Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'orchestre des doigts

     

    L'orchestre des doigts.jpgOsamu Yamamoto

    Passionnante série en quatre tomes qui parle à la fois de l'histoire du Japon, de l'opposition des méthodes pédagogiques concernant l'éducation des jeunes sourds (méthode gestualiste et méthode oraliste), de l'oppression des personnes sourdes, de l'interdiction de la langue des signes et de la vie des personnages que l'on suit (de la petite enfance à l'âge adulte) jusqu'à la fin. Le tout, très bien orchestré, grâce à des graphismes de qualité. Un vrai coup de coeur.

  • La jeune fille suppliciée sur une étagère

     

    La jeune fille suppliciée.jpgAkira Yoshimura

    Elle a seize ans, elle vient de mourir. Allongée sur un tatami, elle voit deux hommes arriver et offrir de l'argent à ses parents. Par-delà la mort, elle observe alors ce qu'il advient de son corps vendu à la science. Eichi et Sone se retrouvent par hasard. Voisins dans l'enfance, ils vivaient près d'un cimetière ouvert à tout vent, un fantastique terrain de jeux où ils faisaient parfois de terrifiantes découvertes. Mais Sone a déménagé à la mort de son père et personne n'a su ce qu'il était devenu... Deux magnifiques récits à travers lesquels Yoshimura fait preuve d'une remarquable modernité d'écriture. Pour aborder le thème de la mort sans jamais se laisser gagner par le sinistre ou le morbide, il atteint une pureté de style dont la sonorité cristalline fait écho à l'étrangeté de son univers.

    Passé un moment de dégoût lors de l'autopsie (à éviter au moment de la digestion) c'était un bon moment de lecture. Finalement, cette scène m'a légèrement rappelé une des nouvelles de Stephen King du recueil Tout est fatal mais avec, plus de finesse dans les descriptions. Sans compter qu'on ne tombe jamais vraiment dans le registre de l'horreur. C'est peut-être ce réalisme qui m'a le plus brassée au départ. Avec Stephen King on arrive toujours à se rassurer en se disant que de toute manière on est là pour se faire peur! Ici ce n'est pas le cas, alors ça fait tout drôle.

    Le deuxième nouvelle est empreinte de fantastique mais semble toujours contourner tout ce qui a trait à ce genre. Le destin des personnages semble alors inéluctable, come une espèce de fatalité. Insaisissable. J'ai noté cette description qui illustre à mon avis mes propos.

    "Une vallée ondulait doucement à perte de vue. Et ces ondulations étaient recouvertes d'inombrables pierres tombales serrées les unes contre les autres par petits groupes. Celles qui se trouvaient sur les pentes exposées au soleil étaient claires comme dans une carrière, tandis que dans les creux elles paraissaient vert sombre, comme recouvertes  de mousse. Et elles se fondaient à ce point dans l'élèment naturel  environnant qu'elles étaient bien éloignées de toute notion d'artificiel".

  • Lectures de fin de vacances

    4d4fc488651a1d9c247502f49139f935.jpgMe voilà de retour de Charente-Maritime où j'ai passé une dizaine de jours. J'ai accompagné ma nièce au Zoo de La Palmyre. Je ne sais pas laquelle des deux était la plus excitée (bon, je pense quand même que c'était elle)! Je n'ai plus trois ans!!

    En plus d'Harry Potter, j'avais emmené: Olga de Rosetta Loy, La jeune fille suppliciée sur une étagère d'Akira Yoshimura et le troisième tome de L'orchestre des doigts d'Osamu Yamamoto. Je continue à prendre mon temps avec Harry Potter 7 mais j'ai terminé les trois autres. Je publierais les notes le week-end prochain car les vacances sont finies. Je reprends demain. Dernière ligne droite jusqu'en novembre avec un planning très chargé...

  • Mariage à la mode

     

    Mariage à la mode.jpg Katherine Mansfield

    Livre remarqué sur le Blog de Lily

    Dans le train qui le ramène chez lui pour le week-end, William savoure le bonheur de retrouver bientôt Isabel, sa ravissante jeune femme, et leurs deux enfants. Pourtant, depuis qu'Isabel s'est liée avec un nouveau groupe d'amis, elle a changé et William ne sait trop qu'en penser... Durant les longues journées d'été, Crescent Bay est le théâtre de la vie et des jeux de ceux qui y passent leurs
    vacances entre baignade, sieste et conversations.

    Par petites touches lumineuses et justes, Katherine Mansfield esquisse des portraits pleins de finesse et de sensibilité.

    Plein de légerté mais cruel...

    J'ai été assez touchée par ces nouvelles, plus particulièrement par Mariage à la mode. La scène de la lettre est terrifiante. Dans La baie, on ressent un sentiment de malaise sans réussir vraiment à l'exprimer mais les jeux d'enfants sont omniprésents. Les descriptions sont parfois poétiques et c'est avec beaucoup de facilité que l'on rentre dans ces univers. Pour deux euros on aurait tort de se priver! Je pense en acheter d'autres de la même collection.

  • Tout mais pas chat

     
    Tout mais pas chat.jpgJim Edgar
     

    La face cachée des chats, celle que la plupart des maîtres n'ont jamais vue: des fauteurs de troubles, des délinquants, des fous furieux pris en flagrant délit, de sales chats avec de mauvaises intentions, de mauvaises habitudes et de mauvaises manières.
    Alors, la prochaine fois que votre adorable petite boule de poils fait à côté de sa litière... demandez-vous si c'était vraiment un accident!
    Aucun chat n'a été maltraité pendant la réalisation de cet ouvrage, on n'a même pas osé les caresser!!

    C'est très drôle! Chaque page contient la photo d'un chat farfelu avec au dessus son commentaire et en dessous son nom, son âge et son hobby.
    Bref, 240 pages de petits gags qu'on feuillette avec le sourire où en se disant: "regarde moi cette tête d'abruti!!" Bon, je vous montre de quoi ça a l'air:

    8266c74ae2fa54a6c278f6cfc6ff930f.jpg

    a60c3252243cbe52c630c4c5b4eef1db.jpg

    Cliquez sur la photo pour la voir en grand!

  • Tijuana mon amour

    aa7f53189704406847846138af9197d9.gifJames Ellroy; Edition Hors commerce

    Los Angeles, 1955. La station de radio KMPC diffuse au moins seize fois par jour le dernier disque de Linda Lansing, Baby It's Cold Inside. Le Disc-Jockey Flash Flood s'est-il fait soudoyer pour privilégier le tube de la lascive Linda? Oui, répond sans hésiter Danny Getchell, le rédacteur en chef du célèbre magazine à scandales L'Indiscret. Il pense même que celui qui a refilé les dessous-de-table n'est autre que Frank Sinatra, et il est prêt à le prouver. Avec des méthodes qui n'appartiennent qu'à lui, mais, dit-il, "L'Indiscret a plus de poid que la Bible - du moins à Los Angeles - ".

    Entre deux " expecto patronum", je me suis permise la lecture de courts romans (une centaine de pages). Comme ça, je fais durer un peu le plaisir!! 

    Là, je viens d'atterrir dans un univers bien glauque. Même les personnages ne semblent pas tout à fait crédibles tellement ils sont déjantés. Sexe, acides, et meurtres rendent l'atmosphère particulièrement pesante. C'est assez cru et le style est la plupart du temps familier. On ne peut pas dire que je sois fan de ce genre d'histoire. En même temps, je ne crois pas que ce soit représentatif de l'oeuvre de James Ellroy puisque j'ai lu ce commentaire sur un autre site: "on se dit quand même que c'est heureux que toute son oeuvre ne soit pas de ce calibre!" Bref, un peu déçue.

  • Au Guet!

    Au guet.jpgLes Annales du Disque-monde: Terry Pratchett

    J'ai commencé ce roman juste avant la sortie du dernier tome d'Harry Potter. Non pas, pour préparer le terrain où me mettre quelques chose sous la dent, mais parce que plonger dans un roman de Terry Pratchett, c'est un peu comme partir en vacances et comme les vacances n'arrivaient pas, et que les journées devenaient sans fin, j'avais sérieusement besoin d'un substitut efficace. Alors bien sûr les vacances avec Terry Pratchett, ce n'est jamais le farniente, le soleil et les petits oiseaux. Ce serait plutôt le complot d'une société secrète, le renversement du Patricien, plein de petits dragons et "un dragon de vingt-cinq mètres qui crache le feu" en pleine cité d'Ankh-Morpork. Bref, pas le temps de bavasser au *Tambour Rafistolé avec les agents du Guet, ni de taper la causette avec Dame Ramkin, auteur de plusieurs ouvrages sur les affections des dragons sous peine d'être transformé en "biscuits calcinés". Peut-être le temps, quand même d'aller à la bibliothèque de l'Université pour emprunter un livre d'incantation derrière le dos du bibliothécaire transformé lors d'un incident magique en orang-outan... Qui sait!

    * Le Tambour Crevé/Rafistolé, principale taverne d'Ankh-Morpork, située dans la rue des Filigrannes, au carrefour de la rue Courte. Une enseigne fatiguée, suspendue au dessus de la porte, représente un tambour pas très bien dessiné. Le bistro donne en façade directement sur la rue où un troll monte la garde, et l'arrière directement sur le fleuve. Le Nouveau Vade-Mecum

    Je conseille donc à ceux qui auraient envie de vacances trépidantes d'ouvrir les Annales du Disque-Monde. C'est à chaque fois un très bon moment de lecture avec parfois des retrouvailles avec des personnages déjà vus lors des précédents tomes, des inondations de magie et à coup sûr de quoi se payer une bonne tranche de rigolade!!

    Autres commentaire sur ce roman:

    http://toutzazimuth.over-blog.com/article-6175505.html

    http://blog.bebook.fr/woland/index.php/post/2007/07/30/Au-Guet-Terry-Pratchett