Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Séparation de Corps

Ce roman est arrivé chez moi quelques jours avant Halloween. Est-ce une coïncidence? Non, je participais au Mois de l'Imaginaire organisé par Babelio, un évènement pour échanger autour des littératures de l'imaginaire (j'espère qu'il aura lieu à nouveau l'an prochain). J'avais sorti du grenier quelques billets bien sympathiques sur le thème des vampires, des zombies et autres créatures de la nuit et, ajouté plein de Tags autour de ces thèmes.

J'avais coché ce titre pour l'opération Masse Critique mais je ne pensais pas le recevoir. Ce fut donc une très bonne surprise de lire l'e-mail qui confirmait l'envoi de Séparation de corps.

Il ne me restait plus qu'à croiser les doigts pour qu'il arrive avant la fameuse soirée du 31 octobre! Je me disais que c'était vraiment de circonstance! Et fabuleux, Babelio et les Editions Rivière Blanche ont exaucé mon voeu. Il est arrivé comme par magie, trois jours avant la nuit du Samain. Heureux hasard ou pas!

Quatrième de couverture

"On trouvera ici son roman Les démons d’Abidjan, le tout dernier à avoir été édité dans la collection Gore en 1990, suivi de 14 nouvelles publiées entre 1976 et 2010 dans des revues fameuses comme Fiction, Ténèbres ou Solaris, mais aussi dans des anthologies et des magazines moins connus. Certaines de ces nouvelles ont été traduites dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis, et l’une d’elle paraît ici pour la première fois en France.

Jack l’Éventreur, vampires africains, zombies des banlieues, démons lovecraftiens, loups-garous perturbés, reliques sournoises, psychoses dévastatrices, horreurs d’Halloween ou pièges d’Internet sont parmi les invités de ce Bal des Épouvantes pour lequel il est maintenant temps, Mesdames et Messieurs, de sortir vos cartons d’invitation…" Source

J'ai commencé par trembler avec Les Démons d'Abidjan, puis j'ai été enveloppée par La Nuée tombée des étoiles. C'était ensuite L'Heure de l'Eventreur. J'ai vu Où fleurissent les névroses. Mais, je me suis souvenue que l'homme est Un loup pour l'Homme et qu'on finit forcément Sur le Bitume de l'Arène du Destin. J'ai rencontré L'Habitant de Speed Queen, La Chauve-souris et j'ai eu De Nouveaux aperçus inquiétants sur la Bête du Devonshire. J'ai trouvé des Masques et j'ai assisté à la Séparation de corps. On m'a raconté Une Histoire Chinoise et j'ai vécu ma première expérience de Transcommunication. Je sais maintenant Ce qui est dans la Monstrance. J'avais Le Mal du pays et j'ai cherché en vain les Publications originales.

A moi les zombies, les vampires et les horreurs d'Halloween!

Le quatrième de couverture m'avait totalement séduite. Certains mots raisonnent toujours à mes oreilles comme des promesses: "Jack l'Eventeur", "vampires" (bien que ce ne soit pas toujours un gage de qualité), "zombies", "démons", "loups garous" et "Halloween". Je me disais: "A moi la belle lecture! Je vais me régaler avec ces récits, une découverte comme je les aime et du pur plaisir en perspective."

Mais avant de vous communiquer mon plaisir de lire, débarrassons-nous de ce qui m'a dérangée au cours de la lecture.

Certaines nouvelles sont gores, très crues et portées sur le sexe de manière sordide. Les Démons d'Abijan ne font pas dans la dentelle, mon estomac s'est soulevé à plusieurs reprises.  Séparation de corps m'a vraiment écoeurée, j'ai survolé plus que lu (je n'aime vraiment pas ça). Je n'ai pas apprécié Masques, (trop sordide à mon goût) et pourtant, j'attendais beaucoup de cette nouvelle d'Halloween. Enfin, Sur le Bitume de l'Arène du destin m'est passée complètement au dessus de la tête. Je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de cette histoire.

Maintenant, on peut se détendre un peu!

J'ai été captivée par Les Démons d'Abidjan, malgré les scènes horribles. L'histoire est terrifiante, le monstre, lié à une forme de magie traditionnelle et sorti des masques pour massacrer des innocents, glace vraiment le sang. Les poursuites vous prennent aux tripes et les personnages bien soudés deviennent vos compagnons de fortune. Âmes (trop) sensibles, s'abstenir!

Les nouvelles sont parfois très courtes mais plongent le lecteur dans différents univers sombres et parfois malsains. J'ai particulièrement apprécié: Nouveaux aperçus inquiétants sur la bête du Devonshire, les découvertes d'un homme au sujet d'une bête probablement venue d'ailleurs, le suspense et la peur se mêlent de manière subtile, c'est bien écrit, et très efficace.

La chauve-souris est un récit assez macabre d'un homme se croyant persécuté par une Chauve-Souris. Il nous réserve une surprise bien glauque à la fin. Frémissements d'horreur garantis

C'est un recueil agréable à lire, au style fluide, qu'on lit vite. On passe d'une ambiance à une autre, sans difficulté.

Bon, je ne vais pas tout vous raconter en détail, je vous laisse le soin de découvrir les surprises de ce recueil, et il y en a beaucoup! C'était un peu éprouvant. J'ai cru y laisser tantôt mon estomac, tantôt ma santé mentale! Mais au final, je crois que j'en suis sortie indemne et plutôt contente.

Donc, si vous aimez les histoires terrifiantes, que certains passages gores et sordides ne vous empêchent pas d'apprécier les autres nouvelles, alors ce livre trouvera facilement une place dans votre bibliothèque, au rayon nuits blanches! 

Encore merci à Babelio et aux Editions Rivière Blanche pour cette découverte aussi passionnante qu'effrayante.

Dark side challenge.jpg

Commentaires

  • Wahou!! Ca m'a l'air d'être un sacrée claque, à essayer :)
    Je devrais recevoir "Démons" pour ce masse critique, bien trop tard pour Halloween malheureusement.

  • *Pink Canary: Oui, comme tu dis, une sacrée claque! "Démons", je crois que je l'ai ajouté à ma liste de livres à lire! :)
    Dommage pour Halloween mais ce roman a l'air vraiment sympa. J'espère que tu passeras un bon moment.

    *Anne Sophie: Je comprends, je comprend. :)

  • Le nom de l'auteur me dit quelque chose ... peut-être ai-je déjà lu une nouvelle de lui ? Et le sordide ne me dérange pas ... j'ai encore sur mes étagères un bon nombre de titres édités il y a 20 ans au moins dans la collection Gore qui n'existe plus ;)

  • Je fais partie des âmes (trop) sensibles... Alors je passe, quand je vois le mot "gore" et ton écoeurement face à "séparation de corps" non vraiment, je passe...
    Bonne soirée Hilde

  • *Joelle: Alors, je te le conseille vraiment. :)

    *L'or des chambres: Je comprends tout à fait. A bientôt. :)

Écrire un commentaire

Optionnel