur la fin, me sentant déconcertée par la situation finale, j ’espérais autre chose, un peu de magie peut-être, mais une fois la dernière page tournée, j'ai continué à y penser pendant plusieurs jours. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée que c'était terminé. J'espère secrètement une suite, quelque chose d'autre à découvrir autour de cette Horde.

Un très beau roman découvert grâce au Cercle d'Atuan.

la horde du contrevent,alain damasio,roman,littérature

  • Vous pourrez aussi retrouver La Horde du Contrevent chez Vert,

logo du challenge geek
Organisé par Sofynet et Hilde

Commentaires

  • C'est vrai qu'une suite serait chouette, ou du moins un roman aussi "intense" que celui-là... j'avoue que les autres titres de l'auteur m'ont moins attirée...

  • J'aimerais vraiment en savoir plus. J'imagine la suite, mais ce n'est pas pareil.
    Sinon, je ne me suis pas encore renseignée sur les autres livres d'Alain Damasio. En attendant, ce sera toujours mieux que rien mais si j'ai trop d'attentes par rapport au roman, je risque d'être déçue. Affaire à suivre...

  • J'ai lu souvent des avis comme quoi cette lecture était très particulière et intense. Ton avis me le confirme une fois de plus.
    Je serais curieuse de le lire, mais ça sera pour plus tard, car ma PAL doit se vider avant :D

  • J'ai du mal à trouver les mots avec ce roman mais franchement, c'est une belle expérience de lecture, à tenter si tu en as l'occasion.
    Je comprends pour ta PAL, je suis un peu dans le même cas de figure.

  • Un roman marquant ! Les nouvelles de Damasio sont aussi très chouettes, je te les recommande.

  • Sinon, je pense que c'est le genre de roman qu'on n'oublie pas.

  • Moi aussi il m'a fallu un peu de temps... le temps de lâcher prise et de se laisser porter par le vent ;) J'aime bien Caracole et Sov moi aussi. J'ai été assez époustouflée par l'écriture, mais aussi par l'univers.

  • Ah oui, tu as raison, il faut vraiment se laisser porter par le vent. C'est une expérience de lecture unique en son genre et quelle écriture, franchement, ça fait du bien de se retrouver comme ça, bousculée par un univers. En tout cas, ça ne m'arrive pas tous les jours.

  • Voilà qui attise ma curiosité... Je le note, mais je le réserverai pour un moment où je pourrai vraiment me poser et en profiter pleinement ....

  • Je crois que c'est important de pouvoir prendre un peu de temps avec ce roman car, il est un peu déroutant au premier abord.Enfin si tu as l'occasion, n'hésite pas à tenter.

Les commentaires sont fermés.