Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Olivier Twist

Aujourd'hui, c'est le jour de la lecture commune: Charles Dickens.

Olivier Twist est un Prix d'orthographe remis à ma grand-mère maternelle le 30 juillet 1930. Il s'agit d'une adaptation d'Ernest Jaubert, édité par la Société Française d'Imprimerie et de Librairie (Ancienne Maison Lecène, Oudin et cie) au format in 8e, 221 pages. 

P1020283.JPG

Dans l'Angleterre victorienne... 

Olivier Twist naît orphelin, ignorant presque tout de ses origines. Malmené par la vie et par les adultes censés veiller sur son éducation, il parvient à s'enfuir et arrive à Londres, espérant pouvoir se débrouiller et vivre dans de meilleures conditions mais là-bas, il est attendu...

J'ai toujours une légère appréhension lorsque je me lance dans la lecture d'un classique, (adapté ou non) et là encore, je me suis demandée si j'avais bien fait de maintenir cette lecture commune, bien que ma forme blogosphèrique ne soit pas au top.

Et bien, je ne regrette pas car ce fut un moment de lecture très agréable, j'ai tourné avec plaisir les pages de ce livre ancien, accablée par les maltraitances subies par Olivier. Ce dernier, manipulé par de viles crapules, parcourant les rues malfamées de Londres.

Un peu d'humour noir mais surtout une atmosphère très pesante, très sombre. Charles Dickens décrit avec beaucoup de talent les conditions de vie particulièrement difficiles du jeune Olivier. J'ai bien sur été touchée par sa sensibilité, par cette naïveté enfantine qui le caractérise mais qui en fait un personnage très romanesque, un peu lisse mais auquel on s'attache.

Quelques déceptions: le fait que Nancy n'occupe pas plus de place dans l'histoire et l'improbabilité qu'Olivier fasse les bonnes rencontres au bon moment.

P1020284.JPG

Néanmoins,  je suis contente d'avoir découvert ce classique de la littérature britannique bien que ce ne soit qu'une adaptation.

oliviers twist,charles dickens,adaptation,le mois anglais

J'ignore si ma grand-mère l'a lu après avoir reçu ce prix, si elle l'a aimé ou non, et je ne peux malheureusement plus lui demander, mais j'ai retrouvé des plumes à l'intérieur, est-ce un signe?


Le mois anglais.jpg

Dans le cadre du Mois Anglais

chez

  Lou et Titine!

new victoria,lia habel,challenge geek

 Challenge Victorien chez Arieste

Enregistrer

Commentaires

  • Ce n'est pas mon préféré de l'auteur, vu que trop de coïncidences tuent la coïncidence. Mais bon... c'est quand même Dickens!

  • De mon côté, j'ai préféré "A Christmas carol" mais je continue avec plaisir mes découvertes.

  • Mon premier Dickens et depuis je suis une grande fan ! J'avais beaucoup apprécié l'humour de Dickens.

  • C'est un humour très subtile, j'apprécie aussi.

  • Il faut absolument que je lise ce classique :)

  • J'en ai plein à découvrir aussi.

  • Je trouve très touchant le fait de lire ce roman qui a une histoire particulière dans ta famille... j'ai quelques livres comme ça auxquels je tiens énormément, dont un offert à ma grand-mère par sa logeuse londonienne quand elle avait séjourné là-bas juste avant la guerre. Je suis sûre que les plumes ne sont pas là pour rien :)

  • Oui, ça en fait des expériences de lectures particulières entre souvenirs et imagination. J'imagine que toi aussi tu gardes ça bien précieusement.

  • Moi aussi, c'est l'un de mes premiers Dickens ! Ce que j'ai préféré c'est justement tous ces rebondissements assez improbables !

  • J'avoue que ça m'a surprise, je ne m'attendais pas à autant d'évènements improbables.
    Enfin, maintenant, je n'ai plus qu'à tenter d'autres œuvres de l'auteur.

  • Il a une jolie histoire, ton livre, c'est très touchant !
    Sinon, je garde un excellent souvenir de Oliver Twist, c'est mon premier Dickens ... J'avais les mêmes réserves que toi (les coïncidences énormes et le sort malheureux de Nancy) mais je me souviens aussi m'être facilement attachée à Oliver.

  • J'aime bien raconter les histoires des livres (quand ils en ont une). Après, je regrette juste que ce soit une adaptation mais ça m'a permis de découvrir une partie de l'histoire. Peut-être qu'un jour, j'ouvrirai l'édition originale...

    C'est vrai qu'on s'attache très vite à Oliver et tout ce qui lui arrive accable vraiment le lecteur.

  • Bonjour Hilde ! Je viens de lire ce roman dans une autre version abrégée (des années 60) et partage tout à fait ton opinion... Et quel beau souvenir de ta grand-mère ! Bon week-end ! :-)

  • Merci Fondant. Oui, c'est un beau souvenir que je garde précieusement.
    En plus, la lecture était très agréable.

  • Une version abrégée ?! Bon je te pardonne pour l'histoire bien particulière de ton exemplaire, ça doit être génial de lire un livre qui a appartenu à sa grand-mère !
    Ce fut mon premier Dickens, et j'avais beaucoup aimé !

  • Oui, c'est un souvenir auquel je suis attachée, et comme je suis un peu bloquée avec les classiques (depuis l'adolescence), les versions abrégées m'aideront peut-être à franchir le pas, vers les versions originales.

Les commentaires sont fermés.