Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Bicyclette Rouge

    145196890.gif

     Kim Dong Hwa

    Ces histoires courtes sont très poétiques et pleines d'humanité. Les anecdotes d'un facteur lors de sa tournée, le plaisir de recevoir une lettre, de distribuer un peu de vie. Voilà tout ce que j'aime! Et pour égayer ma boite aux lettres en cette journée d'avril pluvieuse et orageuse, il y avait une grande enveloppe toute décorée par les soins de Zazimuth! Merci!

    "Empruntez les nombreux chemins de campagne à la rencontre des habitants de Yahwari. Vous croiserez sûrement cette bicyclette rouge, celle du facteur, qui circule doucement en harmonie avec la nature".

    Sylvie de Passion des livres , Jules , Les jardins d'Helene ont suivi aussi ce facteur sur sa bicyclette.

  • Pourquoi

     

    Pourquoi.jpgPourquoi Wafa a-t-elle quitté la maison brusquement en emmenant Makeda, sa petite soeur de bientôt six ans ?
    Pourquoi, elle qui est honnête, sérieuse et travailleuse, a-t-elle volé toutes les économies familiales à la veille de passer son brevet ?
    Pourquoi les femmes somali sont-elles toujours tristes ?
    Pourquoi les hommes sont-ils tenus à l'écart des hitoires de femmes ?
    Pourquoi faut-il éternellement se taire, se résigner, se sacrifier ?
    Toutes ces questions, ce sont Cali et Abdourahim, les frères de Wafa et Makeda, deux fils d'une famille immigrée à Cherbourg, apparemment sans histoires, qui se les posent. Ils se sentent coupés en deux, écartelés entre les traditions et la liberté. Un guérisseur yoruba a prédit à Cali qu'il allait bientôt devoir faire un choix très difficile, et qu'il lui faudrait alors écouter son âme.
    Pourquoi pas ?

    Ce n'est pas le premier roman de Moka que je lis et ce ne sera sans doute pas le dernier non plus. Je suis amatrice de ce genre d'histoire et j'aime sa manière de présenter les personnages, de les faire évoluer.

    Laconteuse a aussi passé un bon moment à lire ce roman.

  • The midnight library

    1782425866.jpg "Chair de poule"

    J'ai été bien déçue. Franchement, entre la fille qui capte mentalement les conversations téléphoniques, les baskets maléfiques qui sortent toutes seules du placard et le garçon qui se transforme en pommier, ça ne m'a pas convaincue. Je trouve que ça manque d'originalité. J'ai peut-être trop lu de romans de Stephen King...  Si ce n'est les fins assez in habituelles et plutôt tragiques qui surviennent pour chaque histoire (trois au total), je trouve qu'il n'y a pas de quoi trembler dans son lit. Je passerai mon chemin pour les prochains volumes.

    Sinon ça se lit bien, peut-être plus à la portée des ados.

    Clarabel n'a pas du tout le même point de vue que moi sur ce roman, d'où l'intérêt d'aller lire sa note.

  • Une virée d'enfer

    1734755303.jpgThierry Robberecht

    "Bientôt quatorze ans que je suis muet. Pas sourd. Seulement muet c'est suffisant."

     Soixante pages pour raconter l'histoire de Mathieu et de son grand-père. Un grand-père qui a fait de la prison et dont la famille se méfie. Un déjeuner au restaurant qui tourne au règlement de compte. Poursuite en voiture, afin de trouver un endroit sûr. Une maison de repos, drôle d'endroit pour se cacher. Mais, le passé est loin d'être oublié pour certains.

     L'histoire me plaisait bien. La mise en avant des rapports intergénérationnels entre le grand-père et son petit-fils  me paraissait intéressante. Mais, je suis restée sur ma faim. Très court, très linéaire, et un peu trop prévisible à mon goût. En soixante pages, on n'a pas vraiment le temps d'entrer dans les détails, c'est un peu décevant même si c'est destiné à un jeune public. C'est, donc un livre facile à lire mais sans plus. (11 ans et +, d'après la couverture).

  • Ariel

    570721122.jpgLawrence Block

    Un subtil mélange d'ingrédients pour une histoire d'horreur réussie

    Une maison peut-être hantée. Une enfant au comportement étrange dont la flûte émet une musique sinistre. Des apparitions au milieu de la nuit. Un bébé mort. Possession ou pure folie? La fin n'apporte pas de réponse toute faite mais permet à chacun d'élaborer ses propres théories.

    Personnellement, je verrais plutôt Ariel comme le personnage de Charlie [Stephen King], disposant de pouvoirs surnaturels qu'elle ne maîtrise pas et qui lui font peur.

    J'ai particulièrement apprécié l'ambiance générale du roman, l'écriture du journal d'Ariel et la manière dont les personnages évoluent tout au long du livre.

    Extrait

    "Etait-ce un son qui l'avait obligée à ouvrir les yeux? Roberta ne pouvait jurer de rien. La maison était pleine de bruits de la nuit. Les lattes du parquet craquaient. Les rideaux bruissaient. Les carreaux des fenêtres, mal assurés dans leur châssis, cliquetaient à la moindre sollicitation de la bise. La jeune femme avait souffert d'un sommeil léger toute sa vie. Caleb venait de s'habituer à dormir d'une traite jusqu'au matin, et elle ne s'était pas encore tout à fait adaptée à ce nouveau rythme. Le moindre son la réveillait.

    Ou bien avait-elle rêvé de ce son. il s'agissait peut-être de musique, cette musique aigre, ténue, qu'Ariel provoquait avec sa flûte. Roberta s'assit sur son lit, étonnamment troublée, prêtant l'oreille, dans le silence, à l'affût. Puis elle vit la femme.

    Merci Lou pour ce livre. J'ai grandement apprécié!  Cuné a aussi lu ce roman.

  • Alma Chonchonnette

    1046452007.gif

    C'est le printemps alors me voilà revenue de mon hibernation! J'ai décidé de laisser libre cours à mes envies en ce qui concerne ce Blog. Il y aura toujours des notes sur les livres mais je ne me limiterai pas à ça.

    Pour ceux qui ne connaissent pas, voilà Alma Chonchonnette! C'est mon cochon d'inde.

    Caractère: sociable, impatiente, bavarde, personnalité dominante sur les chons et les chats

    Nourriture de prédilection: le foin aux carottes et les drops à l'orange. Madame n'aime pas les fruits mais mange beaucoup de légumes

    Signe particulier: la forme des griffes (coupées maison)

    Etat de santé: Bon. Traitement contre les petites bestioles qu'on peut trouver aussi chez le chat

    Poids: Bien nourrie mais dans les normes selon le vétérinaire

  • Sexy

    1913495830.jpg Un roman de Joyce Carol Oates

    - C'était en novembre, un mardi après l'entraînement de natation. La chose avec Mr Tracy, le prof d'anglais de Darren. La chose c'est en ces termes que Darren y penserait par la suite. La chose, un mot vague, indéfini. La chose qui n'était pas arrivée de toute façon. "

    Après ce jour, après ce qui s'est passé (mais s'est-il vraiment passé quelque chose ?), la vie est différente. Darren est différent.

    Rien n'est plus comme avant. Ses amis, sa famille, même les gens censés être des adultes responsables ne sont plus comme il les voyait. En qui Darren peut-il avoir confiance désormais ? 4ème de couverture

    Joyce Carol Oates explore, avec son inégalable justesse, la quête identitaire d'un jeune de seize ans dans un monde où il n'a plus de repères. Et face à une société pleine de préjugés.

    1367273832.gif Lu en une seule journée, ce roman m'a bien plu. L'auteur nous ballade dans cette histoire et nous fait perdre nos certitudes. Un sentiment de malaise s'installe, tout devient flou, une question qui revient sans cesse "que s'est-il vraiment passé?". Un bon moment de lecture comme je n'en avais pas eu depuis longtemps.